Les Français en forme lors de la nouvelle CEI de Compiègne

Allan Léon n'a eu aucune difficulté dans l'ascension du Mont Saint-Marc.
Crédit : Françoise Lefort

Dimanche 12 juillet - 10h33 | Françoise Lefort

Les Français en forme lors de la nouvelle CEI de Compiègne

Le concours d'endurance de Compiègne, nouvelle mise entre les mains de Jean-Christophe Noël, a proposé des courses pendant deux jours, dont une CEI** et une CEI*. La 120 km comptait quatre-vingt-cinq partants dont quarante-neuf Français pour neuf nations engagées, sur des boucles renouvelées pour les habitués de Compiègne. 

La première boucle de 39,5 km comportait la montée du Mont Saint-Marc et celle du Mont Saint-Pierre. Denis Le Guillou, deux fois champion de France et médaillé d’argent aux derniers Jeux équestres mondiaux, l'a emporté avec une moyenne de 21,21km/h associé à Ottimmins Armor, un fils de Fadamor par Persik, le même qui courut à Sartilly. "C'était une course rapide, technique, avec une grosse concurrence , notamment des cavaliers du Bahreïn", a analysé le Tricolore. "J’ai trouvé les boucles difficiles car il y avait de fortes montées. Je préfère ça, car cela permet de ne pas galoper tout le temps. J’ai géré ma course et donc ménagé ma monture et surtout maîtrisé ma vitesse." 

Les deuxième et troisième sont des Bahreinis avec une moyenne de 21km/h. La quatrième est Jeanne Amourette, qui s’était engagée en Amateur Elite sur Rafale Blic, avec une moyenne de plus de 25km/h sur la dernière boucle. Il y a eu vingt-cinq éliminés dans cette épreuve.

La première manche de la 2x70kms fut remportée le vendredi par Eva Totain avec Majeed la Lizonne et la seconde par Adeline Alexandre, montant Reine de Warinctun avec une moyenne de 19km/h, suivie à une seconde d’Eva. Six cavaliers sur les deux manches furent éliminés, dont trois abandons.

Jean-Philippe Francès prépare Samorin

Les cinquante-deux cavaliers sur la 90 km qui s’est courue le samedi, dont de nombreux étrangers ont généré quinze éliminés, en raison du train imposé dès le départ, à commencer par les cavaliers barheinis, qui pourtant avaient franchi la ligne d’arrivée en deuxième et troisième position. Enora Boulenger a franchi la ligne la première, avec onze minutes d’avance sur les suivants avec une moyenne de 29,22km/h sur la dernière boucle, grâce à Aigoual Chouchen. "Nous sommes partis très vite, et cela a continué sur les trois boucles. Je monte ce cheval depuis un an et demi. J’en profite pour remercier le propriétaire, car c’est vraiment un super cheval." 

Allison Armagnac est deuxième avec Steem de Lacam et Jean-Philippe Francès, troisième avec Secret de mon Cœur, son compagnon en Normandie. "Je ne suis pas venu ici pour gagner, mais pour l’entraîner calmement en prévision d’une grosse échéance, le championnat d’Europe." Deux journées bien remplies avec en clôture le dimanche des courses Jeunes Chevaux de 20 à 90 km.

Cette nouvelle compétition à Compiègne a surpris un peu les habitués, car l’environnement ressemblait plus à des retrouvailles entre cavaliers qu’à des courses internationales. Pas de bracelets, entrée des écuries non contrôlées, pas d’officiels sur les boucles, pas d’ambiance à l’arrivée située dans un endroit invisible du public, une remise des prix sans coupes, ni hymnes. En revanche, le jury, les vétérinaires, le speaker ou encore le tracé des boucles étaient d’un grand professionnalisme.

À lire également...

Réagissez