’’Une barre est si vite arrivée’’, Jérôme Guery

Chaque soir, une personnalité du saut d'obstacles analyse l'épreuve de la journée.
Crédit : Scoopdyga (archives)

Jeudi 20 août - 22h21 | Johanna Zilberstein

’’Une barre est si vite arrivée’’, Jérôme Guery

Chaque soir, une personnalité du saut d’obstacles analyse pour GrandPrix-Replay l’épreuve de la journée. Ce jeudi, Jérôme Guery, cavalier belge, gagnant notamment cette année des Grands Prix CSIO 5* de Lummen et CSI 5* de Knokke, revient sur le parcours, les performances des Bleus et les déconvenues belges.

La construction du parcours
’’Le parcours d'hier était assez délicat même si les côtes n'étaient pas très hautes. Aujourd'hui, c'était un bon parcours pour une coupe des nations. Il y a eu quelques sans-fautes mais c'était un parcours tout de même technique. Le temps était assez large, je pensais qu'il serait plus serré. Mais ce tour était plutôt sélectif et faire un sans-faute est vraiment très bon pour la suite. Ce que la France a très bien fait.’’
 
L’équipe de France
’’C’est vraiment dommage pour Jérôme. Il faute sur le premier obstacle, après il perd son étrier dans le dernier virage et du coup se prend un point de temps. Il n'y a pas grand-chose à redire sur l'équipe de France. Ils ont été très concentrés, les chevaux sont en forme. Pour moi, ils jouent une médaille. Après sa faute dans la Chasse, Kevin va devoir faire plus que les autres en individuel mais aujourd'hui Rêveur a été top, il a superbement sauté. Pénélope a été assez exceptionnelle. Depuis hier, elle fait de vraies performances. Ryan, lui, est vraiment en forme.’’
         
Les Français en individuel
’’La France se retrouve donc à jouer la médaille en équipe mais aussi en individuel grâce à Pénélope et Simon, voire Kevin, qui n’est pas si loin. Je pense que Flora et Ryan peuvent tenir la route jusqu'au bout, ce sont deux chevaux avec beaucoup de sang et ils sont très respectueux. Ils ne vont pas se fatiguer sur la longueur et peuvent tenir le championnat. Je suis assez confiant pour eux. L’expérience de Kevin peut payer aussi, il fait le meilleur chronomètre aujourd'hui, il peut encore faire beaucoup.’’

Les favoris
’’Je suis très ami avec Simon donc je le soutien à 100%. Je pense qu'il fait partie des favoris. Ryan a déjà très bien sauté, en mai dernier, à Aix et là, il est de nouveau en forme, il est très juste. Pénélope aussi fait bien sûr partie de mes favoris. J'adore le style de Flora. Il ne faut pas non plus négliger Ludger. Il est dans son pays et le couple qu’il fait avec Chiara est en forme. Jeroen Dubbeldam est aussi un grand cavalier de championnats, il l'a montré à Caen, il est prêt pour ça. Bien sûr, il y a aussi Grégory Whatelet. Conrad est juste exceptionnel pour l'instant, il a une carte à jouer. Je mettrais vraiment l'un de ces cinq cavaliers en haut du podium. C'est un très beau championnat, très excitant.’’

Les déceptions
’’Pour moi, les déceptions sont évidemment dans le clan belge. Pommeau du Heup, le cheval de Niels (Bruynseels), a été super toute la saison mais là, il est plutôt décevant. Jos (Veerloy) aussi, même s’il ne fait que deux fois quatre points, il manque un peu de chance. Dans le reste, les bons couples sont bien présents, ils sont devants. Il n'y a pas un couple qui a vraiment fait une catastrophe alors qu'on l'attendait au tournant. Bertram Allen, Ben Maher et Maikel Van Der Vleuten écopent de quatre points mais ce n'est pas vraiment décevant, ce ne sont que quatre point. C'est un sport assez aléatoire. Chaque week-end, ce sont des cavaliers différents qui gagnent les épreuves. Une barre est si vite arrivée, même pour les meilleurs. Le facteur chance est très important dans notre sport, il faut espérer l'avoir au bon moment.’’

L’élimination de la Belgique
’’J'aurais aimé que les Belges soient aussi performants que les Français. Pour nous, la situation est assez catastrophique car nous jouions notre qualification pour les Jeux olympiques et nous ne repartirons pas demain. Nous avons fait une bonne saison cette année, avec de bons Grand Prix. Nous arrivions confiants et concentrés mais nous avons été malchanceux, c'est comme ça. Nous avons raté les JEM de Caen, nous avons raté les championnats d’Europe d’Aix… Il faut se remettre en question sur nos performances en championnats. Il y a du travail à faire. L'esprit d'équipe est de mieux en mieux tout de même. À Caen, nous avons eu deux chutes de Jos Verlooy et Pieter Devos, ce qui n'arrive pas normalement. Ça ne tient pas à grand-chose cette année, ce ne sont pas des gros scores avec lesquelles nous sortons de piste. Il nous faudrait un deuxième voire un troisième Gregory sur le tour. Nous avons des très bons cavaliers mais je pense que nous manquons de chevaux très compétitifs à ce niveau-là. Nous manquons de réussite.’’

La suite de la finale
’’Les scores sont très serrés maintenant, ça ne se joue à rien. La France, l'Allemagne et les Pays-Bas se tiennent en une seule barre après deux tours. Il n'y a pas le droit à l'erreur, ça va se gagner au à rien du tout."

À lire également...

Réagissez