Jeudi 09 avril - 10h54 | Johanna Zilberstein

'CE N’EST PAS PARCE QUE J’AI GAGNÉ QUE JE VAIS M’ENFLAMMER', CÉDRIC ANGOT

Vainqueur dimanche du Grand Prix CSI 4* de Vilamoura, Cédric Angot semble avoir toutes les cartes en main pour prétendre aux plus belles épreuves. Confiant mais nullement grisé par cette victoire, l’Yvelinois préfère rester calme et aborder la saison extérieure sans précipitation. Contacté hier par GrandPrix-Replay, il livre ses impressions et dévoile ses plans et aspirations.

GrandPrix-Replay : Pourquoi avoir choisi de démarrer votre saison à Vilamoura, lors de l’Atlantic Tour ?

Cédric Angot : Je me suis servi de cette tournée pour préparer mes chevaux pour la saison. L’objectif était le Grand Prix 4* pour Rubis de Preuilly mais il n’y a eu aucune préparation pour cette tournée. On a commencé à 1,35m le premier week-end, puis nous sommes passés sur 1,40m le deuxième week-end. Il a fait une 1,45m et une 1,50m la troisième semaine puis il a terminé sur une 1,45m et sur le Grand Prix à 1,50m du quatrième week-end avant de faire le CSI 4*. 

GPR : Pouvez-vous revenir sur cette première tournée de l’année ?

C.A. : Les premières semaines, j’ai surtout fait des tours de travail avec Rubis. Pendant le 3*, j’ai fait quatre points de ma faute, parce que je n’ai pas assez bien monté mon triple. Il aurait dû être sans-faute. Le weekend dernier, pendant le 4*, il refait quatre points dans la grosse épreuve le premier jour, puis il est parfait dans le Grand Prix. Je peux dire que, maintenant, mon cheval est prêt pour faire les gros parcours.

GPR : Quels sont vos objectifs pour la suite avec Rubis ?

C.A. : À court terme, j’aimerais aller au CSIO 5* de La Baule. Ensuite, on verra avec Philippe Guerdat. Je ne l’ai vu que très brièvement après ma victoire et nous n’en avons pas parlé donc je ne sais pas du tout. Avant La Baule, je ne sais pas encore ce que je vais faire, peut-être aller à Fontainebleau pour le CSI 2* ou bien Chantilly.

GPR : Qu’en est-il du reste de votre piquet ?

C.A. : J’ai Saxo de la Cour qui, je pense, est meilleur que Rubis de Preuilly. Cette année, il va y aller doucement parce qu’il doit prendre de la maturité, il n’a que neuf ans. Être plusieurs semaines sur le même terrain lui convient bien, car c’est un cheval respectueux et donc un peu plus à l’œil. Il a besoin de beaucoup sauter. Il va donc alterner entre les étapes du Grand National et les 2 et 3* jusqu’à ce que je sente qu’il est bien relâché et qu’on puisse sauter plus haut. Il était encore sans-faute dans le Grand Prix à 1,50m dimanche avec un peu de temps dépassé, mais il est bien une catégorie au-dessus de Rubis.

GPR : Quelle est la suite de votre programme ? 

C.A. : Je vais aller au CSIO 3* de Lisbonne, faire la Coupe des nations avec Saxo. Nous l’avons décidé à Vilamoura. Après je ne sais pas trop, même si j’ai vraiment envie de faire les beaux concours. J’espère faire des Coupes des nations avec Saxo car il est encore plus performant sur l’herbe que sur le sable. Les bonnes pistes comme Saint-Gall ou Hickstead seraient l’idéal.

 

GPR : Quels sont vos objectifs sur le long terme ?

C.A. : Je n’ai pas vraiment d’objectifs. Je vais faire concours après concours et voir pour faire un programme qui va être sur deux mois. J’attends de voir les évolutions. Je veux savoir si nous sommes vraiment performants, être sûr que ce n’était pas un coup de chance. Évidemment, j’ai quelques objectifs dans un petit coin de ma tête mais, pour l’instant, je préfère ne rien dire. Ce n’est pas parce que j’ai gagné un Grand Prix CSI 4* que je vais m’enflammer.

Propos recueillis par Marion Gergely

À lire également...

Réagissez