La Grande-Bretagne, de La Baule à Rotterdam

Une fois encore, Joe Clee et Utamaro d'Écaussinnes ont inscrit un double sans-faute dans une étape de Coupe des nations.
Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 19 juin - 19h30 | Johanna Zilberstein

La Grande-Bretagne, de La Baule à Rotterdam

Il y a eu comme un air de déjà-vu, cet après-midi, à Rotterdam. Alors que la victoire semblait être à portée de main, la France s’est finalement retrouvée reléguée sur la deuxième marche du podium par la Grande-Bretagne, définitivement dans une bonne dynamique. Déjà surprenante à Rome, la Suède a quant à elle arraché la troisième place.

L’ESSENTIEL
Deux points. Comme à La Baule, deux points seulement ont séparé la France de la Grande-Bretagne, qui s’est de nouveau imposée dans une étape de la Coupe des nations, la troisième depuis le début du circuit. Une belle renaissance pour les Britanniques, dont le fiasco normand semble bien loin. Sur un parcours pas forcément difficile mais où le chronomètre était plutôt serré, les cavaliers de Di Lampard n’ont pas failli. Ils étaient venus prendre des points, et ils l’ont fait, alignant d’emblée trois sans-faute en deuxième manche. Là encore, les sélectionneurs des cinq équipes pouvant prétendre à quelques points ont fait un bon travail, puisque la Grande-Bretagne, la France, la Suède, l’Allemagne et les Pays-Bas ont tous terminé aux cinq premières places. Mention spéciale pour la Suède, dont les pilotes ont notamment réussi à faire face à la redoutable délégation allemande.
 
LES BLEUS
Pour cette dernière étape où la France pouvait engranger des points, Philippe Guerdat avait décidé d’aligner Patrice Delaveau, Aymeric de Ponnat, Roger-Yves Bost et Jérôme Hurel. Associé à Lacrimoso 3*HDC, le vice-champion du monde réussit un premier sans-faute sans le moindre effort.  Avec Armitages Boy, Aymeric de Ponnat commet quant à lui une faute, où l’étalon vient quelque peu se jeter dans un vertical. Après ses déconvenues suisses, Roger-Yves Bost, qui a réengagé Pégase du Mûrier, signe un sans-faute magnifique, où il pousse tout de même fort le gris en milieu de combinaison. Quatrième cavalier, Jérôme Hurel tient son rang et rentre avec seulement un point de temps dépassé sur Quartz Rouge. Une première manche à un point donc, qui laisse présager de belles choses pour la suite… De retour en seconde manche, Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC rééditent leur parcours parfait, ensuite imités par Aymeric de Ponnat et Armitages Boy. Pour Roger-Yves Bost, en revanche, les vieux démons sont réapparus et son caractériel gris s’est de nouveau montré rétif en entrée de combinaison. Une désobéissance à laquelle viennent s’ajouter plusieurs fautes dans la dernière ligne. Au final, c’est avec dix-neuf points au compteur que rentre le champion d’Europe. Un problème visiblement récurrent auquel il va devoir faire face pour que son talentueux gris devienne plus fiable.
 
LES TOPS
Comment ne pas adresser le premier bon point à Di Lampard ? Alors qu’elle a récupéré une équipe britannique en mauvaise posture, qui avait terminé bonne dernière du circuit l’an passé, la nouvelle sélectionneuse a décidemment quelque chose en plus. Une fois encore, sa sélection a été parfaite et son équipe composée de Ben Maher sur Diva II, Joe Clee sur Utamaro d’Écaussinnes, Jessica Mendoza sur Spirit T et Michael Whitaker sur Cassionato a permis à la Grande-Bretagne d’arracher sa troisième victoire depuis le début du circuit. Well done, Di !
Les autres bons points vont aux quatre couples doubles sans-faute : Joe Clee et Utamaro d’Écaussinnes, Gerco Schröder et Glock’s Cognac Champblanc, Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC et Daniel Deusser et Cornet d’Amour.
Mention également pour les mousquetaires allemands, Christian Ahlmann, Patrick Stühlmeyer, Ludger Beerbaum et Daniel Deusser, qui ont tous été sans-faute en première manche.
 
LES FLOPS
Côté belge et côté brésilien, il a fallu composer avec trois cavaliers en seconde manche après l’élimination de Yuri Mansour Guerios sur Cornetto K, tombé après une dérobade sur la rivière, et de Gilles Dunon, éliminé après deux désobéissances de Wesselina.
Mauvais point également pour Constant van Paesschen, qui ne réussit pas là sa meilleure Coupe des nations, rentrant avec vingt-et-un puis neuf points, associé à Citizenguard Taalex.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez