'ROMANTIC LOVE A VRAIMENT ÉTÉ EXTRAORDINAIRE', GWENDOLEN FER

Photo Scoopdyga

Vendredi 27 mars - 18h03 | Sébastien Roullier

'ROMANTIC LOVE A VRAIMENT ÉTÉ EXTRAORDINAIRE', GWENDOLEN FER

Révélation Tricolore 2014, Gwendolen Fer poursuit sa lancée et a réalisé la meilleure performance française au CICO 3* de Fontainebleau le week-end dernier, rentrant même avec le meilleur cross de l’épreuve. Forte de beaucoup de travail et d’un piquet de chevaux bien garni, elle nourrit des objectifs ambitieux pour cette année 2015. Pour GrandPrix-Replay, elle revient sur son excellent week-end bellifontain et sur ses ambitions pour ce qui arrive.

 

GrandPrix-Replay : Vous venez de réaliser une de vos meilleures performances internationales à Fontainebleau. Comment vous sentez-vous ?

Gwendolen Fer : Je ne peux que dire que je me sens très bien… Je suis ravie ! Le week-end s’est globalement très bien passé pour moi, du début à la fin même avec mes autres chevaux. Coco Jumbo est d’ailleurs neuvième du CIC 2* sur plus de cent partants. C’était la rentrée pour Romantic Love, à la suite de l’annulation de Vedène et Tartas. Il était un peu électrique sur le dressage contrairement à d’habitude, lui qui est un cheval plutôt froid. Je suis d’ailleurs un peu déçue de mon dressage, parce que j’ai fait quelques fautes que je ne fais pas d’habitude. Mais la note a été correcte, ce qui montre que le travail d’hiver a bien payé. Quant au reste, je n’ai vraiment rien à lui dire, il a été extraordinaire. Sur le cross, il est d’assez loin le plus rapide des chevaux et il est sans-faute sur l’hippique, je pense qu’il est en pleine forme et qu’il a vraiment fait une bonne rentrée.

GPR : Comment aviez-vous préparé cette reprise ?

GF : Après Lignières en septembre, Romantic Love a eu environ deux mois de repos. Ensuite, tout s’est enchainé assez vite puisque les stages de préparation ont commencé dès le début du mois de janvier. J’ai été convoquée trois fois à Saumur avec l’ensemble de l’équipe, ce qui nous a permis de vraiment travailler en profondeur avec Serge Cornut, Jean-Pierre Blanco et Thierry Pomel, ce qui a été très bénéfique pour nous. Avec les annulations de concours qu’il y a eu, ça a été assez compliqué de préparer Fontainebleau, puisqu’il était censé être le troisième concours de la saison et s’est finalement trouvé être le premier. Michel Asseray m’avait demandé de monter à Fontainebleau avant pour y faire une préparatoire, il y a deux semaines. Cela faisait loin pour moi, mais il a eu raison parce que je pense que ça m’a fait beaucoup de bien et nous a préparé pour le CICO 3*.

GPR : Vous montez Romantic Love depuis son plus jeune âge. Comment l’avez-vous trouvé ? Avez-vous toujours perçu ce potentiel en lui ?

GF : Nous nous sommes rencontrés complètement par hasard. Nous cherchions un cheval pour assurer la relève de ma jument Leria du Ter. Nous sommes allés chez Lydia Gallone pour voir un cheval que nous avions repéré sur annonce. Il s’est avéré que ce cheval ne nous plaisait pas vraiment, alors elle nous a présenté Romantic au fond d’un pré, il avait deux ans. Nous avons craqué sur ses allures et nous nous sommes dit, qu’au vu de son potentiel sur le plat, même s’il sautait mal nous arriverions toujours à en faire quelque chose. Malgré ses origines de Pur-sang, j’avais un peu peur de son côté froid, et qu’il manque de sang pour aller sur les grosses épreuves. Je me suis quand même dit très tôt que, quoi qu’il en soit, il serait un très bon cheval pour faire les épreuves du type Grand National. Puis, finalement, quand nous avons fait les CCI 2*assez facilement, je me suis dit que c’était peut-être possible. J’ai eu la confirmation que ce serait un très grand cheval lorsqu’il est rentré dans le temps imparti sur le cross de son premier CCI 3*, à Blair Castel, où le terrain est pourtant très vallonné.

GPR : Quels sont vos objectifs pour la saison avec Romantic Love, Coco Jumbo et Uppsala ?

GF : Avec Romantic, l’objectif de la saison est vraiment d’aller aux championnats d’Europe. Traumprinz, mon deuxième cheval, ne reprendra réellement la saison que dans la Pro 1 du Grand National de Tartas, puisqu’il n’a que huit ans. Il va globalement suivre le circuit Pro 1, dans le but de finir sur le niveau CCI 3* en fin d’année. Je le considère vraiment comme mon deuxième pilier, je place beaucoup d’espoirs en lui. Opéra Fleuri va continuer d’épauler Romantic sur le circuit du Grand National, afin de faire en sorte que je sois présente sur toutes les étapes pour notre équipe avec Karim Laghouag. Nous avons été deuxièmes l’année dernière et nous avons vraiment envie de rester sur ce podium, c’est aussi un gros objectif de la saison. Nous avons la très bonne équipe de Nicolas Touzaint et Thomas Carlile devant nous, mais justement nous aimerions aller les chercher et pour cela nous devons vraiment être présents sur chaque étape. Quant à Coco Jumbo, je le découvre un peu puisque Fontainebleau a été notre première sortie ensemble. Nous verrons comment il est pour la suite. Uppsala de Poncenat est une jument un peu tardive, mais elle sera une très bonne jument de Junior de par sa facilité et sa qualité.

                                                                                                                                                          

GPR : Avez-vous d’autres chevaux à travailler ? En avez-vous rentré de nouveaux ?

GF : J’ai une dizaine de chevaux à sortir en concours, en plus des chevaux de propriétaires que j’ai à travailler à la maison. On ne m’a pas proposé de me confier d’autres chevaux pour l’instant, mais pourquoi pas. Je reste ouverte à tout ce que l’on pourrait me proposer pour d’autres chevaux.

Propos recueillis par Alicia de Bastos

À lire également...

Réagissez