L'AMERICAN INVITATIONAL POUR SCOTT BRASH

Scott Brash et Hello Forever - Photo Stefano Grasso/LGCT

Mardi 07 avril - 12h16 | Johanna Zilberstein

L'AMERICAN INVITATIONAL POUR SCOTT BRASH

À l'issue d'un barrage à neuf, le numéro un mondial Scott Brash s'est imposé dans le Grand Prix American Invitational du CSI 5* de Miami avec Hello Forever. Mais il s'en est fallu de peu.

Comme à son habitude, le chef de piste italien Uliano Vezzani avait tracé un parcours qui n'avait rien de démesuré, mais où les fautes pouvaient se faire partout. Pas de triple dans cette épreuve, mais trois doubles aux profils différents. Septième à prendre le départ, alors qu'il n'y avait encore aucun couple sans faute, Roger-Yves Bost réalise un bon début de tour, mais Nikyta d'Elle faute sur la palanque d'entrée du double numéro neuf, puis fait tomber l'avant-dernier alors que Bosty jouait le chronomètre. C'est la neuvième partante, l'Américaine Schuyler Riley, qui réussira le premier tour sans pénalité avec sa géniale Dobra de Porceyo, une fille d'Action Breaker âgée de neuf ans. 

Il n'y aura pas de Français au barrage, puisque Simon Delestre est sorti de piste avec treize points de Chesall suite à une faute, un refus en entrée de double et du temps dépassé. Le fils de Casall a montré de bonnes choses mais semble cependant encore quelque peu inquiet, sautant parfois un peu trop fort. Un point de moins pour Kevin Staut et Quismy des Vaux, qui renversent les deux éléments du double numéro quatre avant de fauter également sur la sortie du troisième double. Au final, neuf des cinquante-deux partants se sont qualifiés pour le barrage, parmi lesquels cinq femmes dont quatre représentantes américaines.

Schuyler Riley a ouvert le barrage de façon idéale avec un sans-faute de l'énergique et respectueuse Dobra de Porceyo dans un bon tempo, qui va obliger les concurrents suivants à prendre des risques. Sa compatriote Georgina Bloomberg a très légèrement amélioré le chronomètre, mais au prix d'une faute de Caleno. Scott Brash aurait pu faire preuve d'une certaine prudence avec le jeune et encore peu expérimenté Hello Forever, neuf ans, mais il n'en fut rien. Le numéro un mondial a ainsi serré ses virages et avancé sur la dernière ligne pour abaisser le chronomètre de l'Américaine de plus de deux secondes. Physiquement semblable à son père, For Pleasure, Hello Forever a également pris son style atypique, quelque peu creux dans le dos et figé, mais est néanmoins très appliqué et sera bien utile au Britannique pour épauler efficacement Hello Sanctos.

'Hello Forever évolue très vite'

Michael Whitaker a quant à lui écopé de deux fautes après avoir frôlé la correctionnelle au premier tour quand Valentin R s'est fortement défendu avant la ligne de départ, en se mettant debout à plusieurs reprises. Sans complexe, la troisième Américaine, Paige Johnson, a imposé une bonne cadence et a réalisé un parcours très fluide avec Dakota pour prendre la deuxième place provisoire à un peu plus d'une seconde du leader. La victoire ne sera pas américaine, puisqu'Audrey Coulter, dernière représentante des États-Unis, est sortie de piste avec deux fautes de Capital Colnardo. L'Allemand Daniel Deusser n'aurait pas été loin de la victoire s'il avait pris davantage de risques dans la dernière ligne. Sa bonne Pironella a tout de même bouclé un nouveau parcours sans-faute à huit dixièmes de seconde de Brash. Avec une faute de Lady Lindenhof (ex-Nangaye de Kergane) sur l'antépénultième obstacle, Luciana Diniz a vu s'effondrer ses chances de victoire. Dernier à prendre le départ, le Qatarien Ali Bin Khalid Al Thani tenta le tout pour le tout avec Concordija et a bien failli créer la surprise, mais il lui a manqué quinze centièmes de seconde.

C'est donc un Scott Brash ravi de cette victoire et surtout du comportement de sa monture, qui l'a emporté : 'Je ne monte Hello Forever que depuis quelques mois. Auparavant, il était monté par Stuart Harvey, qui a fait un excellent travail. Je suis content parce que le cheval est encore inexpérimenté, mais il évolue très vite.'

Marc Verrier

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez