’’Je me méfie du parcours de demain’’, Philippe Guerdat

Crédit : Scoopdyga

Jeudi 20 août - 21h41 | Johanna Zilberstein

’’Je me méfie du parcours de demain’’, Philippe Guerdat

Alors qu’il reste la dernière manche de la finale par équipes à courir, les Français occupent la tête du classement, portés par les parcours parfaits de Pénélope Leprevost sur Flora de Mariposa, Simon Delestre sur Ryan des Hayettes et Kevin Staut sur Rêveur de Hurtebise*HDC. L’amazone tricolore est d’ailleurs toujours en tête du classement individuel, devant Ludger Beerbaum et Joe Clee. Satisfait, Philippe Guerdat, chef de file français, fait le point.

’’Nous sommes dans une spirale positive mais rien n’est fait. Demain, les Allemands vont se battre, ils vont absolument devoir essayer de remonter. Je me méfie du parcours de demain, les barres seront plus grosses. Nous allons essayer de faire la même chose. Les cavaliers sont motivés, les chevaux ont bien sauté. Et puis n’oublions pas que c’est une épreuve en équipe, et que, même si un cavalier fait un peu moins bien entre deux autres, nous pouvons toujours rattraper. C’est un vrai avantage.
 
Nous allons essayer de dépenser moins d’énergie demain. Kevin a fait un tour magnifique mais, même avec la faute de Jérôme, nous n’étions pas loin. Finalement, être premiers est un avantage sans être en être un car, psychologiquement, c’est difficile de partir après les autres. Le tour de Simon aussi était sublime. Ryan est mon cheval de cœur, il sort du lot. Il fait partie de ces chevaux qui sautent les obstacles, mais aussi qui sortent du lot. Il est allergique au bois ! Il se laisse bien monter, il a beaucoup de volonté et un mental extraordinaire. Flora est aussi un peu comme ça.

Hier, nous avions un peu peur du terrain. Du coup, Kevin a fait une faute bête sur le numéro un (encore une, je vais demander à faire commencer les parcours au numéro deux !). Après, il a voulu se rattraper mais a commis une deuxième faute. C’est un gagneur alors il était très déçu. C’est pour cela que j’ai changé l’ordre, aujourd’hui. Être numéro quatre le booste. Et cet après-midi, il a fait une performance qui lui permet de rester zen demain. Ce qui est plus difficile pour lui quand il est troisième. Tout le monde n’était pas d’accord, mais je voulais absolument ce changement, pour une fois. C’est un cavalier qui sort de l’ordinaire et il se comporte encore mieux lorsqu’il se rate le premier jour.’’

À lire également...

Réagissez