Ryan a toujours été très à l'aise sur les terrains en herbe, Simon Delestre

À Aix-la-Chapelle, Simon Delestre et Ryan des Hayettes ne sont pas passés loin d'un énorme exploit. Photo Kit Houghton/Rolex

Mardi 02 juin - 18h42 | Marion Gergely

"Ryan a toujours été très à l'aise sur les terrains en herbe", Simon Delestre

Dimanche dernier, Simon Delestre a terminé troisième du mythique et difficile Grand Prix d’Aix-la-Chapelle avec son rapide Ryan des Hayettes. En grande forme, le Lorrain semble très motivé à l’idée des championnats d’Europe qui approchent. Il a confié à GrandPrix-replay.com ses impressions sur son concours mais aussi ses ambitions estivales.

GrandPrix-replay : Comment avez-vous vécu cette troisième place à Aix-la-Chapelle ?
Simon Delestre : Plutôt bien! C’était vraiment un grand moment de sport, un honneur, un tout cumulé. La pression montait au fur et à mesure des parcours et Ryan (des Hayettes, ndlr) sautait magnifiquement bien. C’était quelque chose de magique !

GPR. : Quelles étaient les difficultés du parcours ?
S.D. : Au premier tour, tout était difficile, il y avait des fautes partout. Les chevaux devaient être à cent pour cent sur chaque saut. Le numéro deux était un bon vertical qu’il fallait soigner dès le début, puis le triple n’était pas facile. Le double de bidets faisait également partie des difficultés. La dernière ligne ne permettait pas de souffler non plus, car le contrat de foulées était très difficile entre la spa et un énorme oxer, et le parcours se terminait sur une palanque très fragile. Il a fallu beaucoup solliciter les chevaux.

GPR. : Ryan sautait pour la première fois à Aix-la-Chapelle, comment s’est il senti le premier jour ?
S.D. : Ryan a toujours été très à l’aise sur les terrains en herbe. Quand il était jeune, il était plus à l’aise sur une grande piste en herbe (on se souvient notamment de sa très belle victoire dans le championnat des sept ans, en 2012 dans le cadre du Master Pro de Fontainebleau, ndlr) plutôt que sur les petites pistes en sable. Sur les petites pistes, il y a beaucoup de monde et d’animation autour. Il se sentait oppressé et n’aimait pas qu’il y ait tant de monde si près des obstacles. Sur les grandes pistes, il se concentre beaucoup plus sur ses sauts.

GPR. : Ryan n’est-il pas votre meilleure chance pour les championnats d’Europe d’Aix? Vous avez fait un très grand pas ce week-end…
S.D. : Qlassic (Bois Margot, ndlr) et Ryan sont mes deux chevaux de tête actuellement. Ryan a sauté de façon magistrale à Aix. L’idée était de le préparer pour les championnats pour que je puisse arriver l’année prochaine avec deux chevaux ayant déjà disputé au moins un championnat dans leur carrière avant les Jeux olympiques. Pour moi, c’était aussi un bon test. Qlassic ayant déjà sauté Aix, je me devais d’emmener Ryan. Je n’aurais pas pu lui faire découvrir Aix à l’occasion des championnats d’Europe. C’était donc une bonne chose que nous ayons pu sauter sur la piste deux mois et demi avant ces championnats!

GPR. : Quel est le programme de Ryan pour la suite ?
S.D. : Ryan va à Rotterdam. Ensuite, il devrait sauter dans un concours mi-juillet, mais nous n’avons pas encore exactement décidé lequel.

GPR. : Comment se portent vos autres chevaux ? Lesquels emmenez-vous à Cannes et Saint-Tropez?
S.D. : Qlassic va bien. Ce sera d’ailleurs lui mon cheval de tête à Cannes et Saint-Tropez. Il se rendra également à Knokke, fin juin. Chesall va également bien, il a gagné une belle épreuve à 1,50m à Wiesbaden, le dimanche. C’est lui qui épaulera Qlassic à Cannes et Saint Tropez. Stardust Quinhon était également très en forme à Wiesbaden, mais beaucoup moins à Aix, où elle s’est montrée un peu émue sur la piste. J’ai également Quidman Denfer, un sept ans très prometteur, qui était présent à Wiesbaden et Aix.

À lire également...

Réagissez