STEVE GUERDAT A SOIF DE REVANCHE

Photo Scoopdyga

Dimanche 19 avril - 18h18 | Johanna Zilberstein

STEVE GUERDAT A SOIF DE REVANCHE

La deuxième épreuve de la finale de la Coupe du monde n’a pas été de tout repos pour un bon nombre de cavaliers. Seuls six cavaliers sont parvenus à se qualifier pour le barrage. Le clan américain, quatre pilotes au barrage, avait une très bonne chance de victoire. Mais Steve Guerdat s’est finalement imposé. En réalisant un second parcours sans pénalité en 32’’87, le Suisse s’est imposé devant Beezie Madden et Lucy Davis.

À 19h15 (4h15 en France), Joao Edua Ferreira de Carvalho, a fait son entrée sur la piste du Thomas et Mack center. Après avoir effectué un parcours au cours duquel cinq barres sont tombées, le Brésilien a laissé la place à Geir Gulliksen. Bien décidé à remonter dans le classement sur Edesa S Banjan, ce dernier a réalisé un beau parcours sans pénalité. Suite à cette démonstration, les spectateurs s’imaginaient déjà assister à un barrage avec un nombre important de cavaliers. Mais la situation fut tout autre et ce en grande partie à cause du triple placé en douzième position sur le parcours dessiné par le chef de piste américain Anthony D’Ambrosio.

Installé dans un virage à gauche, l’enchainement entre le vertical numéro onze et cette combinaison présentant des distances assez longues a laissé perplexe un bon nombre de cavaliers. Choisir d’effectuer cinq ou six foulées entre le numéro onze et le triple a finalement été la question la plus importante de la soirée. La Néo-Zélandaise Katie Laurie et l’Américain Jack Towell n’ont malheureusement pas trouvé la solution à ce problème et les deux ont préféré abandonner après avoir complétement détruit le milieu. Le clan français n’a pas non plus été épargné par ce “triple maudit“. Patrice Delaveau et Orient Express*HDC, qui comptaient déjà un refus sur le vertical numéro six, ont été éliminés après être sortis de la combinaison suite à un premier saut difficile sur l’oxer d’entrée. Selon Philippe Guerdat, la contre-performance du bel étalon français est due à une gêne physique. Ce dernier va donc être suivi de près.

 

Les Américains sont là

Alors que le public commençait à croire qu’il n’y aurait pas de barrage, Lucy Davis a fait son apparition sur Barron. En réalisant le deuxième parcours sans pénalité de l’épreuve, la jeune Américaine a réussi à redonner le sourire aux spectateurs. Juste après son passage, Elisabeth Madden et Simon sont entrés en piste. Les deux compères, qui ont remporté la finale de la Coupe du monde en 2013, ont également réussi à se qualifier pour la deuxième manche. Par la suite, leurs compatriotes McLain Ward, sur Rotchild, et Rich Fellers, sur Flexible, ont fait de même. Entre temps, Steve Guerdat, cinquième lors de la chasse, est venu ajouter son nom à la liste des qualifiés pour le barrage alors que Jos Verlooy, Martin Fuchs et Pénélope Leprevost ont tous les trois commis une faute sur l’oxer du milieu du triple.

Kevin Staut et Silvana*HDC ont quant à eux rencontré quelques difficultés lors de cette épreuve. Leur refus sur le numéro deux et leur faute sur un oxer les ont projetés à la vingt-cinquième place. Bertram Allen, le dernier partant à s’être élancé dans la première manche, a tenu le public en haleine jusqu’au bout. Mais, malheureusement, une petite touchette de la belle Molly Malone V sur la sortie de la combinaison numéro douze a privé le couple du barrage. En ayant réalisé le meilleur temps de l’épreuve, Bertram Allen a finalement pris la septième place du classement.

Steve sort du lot

Après une courte pause, Geir Gulliksen a ouvert le barrage. Sans prendre de risques, le Norvégien a terminé son parcours avec quatre points de pénalité en 40’’06. Déterminée à gagner, Lucy Davis a effectué un parcours avec beaucoup de rythme qui lui a permis d’avoir le meilleur chronomètre du barrage (32’’53. Mais, malheureusement, une faute sur le dernier obstacle lui a couté la victoire. Légèrement moins rapide, Beezie Madden a signé le premier sans-faute du barrage en 33’’31. Juste après que McLain Ward soit sorti de piste avec dix-huit points de pénalité, Steve Guerdat a fait son apparition. Autant acclamé que les Américains par le public, le Suisse s’est élancé confiant. Bien qu’Albführen’s Paille, très attentive aux demandes de son cavalier tout le long du parcours, ait tutoyé plusieurs barres, le couple a passé la ligne d’arrivée sans pénalité au bout de 32’’87. Il a ainsi pris la tête du classement provisoire puis définitif puisque Rich Fellers, le dernier barragiste, a commis une faute sur le premier obstacle de la seconde manche. Avec un chronomètre de 32’’80, l’Américain a finalement pris la quatrième place du classement.

Toujours dans la course, Pénélope Leprevost occupe la quatrième place du classement provisoire de la finale. En s’imposant dans cette épreuve, Steve Guerdat a pris la tête. Comme l’an dernier, le Suisse partira donc en favori lors de la troisième manche, qui se déroulera dimanche à partir de midi à Las Vegas (21h en France).  Bien déterminé à ne pas laisser passer sa chance de victoire entre ses doigts pour la deuxième année consécutive, Steve Guerdat devra tout donner pour que Rich Fellers et Bertram Allen, qui le suivent de près, ne le devancent pas.

À Las Vegas, Alice Corbin

À lire également...

Réagissez