'IL NE RESTE PLUS QU’À DÉCROCHER LES MÉDAILLES', SÉBASTIEN VINCENT

Photo FFE

Vendredi 22 mai - 19h32 | Johanna Zilberstein

'IL NE RESTE PLUS QU’À DÉCROCHER LES MÉDAILLES', SÉBASTIEN VINCENT

Le week-end dernier, trois meneurs tricolores ont pris part au CAI 3* de Windsor. Si Chester Weber s’est imposé devant Boyd Exell et IJsbrand Chardon, Sébastien Vincent a réussi à prendre la huitième place. Un résultats encourageant qui satisfait pleinement Quentin Simonet, le sélectionneur national.
Sébastien Vincent et Quentin Simonet s’y accorde, le CAI 3* de Windsor, le week-end dernier, c’est plutôt bien déroulé pour les Tricolores. 'La compétition s’est plutôt bien déroulée, Sébastien a signé sa meilleure performance en international depuis qu’il a atteint ce niveau-là. Nous avons eu des discussions avec les juges et d’autres personnes qui se sont accordés à dire que le potentiel des chevaux est vraiment très intéressant. En ayant un peu de constance à ce niveau, les notes devraient descendre d’elles-mêmes', s’est ainsi réjoui le sélectionneur. Une opinion que partage le meneur : 'Mon concours s’est très bien passé, les notes de dressage sont passés de cinquante-sept à cinquante-deux depuis le dernier concours. Les chevaux étaient beaucoup plus faciles et brillants. Nous allons pouvoir nous améliorer encore. Mais le travail paye et nous pouvons encore gagner en précision. Les chevaux sont en grande forme.'
Des points restent encore tout de même à améliorer, notamment dans le marathon, où le meneur a écopé de plusieurs pénalités. 'Nous nous sommes trompés sur la phase A, qui est un parcours fléché que nous n’avons pas le droit de reconnaître en Angleterre. Nous étions en train de faire le point sur les chronomètres et nous n’avons pas vu la flèche ce qui nous a fait perdre beaucoup de temps et nous avons pris six points de pénalité. Nous sommes partis sur le marathon le couteau entre les dents parce que nous n’avions pas le droit à l’erreur, mais il y eu ce petit bémol.' Une erreur qui, pour le sélectionneur, servira pour la suite. 'Sans cet incident, Sébastien aurait été à la septième place au lieu de la treizième. C’est le genre d’erreur très frustrante mais humaine et cela va servir de leçon.'
Les championnats d’Europe un objectif à ne pas manquer
La maniabilité s’est bien passée même si Sébastien Vincent reconnaît que la malchance de ses concurrents a joué en sa faveur. 'Pour la maniabilité tout s’est très bien passé, et j’ai été assez chanceux car quelques compétiteurs ont fait des erreurs qui nous ont bien aidé à remonter dans le classement. Aucun des meneurs n’a été dans le temps et sans-faute, nous nous rassurons avec ça mais la prochaine fois nous devons absolument être parfaits pour se préparer au mieux pour les championnats d’Europe.' Quentin Simonet est lui aussi très fier de cette performance 'Pour la maniabilité, seuls trois meneurs rentrent dans le temps dont Stéphane (Chouzenoux, ndlr) mais il a fait trois balles, il faut donc que les chevaux prennent de l’expérience sur les enchaînements techniques. Sébastien fait une très bonne maniabilité malgré un peu de temps dépassé et une balle, ce qui l’a placé au sixième rang devant Boyd Exell ! C’est un très bon résultat pour lui qui lui permet de remonté à la huitième place alors qu’il était douzième avec cette épreuve. Nous sommes vraiment très satisfaits de sa performance.'
'Les prochains concours seront Saumur (du 4 au 7 juin, ndlr), puis Beekbergen et Riesenbeck. Chacun des attelages à quatre est susceptible d’aller aux championnats d’Europe. La préparation des championnats se fera dans la continuité de ce que l’on fait depuis deux ans. Cet hiver, nous avons fait beaucoup de stages. Il y a aussi beaucoup de travail sur les terrains de concours avec l’entraineur Félix Brasseur. Après, suivant les besoins individuels, nous aurons des sessions un peu spécifiques avec lui. Mais ça ne sera pas collectif comme pour les Jeux équestres mondiaux', détaille Quentin Simonet. Sébastien Vincent, quant à lui, espère partir à Aix-la-Chapelle 'Nous croisons les doigts pour être sélectionnés aux championnats d’Europe. Il faut y aller, c’est une obligation pour les sponsors, les propriétaires. Il y a une grande solidarité dans l’équipe de France et c’est un point positif. Il ne reste plus qu’à décrocher les médailles.'
Marion Gergely
Les résultats complets du CAI 3* de Windsor ici

À lire également...

Réagissez