Pierre Volla et Karen Tebar, dignes représentants français à Aix-la-Chapelle

Pour ses premiers championnats d'Europe, Pierre Volla aura bien porté les couleurs françaises avec Badinda Altena.
Crédit : Johanna Zilberstein

Samedi 15 août - 13h53 | Johanna Zilberstein

Pierre Volla et Karen Tebar, dignes représentants français à Aix-la-Chapelle

Après avoir fait partie des trente meilleurs cavaliers du Grand Prix, Pierre Volla et Karen Tebar ont décroché leur ticket dans le Grand Prix Spécial. Si les notes sont très légèrements inférieures à celles de mercredi et jeudi, leurs reprises laissent présager de beaux jours pour le dressage français.

En déroulant des Grands Prix auréolés de 70.357% pour Pierre Volla et de 73.771% pour Karen Tebar, les deux Tricolores ont gagné le droit de poursuivre la compétition. Rendez-vous était donc pris en ce début d'après-midi pour le Grand Prix Spécial, ouverts aux trente meilleurs dresseurs de la première épreuve.

À 13h, après la pause, Pierre Volla a fait son entrée sur le rectangle, associé à sa belle Badinda Altena. Visiblement un peu nerveuse, la jument a déroulé une jolie reprise néanmoins entachée de quelques fautes. "Je crois qu'il y avait un peu de fatigue", analyse le Clermontois qui connait sa partenaire sur le bout des doigts. "Elle était plus énervée qu'énergique car un peu anxieuse. Elle ne le montre pas forcément mais, dessus, je le sens bien. C'est ce qui explique le crottin (qu'elle a fait sur un petit côté, dans une transition trot-passage, ndlr) et le fait qu'elle mouche aussi. Mais elle est jeune alors elle est tout à fait excusable." 

Mais, même avec ces quelques fautes, le couple dépasse une nouvelle fois les 70% en décrochant la très honorable moyenne de 70.238%. "Au trot, elle va bien très bien, elle est très relâchée. C'est vraiment son allure. Au galop, elle est toujours un peu plus chaude et cela s'est un peu plus ressenti aujourd'hui." 

Aucun doute possible, le potentiel est bien là pour la fille de Tolendo et d'une mère par Goodtimes, dont le cavalier peut être fier après ces premiers championnats. "Faire plus de 70% dans le Grand Prix Spécial d'Aix-la-Chapelle, c'est incroyable. Je suis prêt à resigner tout de suite."

Karen Tebar, dix ans plus tard

Quelques minutes plus tard, ce fut au tour de Karen Tebar d'affronter une nouvelle fois les sept juges répartis autour du rectangle. Toujours aussi qualiteux bien qu'un peu fatigué, Don Luis a fait aussi bonne impression que jeudi et atteint la belle moyenne de 73.193%, malgré une faute sur les changements de pieds aux deux temps. "Don Luis était un petit peu fatigué et, en même temps, il voulait donner le meilleur de lui-même", a expliqué Karen Tebar. "Du coup, sans être chaud, il était très énergique et je pense que c'est ce qui a causé la faute sur l'avant-dernier changement de pied aux deux temps." Une faute vite pardonnée au vu des notes du beau noir dans les piaffers, dont l'un est monté à 7.9. "Son deuxième piaffer était si beau ! Je l'ai senti bien monter sur place."

Mais n'oublions pas que le petit-fils de Rubinstein par la mère n'est âgé que de dix ans et a encore une marge de progression qui laisse espérer le meilleur pour l'avenir. En tout cas, Jan Nivelles, l'entraineur de la Française d'adoption, semble y croire. "Don Luis a fait un très bon Grand Prix jeudi. Aujourd'hui, il était un peu fatigué mais il a tout de même fait du très bon travail. Il manque un peu de force encore pour avoir la condition nécessaire à deux ou trois jours de compétition intense. Nous allons travailler là-dessus mais, avec ce que nous avons vu depuis jeudi, j'espère que ce sera un couple très performant à l'avenir." 

En attendant, la belle aventure européenne de Karen Tebar et Don Luis n'est pas terminée puisqu'ils sont désormais qualifiés pour la Reprise Libe en Musique, qui aura lieu demain. Dix ans après sa onzième place aux championnats d'Europe de Hagen avec la jolie Falada M, désormais âgée de vingt-quatre ans, l'histoire semble donc se répéter pour Karen Tebar, digne ambassadrice de la France en Allemagne.

À lire également...

Réagissez