TROIS NUANCES DE GRIS À MADRID

Lucian Diniz et Winningmood. Photo Stefano Grasso/GCT

Lundi 04 mai - 15h07 | Johanna Zilberstein

TROIS NUANCES DE GRIS À MADRID

Luciana Diniz et Winningmood s'imposent à Madrid sans devoir passer par le barrage en étant les seuls à réaliser un score vierge. Magnifique performance de Philippe Rozier sur Rahotep de Toscane et Manuel Fernandez Saro sur Enriques of the Lowlands, qui complètent le podium, composé par trois chevaux gris.

La première manche de cette étape madrilène a été l'une des plus difficiles jamais vue sur le circuit du Global Champions Tour. Des fautes un peu partout, à commencer par le numéro un, traversé par Hello Sanctos et qui prive Scott Brash du sans-faute. Le double de bidets, en numéro quatre, fit également son travail, tandis que le triple numéro sept posa également beaucoup de problèmes, tout comme le virage pour aborder la palanque numéro neuf, où beaucoup de chevaux perdaient de l'impulsion. Le dernier obstacle joua également des tours à certains cavaliers, dont notamment Cédric Angot, auteur d'un tour remarquable avec Rubis de Preuilly pour une première à ce niveau. Mais le fils de Diamant, en plus de sa faute sur le dernier, écope également d'un point de temps dépassé pour une vingt-deuxième place très honorable et prometteuse.

Les deux autres Français engagés dans ce Grand Prix ont réussi la performance de ne renverser aucun obstacle. Si Philippe Rozier et Rahotep de Toscane rentraient dans le temps accordé pour leur premier Grand Prix du GCT, il n'en était pas de même pour Roger-Yves Bost et Pégase du Mûrier qui voyaient le chrono s'arrêter avec quatre centièmes de trop pour un point de temps dépassé. Cependant, Bosty pointait à la cinquième place après la première manche, puisque seuls quatre couples sont parvenus à réussir le parcours parfait, tant au niveau des obstacles que du chronomètre. A noter que le temps initial a été rallongé d'une seconde après le passage des trois premiers cavaliers. Sans cette correction du temps, il n'y aurait eu qu'un seul parcours vierge, celui de Luciana Diniz et Winningmood. En effet, Meredith Michaels-Beerbaum/Fibonacci, Jane Richard-Phillips/Pablo de Virton (malgré plusieurs grosses touches) et Philippe Rozier/Rahotep de Toscane étaient tous trois au-delà des quatre-vingt-quatre secondes initialement accordées.

Le Canadien Eric Lamaze, avec Coco Bongo ouvre la deuxième manche avec un sans-faute, ce qui ne sera pas le cas de José Maria Larocca/GDE Matrix, Steve Guerdat/Nino des Buissonnets et Henrick Von Eckermann/For Sale 6, qui le suivaient. Dans un style peu agréable à regarder et certainement très inconfortable pour son cheval Talan, Abdullah el Sharbatly parvenait néanmoins à réussir le sans-faute, ce qui sera également le cas de Bertram Allen/Romanov, Laura Kraut/Cedric et Darragh Kenny/Sans Soucis Z. 

L'obstacle numéro quatre sera fatal à Pius Schwizer et Antello Z, tandis que Marcus Ehning voit Plot Blue renverser la sortie du triple et l'obstacle suivant. Scott Brash réalise une deuxième manche tambour battant sans que Hello Sanctos touche une barre, ce qui lui donne le meilleur chronomètre, alors que Kent Farrington était encore plus rapide, mais voyait les trois éléments du triple tomber tout comme l'avant-dernier.

Suivaient les deux couples avec un point en première manche. Devant son public, l'Espagnol Manuel Fernandez Saro s'appliquait pour réussir un nouveau tour sans-faute avec son bon fils gris de Diamant de Semilly (enregistré au BWP), Enriques of the Lowlands, qui ajoutait un deuxième point de temps dépassé à son total. Roger-Yves Bost avait un seul objectif : réussir un nouveau parcours sans-faute dans un meilleur temps que l'Espagnol. Pegase du Mûrier était très haut, mais, en passant devant la sortie pour aborder le numéro cinq, le fils d'Adelfos rétivait et contraignait Bosty à l'abandon. Dommage car Pégase a montré de très bonnes choses.

Il ne restait plus à passer que les quatre rescapés de la première manche. Jane Richard-Philips et Pablon de Virton renversaient la sortie de triple et le suivant, alors que Philippe Rozier, malgré une bonne touchette de Rahotep de Toscane sur le sept, sortait sans-faute, mais dépassait le temps imparti de trente-deux centièmes. Le podium était cependant assuré et Philippe pouvait se satisfaire du comportement de Rahotep de Toscane, très régulier à ce niveau depuis le début de la saison.
Et même mieux, puisque Meredith Michaels-Beerbaum voyait Fibonacci renverser la sortie de triple et le huit. Il ne restait plus à passer que Luciana Diniz avec Winningmood, qui allait répondre parfaitement aux demandes de sa cavalière pour boucler sans sursis un nouveau tour sans-faute dans le temps imparti.

Fait rare dans le Global Champions Tour, il n'y aura donc pas eu besoin de recourir au barrage pour désigner un vainqueur. Luciana Diniz s'adjuge pour la première fois une étape du Global Champions Tour et décroche sa deuxième victoire de l'année dans un Grand Prix cinq étoiles, après l'avoir emporté en janvier à Bale avec Fit For Fun. 

A l'issue de cette troisième étape du GCT 2015, c'est Scott Brash qui prend la tête devant Luciana Diniz et Bassem Hassan Mohammed.

Classement complet, CLIQUER ICI

Marc Verrier

À lire également...

Réagissez