Samedi 25 avril - 22h24 | Johanna Zilberstein

NOUVELLE CAVALIÈRE POUR BELLA BALOUBET

Très en vue depuis plus d’un an au plus haut niveau, Bella Baloubet quitte Amy Graham pour rejoindre l’Américaine Kimberly Prince.

C’est la mort dans l’âme que la plus française des australiennes, Amy Graham, basée dans la Manche au Haras du Ry, a dû se résoudre à se séparer de son fidèle complice, Bella Baloubet. Après avoir refusé de très grosses propositions, Amy Graham, qui espérait pouvoir garder le fils de Baloubet du Rouet dans l’optique des Jeux olympiques de Rio, n’a pu décliner une offre émanant des États-Unis. 'On m’a très souvent demandé Bella Baloubet et, jusqu’ici, mes parents et moi avions toujours refusé, car nous comptions sur lui pour que je puisse aller à Rio. Mais, il y a des offres qu’on ne peut pas refuser, surtout pour un hongre de quatorze ans. Je suis très triste, parce que Bella était le cheval de ma vie et celui qui m’a permis d’accéder au très haut niveau, mais la raison l’a emporté. Je n’ai pas encore trente ans et cette vente me permet de sécuriser mon avenir car cela demande de très gros investissements pour être cavalière de haut niveau.'


La vente de Bella Baloubet va contraindre Amy Graham à redescendre d’un cran dans le niveau des concours et à former le futur successeur de son cheval de cœur, mais cela n’effraie pas l’Australienne : 'J’avais Bella Baloubet depuis qu’il a six ans et j’ai réussi à l’amener au plus haut niveau, donc je pense être capable de le faire avec d’autres chevaux et j’aime beaucoup travailler les jeunes chevaux pour les faire progresser et les amener sur de belles épreuves. J’espère que mes performances avec Bella Baloubet sauront convaincre des propriétaires de me faire confiance en me mettant leurs jeunes chevaux au travail. Après, si le propriétaire d’un très bon cheval a envie de le voir aux Jeux olympiques sous couleurs australiennes et veut tenter ce pari avec moi, j’en serais ravie, bien sûr !'

'C'est le cheval de ma vie'


Avec Bella Baloubet, Amy Graham avait gravi un à un tous les échelons avant d’intégrer pour la première fois l’équipe australienne en 2011 à Lummen, où le couple réalise une très belle prestation avec quatre points en première manche et sans-faute dans la seconde. 2013 sera l’année de la première victoire en Grand Prix international à Drachten, ainsi que la première participation à un Grand Prix du Global Champions Tour à Monte Carlo, où Bella Baloubet réussit à se qualifier pour la deuxième manche, avec une quatorzième place finale. En 2014, Amy Graham a participé à sa première grosse échéance lors des Jeux équestres mondiaux de Caen, ainsi qu’à la finale de la Coupe des nations de Barcelone, où l’Australie prend une belle deuxième place dans la consolante grâce au double sans-faute d’Amy et Bella Baloubet.

Ce moment restera comme l’un des plus forts dans la mémoire d’Amy Graham, avec l’incroyable week-end du CSI 4* de Salzbourg, mi-décembre, où Bella Baloubet remporte les trois épreuves auxquelles il participe dont le Grand Prix. Enfin, le dernier grand souvenir en date restera bien sûr le Saut Hermès 2015, il y a moins de deux semaines, où, sous la verrière du Grand Palais, Amy et Bella remportent le Saut Hermès, associés à Julien Epaillard/Cristallo A*LM, et prennent la deuxième place du Grand Prix derrière Romain Duguet et Querida de Treho, mais devant tout le gratin mondial.

S’il a été castré jeune, Bella Baloubet est néanmoins étalon approuvé à l’AES et au Selle Français et continue à faire la monte, puisqu’il avait été prélevé avant castration et qu’il reste encore des doses congelées disponibles. Ses premiers poulains 2015 sont nés dans la Manche, il y a quelques jours.

Marc Verrier

À lire également...

Réagissez