Constant van Paesschen déjoue les pronostics à Chantilly

Crédit : RB Presse

Dimanche 19 juillet - 18h19 | Johanna Zilberstein

Constant van Paesschen déjoue les pronostics à Chantilly

Quinze barragistes ont lutté pour la victoire dans le Grand Prix CSI 5* de Chantilly, cet après-midi. Et si la victoire semblait acquise pour Bertram Allen, Constant van Paesschen l'a finalement emporté avec Diamanthina van't Ruytershof. Ferenc Szentirmai et Quickdiamond ont complété le podium de cette épreuve à quinze barragistes.

 - Constant van Paesschen déjoue les pronostics à Chantilly

Voilà une victoire que Bertram Allen n'aura pas, privé par Constant van Paesschen.
Crédit : Stefano Grasso/GCT

Premier couple en piste, Kara Chad et Alberto II se font avoir à deux reprises. Il faudra attendre le couple René Tebbel et Cooper puis John Whitaker et Argento pour voir les deux premiers sans-faute, coup sur coup. Même sans Molly Malone V et Romanov, aucun parcours ne semble pouvoir résister à Bertram Allen, qui montait aujourd'hui le jeune KWPN Belmonde et qui ajoute son nom à la liste des barragistes. Une chance que n'aura pas Ben Maher, qui écope de quatre points de Chaventyno. Sur le tout bon Quickdiamond, l'Ukrainien Ferenc Szentirmai signe un parcours parfait, ce que manque de faire Margie Goldstein-Engle, qui faute sur l'ultime oxer avec Royce. Avec Marlou des Étisses, Alexis Borrin créé la surprise et rejoint Alexandre Fontanelle au barrage, au terme d'un parcours fluide et sans sursis. Un parcours qui a vraisemblablement donné des idées à Ali bin Khalid al-Thani, sur Imprerio Egipcio Milton, et Denis Lynch, sur Abbervail van Dingershof, qui réalisent à leur tour le parcours parfait. Après un sursis dans le double, puis en sortie du triple, Roger-Yves Bost et Qoud'Coeur de la Loge imitent les couples précédents et deviennent les neuvièmes barragistes.

Les Tricolores semblent donc au rendez-vous de ce Grand Prix et la tendance ne va pas s'essouffler grâce à Simon Delestre et Ryan des Hayettes, parfaits de bout en bout. Très attendu pour sa première compétition, le couple Edwina Tops-Alexander et Caretina de Joter affiche une bonne entente, malgré une faute en sortie de triple. Sur la bonne Diamanthina van't Ruytershof, Constant van Paesschen ne se laisse pas piéger et devient le onzième barragiste. Martin Fuchs ne souffre d'aucune faute et ajoute un sans-faute supplémentaire avec le jeune et prometteur Cynar V, avant que Cédric Angot ne relance la machine française en se qualifiant pour la finale au chronomètre avec Saxo de la Cour. Toujours bondissante, toujours impressionnante, Flora de Mariposa reste fidèle à elle-même sur ce parcours et offre à Pénélope Leprevost la quatorzième place au barrage. Les suivantes sont pour Maikel van der Vleuten et VDL Groep Arera C, qui font oublier leurs fautes de la veille, et Eric Lamaze et Rosana du Park.

Six Français au barrage

Six Français au barrage - Constant van Paesschen déjoue les pronostics à Chantilly

En forme tout le week-end, Ferenc Szentirmai et Quickdiamond ont terminé en apothéose, prenant la troisième place du Grand Prix.
Crédit : Stefano Grasso/GCT

René Tebbel a été le premier à s'élancer dans ce barrage laissant la part belle aux longues galopades et aux courbes serrées. Mais un virage un peu court pour aborder un vertical entraîne un refus de Cooper. Score final : dix-sept points et un chronomètre de 59''09. John Whitaker établit alors le premier sans-faute de référence en 38''04. Bertram Allen, lui, ne se trompe pas de place et termine sa course folle sur Belmonde sans pénalité en 36''77, le nouveau temps à battre pour l'emporter. Ferenc Szentirmai se lance alors à la poursuite du jeune Irlandais mais ne va pas assez vite et prend la deuxième place au provisoire. Ali bin Khalid al-Thani, décide, lui, d'assurer le sans-faute et boucle en 41''20, laissant toujours Bertram Allen caracoler en tête. Denis Lynch tente alors de rattraper son compatriote, mais faute en entrée de combinaison puis sur le dernier obstacle.

Serait-ce une affaire à régler entre membres de la jeune génération ? En tout cas, Constant van Paesschen ne fait pas de politesse à son contemporain et rentre en 36''71, prenant la tête. Et dans ce combat de jeunes coqs, Martin Fuchs a également son mot à dire. Mais une faute en fin de parcours le met définitivement hors-course. Maikel van der Vleuten ne fera pas non plus mieux, souffrant d'une mauvaise place sur le double, où Arera percute l'entrée et la sortie. Il décide malgré tout de terminer, inscrivant vingt-neuf points et un chronomètre de 63''82. L'expérience d'Eric Lamaze peut-elle arrêter l'insolence belge ? Parti sur les chapeaux de roue, le Canadien écope d'une faute assez tôt, offrant la victoire à Constant van Paesschen, malgré l'incroyable chronomètre de 35''86.

Les résultats ici
Les performances des Français en première manche ici
Les performances des Français au barrage ici

À lire également...

Réagissez