MATHILDE MONTGINOUX EN IMPOSE AU GRAND PRIX CLASSIC

Photo Sportfot (archives)

Mardi 19 mai - 09h58 | Johanna Zilberstein

MATHILDE MONTGINOUX EN IMPOSE AU GRAND PRIX CLASSIC

Epreuve reine de ce premier week-end de compétition au Grand Prix Classic, le Grand Prix Pro 1 a donné pas mal de fil à retordre aux cavaliers, qui n’ont été que quatre à signer un sans-faute dans l’une des deux manches. Avec un point en première manche, suivi d’un parcours parfait, Mathilde Montginoux, sur Pépito Landais*HN, a devancé Laurent Guillet, sur Sultan du Château, et Jean-Yves Legate, sur Sparco de Verchisy.


Qu’ils étaient difficiles, les parcours dessinés par Cédric Longis pour cet ultime Grand Prix Pro 1 du week-end. Car sur le terrain d’honneur du Grand Parquet de Fontainebleau, les trente-et-uns cavaliers au départ de cette épreuve en ont bavé. Preuve en est, seuls trois cavaliers ont réussi à boucler un parcours sans pénalité dans le temps accordé en première manche, alors qu'un seul l'a fait en seconde.


Premier à s’élancer dans la première manche, Thierry Rozier donne le ton en fautant sur le dernier oxer, après un parcours qui n’avait pas été entaché de la moindre erreur sur Costa Brava. Même punition pour Hugo Breul, en selle sur Stardam, qui commet la même faute. Car il va en ruiner, des espoirs de sans-faute, ce large et imposant triple aux barres blanches. Et, alors que les cavaliers se succèdent, aucun ne trouve la solution. Sur Rasper du Gery, Pierre-Antoine Henault s’en rapproche bien, mais sans succès. Mais, juste après lui, Mathilde Montginoux prouve que le sans-faute est possible, bien qu’elle soit pénalisée d’un point de temps dépassé sur Pépito Landais*HN. Un peu plus tard, Jean Foubart, sur Penjab des Chaumes, vient s’aligner sur l’amazone et écope d’une pénalité de temps alors qu’il n’a pas fait tomber une seule barre.

Les cavaliers continuent à passer et même les meilleurs d’entre eux se cassent les dents sur le délicat tracé. Florian Bilquez, vainqueur de l’épreuve d’ouverture jeudi, commet ainsi deux fautes avec Razzia des Sables. Puis Laurent Guillet, également gagnant d’une épreuve ce week-end avec Tisèle du Park, dit adieu à ses chances dans le double placé en numéro quatre. Jérémy Le Roi, en forme cette semaine, fait quant à lui tomber une barre sur Ramona Robinz. Devenu à l’issue de l’épreuve meilleur cavalier du concours, Max Thirouin écope également de quatre points avec son fils de For Pleasure, Right Pleasure. Finalement,  c’est Jean-Yves Legate, vingt-quatrième cavalier au départ, qui va signer le tout premier sans-faute de cette épreuve. Belle performance pour la cavalier de Sparco de Verchisy, puisqu’ils ne seront que trois à signer le sans-faute en première manche. Bruno Garez, sur Rêve de Nabab, et Laurent Guillet, dernier partant sur Sultan du Château, le rejoignent ensuite.

En seconde manche, les huit meilleurs, à savoir Pierre-Antoine Hénault, Max Thirouin, Mathilde Montginoux, Jean Foubart, Titziana Verrecchia, Laurent Guillet, Jean-Yves Legate et Bruno Garez, ont eu le droit de revenir courir une seconde manche raccourcie où les pénalités s’ajoutaient à celles de la manche précédente. Premier à revenir, Pierre-Antoine Hénault décide de prendre un bon train tout en soignant son tour. Mais quatre points et un chronomètre de 51’’15 vont le reléguer à la septième place. Max Thirouin ajoute lui aussi quatre point à son compteur mais prend également près d’une seconde d’avance puisqu’il boucle sa deuxième manche en 50’’30.

Mathilde Montginoux, en revanche, survole ce second tour et fige définitivement son compteur à un point de pénalité et une seconde manche en 53’’60. Le ton est donné et la barre est fixée. Et ça, Jean Foubart l’a bien compris. Egalement pénalisé d’un point au premier tour, le cavalier décide de jouer le tout pour le tout mais une faute sur un oxer l’envoie à la quatrième place finale. Partie très vite, Titziana Verrecchia, également un point de pénalité, ralentie la cadence après une faute. Premier cavalier sans-faute à partir, Laurent Guillet sait qu’il n’ pas le droit à l’erreur : ni à la faute, ni au temps dépassé. Le Lentais lance alors son demi-frère d’Itôt du Château sur les chapeaux de roue, mais une faute sur l’avant-dernier oxer le prive de victoire, malgré un chronomètre près de quatre secondes plus rapide que la cavalière. Jean-Yves Légate décide alors d’assurer le sans-faute. Il soigne son tour mais Sparco de Verchisi touche une barre et envoie le couple à la troisième place du général. Grisé par l’enjeu et peut-être un peu sous pression, Bruno Garez, dernière chance de contrer Mathilde Montginoux, voit ses espoirs s’envoler dès l’obstacle numéro deux, qu’il met à terre. Un refus un peu plus loin ajoute à son score quatre points, forcément additionnés à deux points de temps dépassés, qui le mettent à la huitième place.

À Fontainebleau, Johanna Zilberstein

Les résultats ici

La réaction de Mathilde Montginoux ici

À lire également...

Réagissez