Je sens que Cristallo est en train de passer un cap, Julien Épaillard

Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 12 juin - 11h02 | Marion Gergely

"Je sens que Cristallo est en train de passer un cap", Julien Épaillard

S’il n’est pas l’un des Tricolores inconditionnels des grands rendez-vous, Julien Épaillard a su se faire une place parmi les cavaliers qui comptent dans l’Hexagone. Aujourd’hui doté d’un joli piquet, mené par Cristallo A*LM, le cavalier du haras de la Bosquetterie fonde de bons espoirs en l’avenir. Il s’est confié à GrandPrix-Replay sur ses ambitions et ses chevaux.

GrandPrix-replay : Comment vous sentez maintenant que vous savez que vous ne risquez plus de perdre Cristallo A*LM ? 
Julien Épaillard :
La rachat de Cristallo A*LM par la Laiterie de Montaigu est une très bonne nouvelle. C’est bien de voir que mon partenaire me soutient vraiment à cent pour cent. J’ai une écurie de haut niveau à faire tourner, c’est un gros investissement tous les mois. Nous avons eu chaque fois des offres plus intéressantes, nous ne pouvions plus vraiment dire non et la Laiterie de Montaigu a tout de suite réagi. Nous avons réussi à nous entendre pour pouvoir conserver le cheval et continuer de faire tourner la boutique. 
 
GPR: Vous venez également de récupérer Quanan Rouge, confié par Julien Anquetin. Que pensez-vous de lui ?
J.É. :
 Pour le moment j’apprends un peu à le connaître. Nous allons débuter ensemble au CSI 2* de la Capelle, la semaine prochaine. Je pense que c’est un cheval avec beaucoup de potentiel, il a beaucoup de moyens. Maintenant, il va falloir que le couple se fasse un peu, nous allons y aller étape par étape. Quanan Rouge a onze ans, il est en pleine force de l’âge et dans un état magnifique. Julien Anquetin m’a donné un cheval qui est pratiquement clés en main pour aller sauter de bonnes épreuves.Je suis très honoré d’avoir sa confiance, Julien est un cavalier professionnel très talentueux. Mais, aujourd’hui, il a un fonctionnement très différent du mien, ce qu’il l’a poussé à prendre cette décision. Le fait qu’il ait pensé à moi est très gratifiant. J’espère que nous allons réussir à faire de belles choses avec Quanan Rouge. 
 
GPR : Qu’en est-il du reste de votre piquet ? 
J.É. : 
Safari d’Auge est blessé (lire ici) et il a encore un mois d’arrêt. Cette blessure m’a forcé à changer un peu mon programme et Cristallo a dû tourner un petit peu plus que prévu. J’ai également une autre jument par Kannan, Sephora Sonzéenne, qui va reprendre à Vichy. C’est une très bonne jument de neuf ans, donc j’espère que d’ici deux mois je vais pouvoir soulager un peu Cristallo avec l’aide de Sephora et Safari. Et puis je peux aussi compter sur Pygmalion du Rozel.
 
GPR : Quel est le programme de Cristallo pour la suite ? 
J.É. : 
En attendant que Safari se remette, il va encore faire le Knokke Hippique, le CSI 5* de Paris, puis ceux de Chantilly et Dinard. À partir de là j’espère que Safari sera de nouveau d’aplomb pour ressauter les Grands Prix et donc qu’il prenne le relais. 
 
GPR : Quels sont vos principaux objectifs pour l’avenir ? 
J.É. : 
Cristallo a l’air d’évoluer en ce moment. À La Baule, il fait un petit quatre points tout comme à Saint-Tropez. Je sens que le cheval est en train de passer un cap. Si je pouvais faire une performance avec Cristallo dans un CSI 5* cette année, ce serait une bonne chose. C’est l’un de mes objectifs. Safari est un cheval dans lequel je fonde beaucoup d’espoirs et je pense qu’il a un gros potentiel. Il a beaucoup d’énergie et beaucoup de sang, ce qui le rend parfois délicat à gérer en piste. Son année de neuf ans devrai encore être une année intermédiaire ou je vais faire de la figuration dans les CSI 5* mais je pense qu’il a besoin de passer un peu par là. J’espère que l’année prochaine, il deviendra vraiment compétitif dans les CSI 5*. De toute façon, je n’ai pas de cheval pour aller aux championnats d’Europe. Quant aux Jeux olympiques, c’est encore loin, même si je pense que Safari a le potentiel pour sauter un jour un championnat. Mais l’échéance est l’année prochaine et il n’aura que dix ans. Il ne faut rien précipiter.

À lire également...

Réagissez