SCOTT BRASH ROI DE MIAMI

Scott Brash et Hello Sanctos - Photo Stefano Grasso/LGCT

Mardi 07 avril - 18h49 | Johanna Zilberstein

SCOTT BRASH ROI DE MIAMI

Scott Brash s'est imposé dans le Grand Prix du Global Champions Tour de Miami avec Hello Sanctos, après son succès de vendredi avec Hello Forever. Il a devancé Bassem Hassan Mohammed, toujours en forme sur le GCT, et Pieter Devos sur Candy. Roger-Yves Bost a quant à lui pris une jolie quatrième place avec Nippon d'Elle.

Cinquante partants sur la liste de départ de ce premier Grand Prix de la saison 2015 du Global Champions Tour, qui s'est tenu à Miami pour la première fois. Le Global Champions Tour a l'habitude de se choisir des lieux atypiques et Miami n'a pas dérogé à la règle, avec l'océan Atlantique à quelques mètres des obstacles, et les chevaux qui ont sauté sous les yeux des baigneurs, qui venaient de quitter l'eau.

Simon Delestre forfait


Ils ne seront que quarante-neuf à s'élancer effectivement, puisque Simon Delestre a préféré décliner la lutte, estimant que Chesall était encore trop inexpérimenté pour ce type de parcours. Initialement prévu pour cette épreuve, Ryan des Hayettes s'est avéré indisponible dès son arrivée, victime d'une blessure (lire ici). Les premiers cavaliers ont eu du mal à résoudre les différentes équations proposées par le chef de piste Uliano Vezzani et il a fallu attendre le quatorzième concurrent pour voir le premier tour sans-faute réalisé par le Brésilien Alvaro de Miranda avec son fils de Baloubet du Rouet, AD Bogeno. 

Dix couples plus tard, les Américaines Katherine Dinan et Margie Goldstein-Engle ont réussi à leur tour le parcours sans pénalité. La deuxième moitié de ce premier tour a été plus prolifique en sans-fautes, avec neuf couples qui s'en tireront sans encombre, parmi lesquels Bosty, qui a tiré le meilleur de Nippon d'Elle, et Palloubet d'Halong, qui est revenu à son meilleur niveau sous la selle de Bassem Hassan Mohammed, et qui a sauté à Miami comme à ses plus beaux jours. Le chronomètre assez large n'a pas influé sur ce premier tour et douze couples ont inscrit le sans-faute. Six cavaliers à quatre points ont aussi accédé à la deuxième manche, dont un fort contingent américain, puisque sept des douze cavaliers américains au départ sont parvenus à se qualifier pour la deuxième manche.

Pour Kevin Staut et Qurack de Falaise*HDC, la première manche s'est soldée par trois fautes, sur l'obstacle numéro six et sur les deux éléments du double numéro huit. Un double, avec un choix de six ou sept foulées pour l'aborder, qui a d'ailleurs fait beaucoup de dégâts, occasionnant une grande partie des fautes, tandis que le triple a également fait son travail.

Bosty en deuxième manche


Si les représentants des États-Unis étaient sept à s'élancer dans la deuxième manche et pouvaient espérer une victoire à domicile, aucun ne s'est qualifié pour le barrage puisque les deux seules Américaines à réussir le sans-faute ont été Laura Kraut et Lauren Hough, pénalisées de quatre points au premier tour. Premier des sans-fautes à s'élancer, Bassem Hassan Mohammed a prouvé que l'entente avec Palloubet d'Halong se fait à merveille. Serein, prenant bien le temps de sauter, Palloubet sort de piste sans aucun sursis, assuré d'un barrage encore éventuel. Exit Katherine Dinan, pour deux barres, et Beezie Madden, pour une petite faute sur le dernier. 

Une fois de plus, Bosty tire la quintessence de Nippon d'Elle, aucune barre ne tremble et il rejoint le Qatarien au barrage. Ho Go van de Padenborre, sous la selle de Denis Lynch, est très certainement un excellent cheval et il le prouve en ne sortant qu'avec une faute de cette deuxième manche, mais on peut néanmoins se demander s'il est raisonnable d'engager un cheval qui prend tout juste huit ans dans un gros Grand Prix de ce genre. Mais Denis Lynch a sûrement ses raisons.

La fluidité selon Scott Brash


Dommage pour Éric Lamaze, qui voit Rosana du Park fauter sur l'obstacle neuf, qui est le plus tombé de cette deuxième manche. Mais la Selle Français, fille de Kannan et sœur utérine de Diabolo du Parc II, a montré de très bonnes choses pour son premier Grand Prix cinq étoiles. Le vertical neuf est à nouveau tombé pour Margie Goldstein-Engle avant que Scott Brash n'offre une nouvelle démonstration de fluidité avec Hello Sanctos, rejoignant facilement le clan des barragistes, ce que n'est pas parvenu à faire Kent Farrington, en selle sur Voyeur, qui a fauté en entrée de double. Dernier à prendre le départ, le Belge Peter Devos a prouvé que Candy, la gagnante du Grand Prix CSIO 5* de Calgary, peut également être à l'aise dans un environnement plus restreint. Ils ont donc été quatre à s'affronter au chronomètre.

Bassem Hassan Mohammed aurait pu jouer la prudence, mais le Qatarien a décidé de ne pas traîner en route, comptant sur le génie de Palloubet d'Halong qui s'est montré encore à la hauteur, toujours plus bondissant. Bosty, évidemment parti pour gagner, doit essuyer un refus sur un vertical en sortie de virage, ruinant tous les espoirs du Barbizonnais. En revanche, pour Scott Brash et Hello Sanctos, tout semble facile et l'expérience du couple fait la différence, avec plus d'une seconde de mieux que le Qatarien. Plus rien n'a pu arrêter le couple, lorsque Peter Devos a vu s'effondrer l'obstacle trois et ses rêves de victoire avec. 

Une belle entrée en matière pour le numéro un mondial, qui marque d'entrée de son empreinte l'édition 2015 du Global Champions Tour, un circuit qui lui réussit particulièrement, puisqu'il l'a remporté lors des deux dernières saisons. 

Marc Verrier


Les résultats ici

À lire également...

Réagissez