BASSEM HASSAN MOHAMMED, TOUS LES INGRÉDIENTS DU SUCCÈS

Photo Stefano Grasso/GCT

Vendredi 17 avril - 09h16 | Johanna Zilberstein

BASSEM HASSAN MOHAMMED, TOUS LES INGRÉDIENTS DU SUCCÈS

L’histoire du saut d’obstacles retiendra qu’il a été le premier Qatarien à remporter un Grand Prix 5*, le 28 juin 2014 à Monte-Carlo. À force de travail et grâce à son talent, à un entourage hyper professionnel et au meilleur piquet de chevaux du monde, Bassem Hassan Mohammed est en passe de concrétiser le rêve de tout l’émirat gazier. Aux portes du top trente mondial, qualifié avec les siens pour les Jeux Olympiques de Rio, ce discret jeune homme de vingt-huit ans, né en Arabie Saoudite, a tous les atouts en main pour atteindre les sommets. Portrait.


Encore inconnu du public il y a deux ans, Bassem Hassan Mohammed n’a pas mis longtemps à inscrire son nom en haut de l’affiche. Cette ascension, le Qatarien ne la doit pas à cette recette miracle, mais à la réunion des meilleurs ingrédients du succès. Doté d’un tempérament de champion mêlé à un apparent flegme, le jeune homme a la tête sur les épaules. S’il se sait privilégié par le destin, il est bien décidé à ne pas laisser s’envoler sa chance de briller en saut d’obstacles, un sport où les carrières sont longues, mais souvent semées d’embûches.

Né en Arabie saoudite d’un père entraîneur de chevaux de sport et d’une mère professeur des écoles, Bassem trempe dans le milieu équestre dès son plus jeune âge. 'Depuis ma naissance, j’ai passé tout mon temps avec les chevaux. Petit à petit, je me suis investi de plus en plus.' À cinq ans déjà, le bonhomme participe avec succès à sa première compétition. 'En Arabie saoudite, il y a des épreuves réservées aux cavaliers de moins de dix ans. Comme j’ai gagné dès ma première compétition, je n’ai jamais voulu arrêter !', s’amuse le jeune homme. Aucun doute, le talent était bien là…

 

La suite de ce portrait richement illustré est à lire dans le numéro d’avril de Grand Prix Magazine, disponible en kiosques.


Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici

Ou achetez-le ici

À lire également...

Réagissez