QATAR DU PUECH ROUGET POUR CEDRIC LYARD

Qatar du Puech Rouget poursuivra son aventure du complet avec Cédric Lyard (ici à Fontainebleau en 2014) (@P Chevalier)

Samedi 30 mai - 12h18 | Johanna Zilberstein

QATAR DU PUECH ROUGET POUR CEDRIC LYARD

Après l’arrêt de la carrière en concours complet d'Éric Vigeanel, les propriétaires qui voulaient poursuivre l’aventure dans cette discipline ont réfléchi à une nouvelle orientation. Si Cœur de Crack, l’excellent huit ans, a été vendu à Rodolphe Scherrer, Qatar du Puech Rouget, inscrit sur la liste JO/JEM au début de l’année, n’a trouvé sa nouvelle place que depuis dimanche dernier.

Alain Chevalier, son naisseur, situé dans l’Aveyron, a pris un temps de réflexion nécessaire : 'Je voulais absolument continuer le complet car j’aime cette discipline et l’ambiance qui y règne. Je cherchais un cavalier qui adhère forcément à ma philosophie mais aussi qui puisse offrir les conditions recherchées pour Qatar. C'est un grand cheval qui aime aller au pré, vivre presque dehors. J’ai aussi trouvé un cavalier qui finalement n’avait pas beaucoup de chevaux de tête pour qu’il puisse donc être encore plus content de l’accueillir dans son piquet. Je n’ai plus que Qatar dans mon élevage et Alysée du Puech Rouget, une nièce que j’ai confiée à Alicia Ennesser, une jeune cavalière talentueuse et patiente qui la forme. Donc, je suis impatient de pouvoir retourner sur les concours voir mon cheval. Ce nouveau cavalier que j’ai choisi, c’est Cédric Lyard. Il a essayé le cheval et l’entente s’est faite de suite, ce qui est vraiment encourageant pour la suite.'

Qatar, grand Anglo-Arabe par Défi d’Armenti et d'une mère par Arpad II a toujours été sous la selle d'Éric Vigeanel depuis ses trois ans. Formé avec patience pour notamment le laisser grandir. Il fait quelques parcours à cinq ans puis entame vraiment sa formation à six ans jusqu’à la finale de Pompadour. Son année de sept ans est l’année de la révélation avec l’obtention du titre de champion de France à Saumur puis un classement à la douzième place au championnat du Monde du Lion d’Angers. Après une période transitoire en niveau deux étoiles, Qatar avait intégré l’équipe de France début 2014 pour le CICO 3* de Fontainebleau avant de terminer neuvième du CCI 3* de Bramham et de malheureusement se blesser. Cheval estimé de la part du staff fédéral, il a réintégré le groupe JO/JEM début 2015 mais n’est pas encore revenu sur les terrains de complet. Il n’a participé qu’à des épreuves de saut d’obstacles.

Cédric Lyard a donc découvert son nouveau partenaire juste après l’International de Saumur et s’en réjouit : ' Je suis bien-sûr ravi. Qatar est très bien, c’est un immense cheval pour moi qui suis petit (rires). Il est très bien dressé, en pleine forme. Je me sens très bien dessus. J’ai sauté quelques barres et j’ai eu d’excellentes impressions. C’est toujours un plaisir de rentrer un bon cheval dans une écurie. Je ne connaissais pas beaucoup Alain Chevalier jusque-là mais nous avons fait connaissance à Saumur notamment et c’est un éleveur propriétaire passionné, sympathique et qui a une bonne philosophie pour ses chevaux. Nous partageons beaucoup de points de vue dans la gestion de la carrière des chevaux. Il aime le complet et veut faire de belles épreuves tout en s’assurant que son cheval soit bien avant tout. C’est quelque chose de je respecte et partage totalement. J’ai eu Éric Vigeanel déjà au téléphone qui est très heureux que le cheval soit chez moi. Nous avons échangé, il m’a donné déjà des informations sur le style de vie, la manière de le travailler, les embouchures mais je vais aussi me mettre avec le cheval et je verrais au fur et à mesure. Qatar devait faire sa rentrée au CIC 2* de Saumur, il est donc en pleine forme physique, manque juste un peu de fond. Nous allons assez vite débuter en concours en Pro 3- Pro 2 pour créer le couple et puis le programme sera fait en fonction de ces débuts.'

Le staff fédéral qui avait été contacté par Alain Chevalier au sujet de l’avenir de son cheval se réjouit de cette nouvelle. 'C’est forcément une bonne nouvelle, confie Michel Asseray. Mais l’avenir nous dira si le couple se forme bien et est performant pour la suite. '


Pauline Chevalier

À lire également...

Réagissez