'LE GRAND NATIONAL AVEC MAXIME OU PAS DU TOUT', MATHIEU LEMOINE

Photo Scoopdyga (archives)

Dimanche 05 avril - 10h29 | Marc Verrier

'LE GRAND NATIONAL AVEC MAXIME OU PAS DU TOUT', MATHIEU LEMOINE

Vainqueur du Grand National l’an passé avec Maxime Livio, Mathieu Lemoine remet cette année son titre en jeu pour le compte de Greenpex/Cavalassur… Sans son coéquipier, suspendu pour l’heure par la FEI. Mathieu Lemoine est donc seul à Tartas, ce week-end, première étape du circuit. Pour GrandPrix-Replay, il a accepté d’évoquer cette situation, ainsi que ses ambitions sur le circuit et pour l’ensemble de la saison.

 

GrandPrix-Replay : Comment abordez-vous cette nouvelle saison ? Avez-vous les championnats d’Europe en ligne de mire ?

Mathieu Lemoine : Je suis très impatient de démarrer la saison. Je ne suis pas sûr qu’il y ait des championnats d’Europe à la fin, car je ne sais pas si l’heure de Bart L est pour cette année. Si ça se présente, j’en serai très heureux. Mais, honnêtement, nous pensons plus à lui pour l’année prochaine. Après, si nous faisons les championnats d’Europe, ce sera la cerise sur le gâteau. Mais ce n’est pas l’objectif principal. Et puis j’ai beaucoup de chevaux cette année. Je vais pouvoir être présent sur beaucoup de terrains de concours. Je suis assez confiant, l’hiver s’est bien passé et les chevaux sont en forme. Maintenant, je suis impatient de les découvrir pendant les épreuves.

GPR : Conserver votre titre dans le Grand National (obtenu avec Maxime Livio, l’an passé) est-il un objectif ?

M.L. : Mon équipe avec Maxime est pour l’instant en suspens (Maxime Livio est toujours provisoirement suspendu par la FEI pour dopage, ndlr). Mais, réellement, non. Conserver notre titre n’est pas un objectif. Il y a des équipes bien plus favorites que nous, comme celle de Nicolas Touzaint et Thomas Carlile ou celle de Karim Laghouag et Gwendolen Fer. Mais il ne faut pas oublier que le Grand National est surtout un bon support pour préparer les chevaux aux internationaux. Après, si les choses tournent en notre faveur, tant mieux mais ce n’est pas une fin en soi.

GPR : Comment vivez-vous la suspension de Maxime Livio ?

M.L. : Maxime est absent à Tartas mais les choses devraient rapidement s’arranger. Pour l’instant, je suis seul dans le Grand National, mais je garde de très bons rapports avec Maxime, nous nous appelons très souvent. Même s’il n’est pas là, avec moi, je sais qu’il me soutient. Nous sommes vraiment très proches, que ce soit dans la vie ou sur les terrains de concours. Son absence est un vide, c’est sûr, mais c’est surtout un coup très, très dur pour lui. J’aime bien l’avoir à mes côtés pendant les épreuves. C’est une mauvaise période à traverser, mais elle sera bientôt derrière nous. Depuis le début, tout est très clair : c’était le Grand National avec Maxime ou pas du tout. Hors de question de le remplacer et de trouver un autre coéquipier. Ce n’est pas du tout ce que je souhaitais. Il ne faut pas oublier que nous avons gagné les deux dernières années surtout grâce à Maxime. C’est lui qui a apporté la plupart des points à notre équipe. Que je sois solidaire avec Maxime, c’est tout à fait normal.

À lire également...

Réagissez