LES JEUNES CAVALIERS FRANÇAIS VICTORIEUX À DEAUVILLE

Les Jeunes Cavaliers français sur la plus haute marche du podium - Photo Marc Verrier

Lundi 11 mai - 12h19 | Johanna Zilberstein

LES JEUNES CAVALIERS FRANÇAIS VICTORIEUX À DEAUVILLE

La France aura brillé lors de cette deuxième journée de l'Officiel de France Espoirs à Deauville, avec une deuxième place des Juniors suivie par la victoire des Jeunes Cavaliers à l’issue d’un barrage.

A domicile, les Français auront régalé leur public et il s’en est fallu de peu qu’ils réussissent un doublé, puisque les Juniors passent à moins d’une barre de la victoire qu’ils laissent au Pays-Bas pour trois points. Pas de catastrophe pour Damien de Chambord/Chaplino Ali, Pauline Broucqsault/Pause Café du Saloz, Paul Delforge/Raybanne du Banney et Camille Condé-Ferreira/Pirole de la Chatre, mais des petites fautes par-ci, par-là. Le chef d’équipe, Olivier Bost, était néanmoins satisfait de ses troupes, même s’il laissait transparaître une pointe de déception : « On a manqué un peu de chance, car on fait quatre parcours à quatre points qui auraient pu être des sans-faute. C’est pour ça que je suis un peu déçu, même si nous sommes quand même contents d’être deuxième de notre Coupe des nations. Mais les chevaux ont bien sauté et j’ai trouvé que le groupe était bon, avec des cavaliers qui montent très bien. Ce sont des jeunes qui sont régulièrement classés sur 145 et c'est pour ça qu'il y a un peu de déception avec tous ces quatre points à droite et à gauche, alors que nous aurions dû terminer cette Coupe sans-faute ou à quatre points maximum. » 

Les Jeunes Cavs au bout du suspense

La Coupe des nations Jeunes Cavaliers aura été indécise jusqu’au bout. À l’issue de la première manche, la Grande-Bretagne pointait en tête avec quatre points devant la France qui en comptait huit et la Suède avec douze points, le seul parcours sans-faute français étant à mettre au crédit d'Adeline Hécart avec Pasha du Gué. En deuxième manche, les choses allaient se corser avec quatre points pour Edward Levy/Starlette de la Roque et deux fautes pour Titouan Schumacher/Paradis Latin et Tanguy Dobremez/Psyché de Virton. Mais les autres équipes étaient également à la peine, exceptés les Belges qui effectuaient une belle remontée pour venir monter sur la troisième marche du podium. Adeline Hécart sortait le sans-faute qu’il fallait pour espérer encore la victoire et les cinq points de la dernière cavalière britannique mettaient la France et la Grande-Bretagne à égalité. Il fallait avoir recours à un barrage où Edward Levy, Titouan Schumacher et Tanguy Dobremez alignaient trois sans-faute, alors que la première cavalière anglaise, Jake Saywell avait fait une barre, ce qui compliquait la tâche de son équipe, même si les deux Britanniques suivants étaient sans-faute. Adeline Hécart faisait une faute qui ne changeait rien, puisque la dernière amazone anglaise décidait de ne pas repartir. Le staff de l'équipe britannique avait fait ses comptes et le chrono était largement en leur défaveur avec un écart quasiment impossible à combler. Pas la peine d'envoyer Abigail Newbery dans un combat perdu d'avance.

Le chef d’équipe, Thierry Pomel, était satisfait de cette victoire, mais tempérait néanmoins son enthousiasme : « J’ai un bon groupe avec un état d’esprit très positif et ils ont montré qu'ils avaient vraiment envie de bien faire. Mais, quand j’analyse les scores, ce n’est pas assez bien pour moi dans l’optique du championnat d’Europe en août, où on sait que pour le podium il faut des sans-faute ou des quatre points maximum. Donc, il y a encore des choses à régler. Mais je ne m'affole pas, je vais faire des essais et lancer d'autres couples dans les Coupes des nations de Wierden et Hagen, alors que Adeline Hécart et Titouan Schumacher vont aller à Lisbonne faire un CSIO seconde ligue. Ensuite, il y aura le Championnat des As à Mâcon et, à l'issue, nous essayerons de trouver la meilleure équipe pour les championnats d'Europe. »

Résultats complets, CLIQUER ICI

Marc Verrier

À lire également...

Réagissez