Patrice Delaveau et Orient Express*HDC dans leur forme des grands jours

Crédit : Thomas Condom

Vendredi 03 juillet - 22h30 | Johanna Zilberstein

Patrice Delaveau et Orient Express*HDC dans leur forme des grands jours

Ils avaient imposé leur impressionnante forme dès la première manche. Ils l’ont ensuite facilement confirmé au barrage, ne laissant aucune chance aux autres. Ce soir, la Grande Dame de Fer a assisté à une magnifique victoire de Patrice Delaveau et Orient Express*HDC, époustouflants. Sous le soleil de plomb, Daniel Bluman et Carlos Lopez, sur Conconcreto Believe et Prince de la Mare, ont eux aussi tenu la distance.

Le parcours ne s’annonçait pas des plus simples, au premier abord. Et pourtant, ils ont été pas moins de dix-neuf à signer le parcours parfait et à se disputer la victoire sur la finale au chronomètre. Première à s’élancer, Emma Augier de Moussac écope de sept points sur Kanonja. C’est ensuite très dur pour Hans-Dieter Dreher et Magnus Roméo, tout juste de retour à la compétition (lire ici), qui mettent quatre barres à terre puis font un refus sur l’avant-dernier oxer pour un total de vingt-huit points. Entre ensuite Roger-Yves Bost, qui commet une faute et prend deux points de temps dépassé avec Sangria du Coty.
 
Finalement, Pilar Cordon, sixième cavalière en piste sur Gribouille du Lys, débloque les compteurs en signant le premier parcours parfait. Ça ne passe pas loin pour Alexandre Fontanelle, qui concède une faute avec Prime Time des Vagues. Puis Scott Brash et Hello Forever, non contents d’être sans-faute, déroulent également un parcours fluide et très rapide, imité ensuite par Philippe Rozier sur Unpulsion de la Hart, qui se fâche un petit peu durant le tour lorsque son pilote le pousse. Lauren Hough déroule elle aussi le parcours parfait et file au barrage avec Royalty des Isles. Puis Edwina Tops-Alexander l'imite, sur la très bonne Heidi du Ruisseau. En selle sur Stardust Quinhon, Simon Delestre tente sa chance mais commet deux fautes, dont une sur l’ultime vertical. Pas de problème en revanche, pour Carlos Lopez et Prince de la Mare, qui rejoignent les cinq premiers barragistes.
 
Sur la très bonne Amelia, Karim Elzoghby faute en entrée de triple, tandis que Marcus Ehning, sur son digne fils de For Pleasure, Funky Fred, faute sur le numéro un. Le score est très lourd pour Elodie Laborde, qui subit un peu sur Citizenguard Cadjanine Z et sort avec un total de trente-cinq points. Le Longines Paris Eiffel Jumping semble définitivement sourire aux porteurs du nom Whitaker puisque, après la victoire de John ce matin (lire ici), c’est la monture de Hamad Ali Mohamed al-Attiyah qui sort sans pénalité, tout comme le couple double vice-champion du monde, Patrice Delaveau et Orient Express*HDC.  Associé à For Sale 6, avec qui l’entente semble bonne, Ludger Beerbaum doit tout de même concéder quatre points. Kevin Staut, lui, sort sa Silvana*HDC sans encombre de ce tour un peu tournant sur cette piste un peu étroite.

Des sans-faute comme s’il en pleuvaient

Le barrage compte alors déjà neuf barragistes et le compteur n’est pas prêt de s’arrêter. Dans un bel élan, Luciana Diniz sur Lennox, Sergio Alvarez Moya sur Red Star d’Argent, Marlon Modolo Zanotelli sur Rock’n Roll Semilly, Julien Epaillard sur Pigmalion du Rozel, Jamie Kermond sur Quite Cassini, Daniel Bluman sur Concreto Believe et Christian Ahlmann sur Cornado II signent tous, quasiment coup sur coup, le parcours parfait. Alors qu’Aymeric de Ponnat doit composer avec un Ricoré Courcelle un peu délicat, et sort de piste avec vingt-six points. Rolf-Göran Bengtsson, sur Unita Ask, Ben Maher sur Aristo Z puis Bertram Allen sur Quiet Easy, avec qui il a participé aux six barres un peu plus tôt dans la journée, viennent ajouter leurs noms à la liste des barragistes.
 
Mais dans cette finale au chronomètre à dix-neuf, ni Marlon Modolo, ni Jamie Kermond ne vont repartir. Première en piste, Pilar Lurecia Cordon établit le premier parcours de référence, en sortant le sans-faute en 36’’74. Son chronomètre n’est pas incroyable, mais elle a au moins le mérite d’être sans-faute, ce que ne parviendra pas à faire Scott Brash, qui concède une faute de postérieurs sur un oxer, Philippe Rozier, qui préfère abandonner après une faute, Lauren Hough, piégée dans le double, et Edwina Tops-Alexandre. C’est finalement Carlos Lopez qui va abaisser le chronomètre espagnol, à 35’’45. Mais c’était sans compter sur Patrice Delaveau, qui dessine le parfait tracé avec son Orient Express*HDC plus aérien que jamais. Un parcours de démonstration et un temps de 34’’27 qui ne va plus être battu.
 
Kevin Staut tente mais renonce très vite, après un refus de Silvana*HDC sur le numéro deux, qui se termine en parcours à vingt-quatre points. Ça ne passe pas non plus pour Luciana Diniz, une faute, Sergio Alvarez Moya et Julien Epaillard, deux fautes chacun. Daniel Bluman ne passe pas loin mais ses 34’’41 ne suffisent finalement pas, tout comme les chronomètres de Christian Ahlmann, dont on retiendra l’incroyable monture, propre frère du crack de Marcus Ehning, Cornado NRW, Rolf-Göran Bengtsson, Ben Maher et Bertram Allen.
 
Voilà donc une belle victoire à ajouter au palmarès de Patrice Delaveau, qui semble avoir mis fin à ses parcours avec toujours quatre points de trop. Et surtout, une belle mise en jambes avant demain soir.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez