HAROLD BOISSET CONFIRME SON MAGNIFIQUE WEEK-END BELLIFONTAIN

Photo Scoopdyga (archives)

Mardi 26 mai - 18h19 | Johanna Zilberstein

HAROLD BOISSET CONFIRME SON MAGNIFIQUE WEEK-END BELLIFONTAIN

Harold Boisset a terminé son week-end de concours au Grand Prix Classic de la plus belle des manières, en s’adjugeant le Grand Prix CSI 2* devant Julien Feuillerac sur Redox Trois et Mathieu Bourdon sur Play Boy du Tertre. Une belle conclusion pour le cavalier, qui a signé deux très belles semaines de concours, aux côtés, notamment, de Quolita Z.

Ils étaient nombreux à prétendre à la victoire dans ce Grand Prix CSI 2* Fontainebleau, sous couleurs Cheval Liberté, épreuve reine de ce dernier week-end de compétition au Grand Prix Classic. Car soixante-dix cavaliers sont entrés sur le Terrain d’honneur du Grand Parquet, le couteau entre les dents. Si tout ne s’est pas passé au mieux pour Baptiste Coupérie, ouvreur de cette épreuve à 1,45m sur Sprint du Rouet, il n’a pas fallu attendre très longtemps pour voir le premier sans-faute. Sur Tescari’Jac, Eugénie Angot, deuxième cavalière au départ, est la première à s’assurer de participer à la seconde manche, où seuls les dix-sept meilleurs repartiront. Deux cavaliers plus tard, le Brésilien Caio Carvalho Filho, associé à Apollo DL Bonnette Z, continue sur sa très bonne lancée du week-end et rejoint l’amazone tricolore dans le clan des sans-fautes. Moins de chance en revanche pour Alix Ragot, sur Thais de Pégase, qui doit écoper de douze points sur la piste auxquels vient s’ajouter un point de temps dépassé.

Pas de problème en revanche pour d’autres têtes d’affiches, comme Romain Duguet, qui mène Sucrette de la Roque vers le parcours parfait sans problème, tout comme Jean-Yves Legate, qui n’a cessé de s’illustrer depuis le début du Grand Prix Classic avec Sparco de Versichy. Pas de soucis non plus pour Olivier Guillon, qui présentait Serise du Bidou. Vainqueur ce matin du petit Grand Prix de ce CSI 2* (lire ici), Reynald Angot écope cette fois ci de huit points, sur Palawane de Sully. Avec Razzia des Sables, Florian Bilquez se fait également avoir et met une barre à terre. Avec Silène Belmanière, qui a montré de très belles choses pour la suite, Jérôme Hurel continue son bout de chemin et vient ajouter son nom aux concurrents sans pénalité dans ce tour plutôt délicat, où les fautes se font surtout sur le triple et sur la dernière ligne composée d’un oxer, de la rivière puis d’un autre oxer à six foulées.

Débuts prometteurs pour Philippe Léoni et Carriere

Sur Shampagne Batilly et Sam du Challois, Mégane Moissonnier et Ludovic Gaudin manque le sans-faute pour un point de temps dépassé, sur un chronomètre déjà rallongé en début d’épreuve à 84’’. Sur Nicos de la Cense, Niall Talbot, vainqueur du Grand Prix CSI 1* ce matin avec Wido (lire ici et ici) rentre sans aucun soucis parmi les cavaliers sans pénalité sur le tour. Viennent ensuite le rejoindre Camille Condé-Ferreira, surprenante ce week-end, en selle sur Pirole de la Chartre, Alexandre Fontanelle sur Quaprice de l’Etivant et Raphaël Goehrs sur Surf du Moulin. Le nouveau et plutôt performant couple formé par Philippe Léoni et Carriere a quant à lui dû concéder un point sur la piste et une pénalité de temps. Mais nul doute que la fille de Catoki fera bientôt de jolies choses avec son nouveau partenaire. Quelques sans-faute sont ensuite venus ajouter un peu de piment à la seconde manche à venir. Pierre Cabochette et Aston du Haras des Barrag, Harold Boisset et Quolita Z, Marc Dilasser et Qamaieu de Montsec et Julien Feuillerac ont ainsi tous pris une sérieuse option pour la victoire en se qualifiant pour l’ultime manche.

Sur Cordano Sitte Z, Adbelkébir Ouaddar se rapproche du parcours parfait mais le beau gris hésite à l’approche de la rivière, pour finalement mettre le pied dedans. Même coup du sort pour Laurent Guillet et Sultan du Château, qui signent un magnifique début de tour avant de mettre une barre à terre.

 

Le sans-faute sinon rien

Puis les choses se sont accélérées en seconde manche. Alors que Ludovic Gaudin, seul cavalier à ne pas avoir signé le sans-faute à être repêché, et Romain Duguet, sans-faute en première manche, décident de ne pas repartir, Jérôme Hurel signe le premier double sans-faute et établit du même coup le premier temps de référence à 49’’26 avec Silene Belmanière. Rapide, mais pas assez pour Raphaël Goehrs, qui rentre en 46’’64 mais avec seize points au compteur. Sur la même lancée, Camille Condé-Ferreira est également plus rapide que Jérôme Hurel mais met une barre à terre dans sa course. C’est finalement Caio Carvalho Filho qui relève le défi lancé par le cavalier de l’équipe de France. Le Brésilien abaisse ainsi le nouveau temps à battre de près de deux secondes, en 47’’87. Dans sa course contre le cavalier, Pierre Cabochette y laisse deux barres, tandis que Jean-Yves Legate rentre avec seulement huit centièmes de moins. Mais c’était sans compter sur Mathieu Bourdon, associé à Play Boy du Tertre, qui abaisse encore le chronomètre à 46’’52.

Après un samedi absolument fabuleux où il n’a touché aucune barre avec ses quatre chevaux, Marc Dilasser accuse deux désobéissances de Quamaieu de Montsec, qui l’éliminent. Niall Talbot doit quant à lui concéder quatre points, tout comme Georges Edmond Ngan Sassi sur Salomon de Lusse et Olivier Guillon. Alexandre Fontanelle, lui, commet deux fautes. Avant-dernière chance à prendre le départ de cet ultime manche, Harold Boisset, enhardi par ses succès récurrents de ces derniers jours, lance Quolita Z à vive allure. La jument, qui survole chaque obstacle, franchit finalement les cellules d’arrivée en 43’’79. Le décors est planté pour Julien Feuillerac, dernier concurrent en lice, qui sait désormais qu’il va devoir aller très vite s’il veut battre son prédécesseur. Mais son chronomètre de 45’’18 va finalement ne lui offrir « que » la deuxième place, devant Mathieu Bourdon.

À Fontainebleau, Johanna Zilberstein

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez