LA FÉDÉRATION ÉMIRATIE SUSPENDUE POUR UNE DURÉE INDÉTERMINÉE

Photo Sportfot

Samedi 14 mars - 19h30 | Johanna Zilberstein

LA FÉDÉRATION ÉMIRATIE SUSPENDUE POUR UNE DURÉE INDÉTERMINÉE

Après les différents scandales survenus en endurance, la Fédération équestre internationale a pris la décision aujourd’hui de suspendre pour une durée indéterminée la fédération nationale des Émirats arabes unis. La mort de Splitters Creek Bundy lors de l’Al-Reef Cup, début février, puis les soupçons d’organisation de courses factices pour qualifier des cavaliers à la President Cup ont définitivement poussé la plus grande instance équestre à prendre une décision ferme et radicale.
Le Bureau de la FEI a suspendu la fédération nationale des Émirats arabes unis pour une période indéterminée, à la suite d’une enquête menée sur le bien-être du cheval et sur le non-respect des règles et règlements de la FEI en endurance. Le Bureau, dirigé par le président de la FEI Ingmar de Vos, a été unanime quant à sa décision de suspendre la fédération émiratie.
Avec cette suspension, qui a pris effet immédiatement, la fédération nationale des Émirats arabes unis ne pourra plus assister ou être représentée aux réunions des organes de la FEI. Le pays ne pourra également plus organiser de compétitions internationales et ses membres (juges et cavaliers, notamment), ne pourront plus prendre part à aucun événement international. Toutefois, le Bureau a décidé que les athlètes émiratis des disciplines autres que l’endurance pourront concourir sous les couleurs de la FEI lors de compétitions internationales organisées hors des frontières des Émirats arabes unis.
La Fédération équestre internationale a clairement indiqué à la fédération émiratie que toute réintégration potentielle sera dépendante d’un accord que devra signer la fédération avec la FEI, dans lequel les Émirats arabes unis s’engagent à prendre les mesures que le Bureau de la FEI jugera nécessaire afin d’assurer le bien-être du cheval et le plein respect des règles et règlements de la FEI.
Des règles déjà durcies
'La décision de suspendre une fédération nationale n’est pas quelque chose à prendre à la légère et nous ne devons la prendre que lorsqu’aucune autre solution ne peut être trouvée', a expliqué Ingmar de Vos. 'Malheureusement, c’était le dernier recours qu’il nous restait, mais nous devons prendre nos responsabilités  et nous ne devrions jamais avoir peur d’attaquer les problèmes de front. Lorsque le bien-être du cheval est concerné, la FEI doit montrer son autorité et résoudre les problèmes de manière structurée mais sans faire de concessions.'
 
Pourtant, en août dernier, la FEI avait déjà fait passer de nouvelles règles visant à assurer la sécurité et le bien-être du cheval (lire ici). Mais cela n’a pas été suffisant. 'Nous étions confiants quant au renforcement des nouvelles règles', a confié le président de la FEI. 'Mais, malheureusement, cela n’a pas été le cas. Et puis il y a eu d’autres cas majeurs de non-conformité aux règlements et nous n’avons pas eu d’autre choix que de prendre cette mesure drastique pour faire face à cette situation absolument inacceptable.'
Il y a deux semaines, une solution d’urgence pour protéger le bien-être des chevaux avait déjà été prise par la FEI, qui avait tenu compte des recommandations de la secrétaire générale de la FEI, Sabrina Zeender, en supprimant de son calendrier toutes les courses d’endurance internationales devant avoir lieu en mars aux Émirats arabes unis (lire ici).
La fédération émiratie a quant à elle été notifiée de sa suspension par Sabrina Zeender aujourd’hui. Elle dispose désormais de trente jours pour faire appel au tribunal de la FEI.
 
Indépendamment à cette décision, la FEI a chargé le Quest, l’unité pour l’intégrité de la communauté équestre, un organisme britannique, d’enquêter sur des courses factices qui auraient été organisées cette hiver aux Émirats arabes unis afin de qualifier des cavaliers pour la President Cup, la course hivernale la plus dotée des Émirats arabes unis (lire ici).
Depuis l’affaire Bundy, qui a éclaté après la mort de Splitters Creek Bundy, euthanasié après avoir eu les deux canons des antérieurs fracturés lors de l’Al-Reef Cup (lire ici), la fédération émiratie est pointée du doigt par les fédérations du monde entier quant à sa pratique de l’endurance, qui met les chevaux en danger.
Johanna Zilberstein (avec communiqué)

À lire également...

Réagissez