L'indépendance est un défi, Marco Kutscher

Grâce notamment à Cornet's Cristallo, qu'il a pu conserver après son départ des écuries Beerbaum, Marco Kutscher, ici à Los Angeles, continue à faire des merveilles au plus haut niveau.
Crédit : Scoopdyga (archives)

Lundi 13 juillet - 16h49

"L'indépendance est un défi", Marco Kutscher

Triple champion d'Europe et double médaillé de bronze olympique, Marco Kutscher, valeur très sûre su saut d'obstacles allemand, a retrouvé en juin le fameux top trente du classement mondial grâce à ses très bonnes performances à Madrid et surtout à Shanghai, où il est monté sur le podium de quatre épreuves ! Il y a un an, l'ancien cavalier de Montender 2, Cash 63 et Cornet Obolensky a quitté les écuries de Ludger Beerbaum pour s'installer à son compte à Bad Essen avec sa compagne Eva Bitter. Conservant toute la confiance de son mentor, ce géant à l'impeccable tact équestre se pose comme un candidat possible à une sélection aux championnats d'Europe d'Aix-la-Chapelle.

Grand Prix : En tant qu'employé chez Ludger Beerbaum, vous étiez dans une position très confortable. Sur la question de votre installation à votre propre compte, qui vous a été posée maintes fois pendant vos quatorze années à Riesenbeck, vous avez toujours répondu : "Je suis tellement bien ici que je ne partirai pas !". Ce sont donc des raisons personnelles qui vous ont décidéà rejoindre votre compagne ?
Marco Kutscher : Oui, tout à fait. Sinon, c'était hors de question. Je me sentais très à l'aise à Riesenbeck et j'y ai passé une période extraordinaire, mais plus Eva et mois avancions dans notre relation, plus l'idée de travailler ensemble me trottait dans la tête. Finalement, je me suis décidé à partir. À presque quarante ans, je me suis dit que si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferais jamais...

La suite de cette interview richement illustrée est à lire dans le numéro de Grand Prix Magazine de juillet/août.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
Ou achetez-le ici

À lire également...

Réagissez