ON NE REVERRA PLUS OPÉRA DES LOGES NI PARENTHÈSE TAME...

Avec Opéra des Loges, Reynald Angot avait notamment remporté le Grand Prix CSI 3* de Crans-Montana en Suisse. Photo Scoopdyga

Mercredi 11 mars - 17h56 | Johanna Zilberstein

ON NE REVERRA PLUS OPÉRA DES LOGES NI PARENTHÈSE TAME...

Au cours de l’hiver, Reynald Angot a perdu deux de ses meilleurs chevaux, Opéra des Loges et Parenthèse Tame, mis à la retraite en raison de problèmes vétérinaires. Double coup dur pour le cavalier normand, qui va devoir se reconstruire un piquet. Il a débuté sa saison le week-end dernier à Auvers.

'On ne pouvait pas en parler avant, parce qu’il y a une procédure en cours, mais je ne voudrais pas que les gens croient que Reynald a cassé son cheval.' C’est ainsi que Mylène Martin, la compagne de Reynald Angot et propriétaire du haras des Biches, où le couple est installé à Notre-Dame-d’Estrées, justifie le long silence précédant l’annonce de la fin de la carrière d’Opéra des Loges, ce matin.

Absent des terrains de concours depuis le Master Pro de Fontainebleau, fin septembre, le brillant et très compétitif fils de Fétiche du Pas et d’une mère par Double Espoir, copropriété de Jean-Pierre Bendinelli, son naisseur, et de l’EARL Martin Angot, ne foulera plus l’herbe et le sable sous la selle de Reynald Angot, ni d’aucun autre cavalier. 'Avant de partir pour Oslo et Helsinki, où il devait débuter la saison de Coupe du monde (information confirmée par Philippe Guerdat, ndlr), Reynald a voulu effectuer un check-up vétérinaire. Comme notre praticien habituel se trouvait à l’étranger, nous en avons consulté un autre, dont nous préférons taire le nom. Les choses se sont mal passées. Le pied d’Opéra s’est gravement infecté après une infiltration. Hélas, il n’y a plus rien à faire. Il ne ressautera plus…', déplore Mylène Martin.

Monté par Reynald depuis ses six ans, Opéra, généreux, respectueux et particulièrement rapide dans les barrages, avait remporté trois Grands Prix CSI 3*, à Canteleu en 2012 et 2013, et à Crans-Montana en 2013, ainsi qu’un Grand Prix CSI 2* à Barbizon en 2011. Il avait également terminé onzième du Grand Prix CSI 5* de Treffen, l’été dernier, accumulant plus de 200 000 euros de gains dans une carrière qui s’est donc achevée sur le Grand Parquet, au début de l’automne.

Qarat de la Loge chez Christophe Le Garrec

Malheureusement, le Normand ne pourra plus compter non plus sur Parenthèse Tame, la jument de Patrick Bizot et Denis Brohier. Cette fille d’Hélios de la Cour II et d’une mère par Thoas du Theillet évoluait sous sa selle depuis ses sept ans. Le couple avait notamment remporté le Grand Prix CSI 2* du Vaudreuil en 2012, ainsi qu’une belle épreuve à 1,50m du CSI 3* de Neufchâtel-Hardelot, au printemps dernier. À cette occasion, la jument s’était hélas blessée. Malheureusement, Parenthèse, qui avait repris le chemin des concours en septembre, au Pin-au-Haras et à Fontainebleau, n’a jamais pu retrouver son meilleur niveau. Ses propriétaires ont logiquement décidé qu’elle se consacrerait à sa carrière de reproductrice. 'C’est un double coup dur pour nous. Reynald est un peu dégoûté, forcément…', reconnaît Mylène Martin.

Ayant repris le chemin des concours le week-end dernier à Auvers, le Normand aborde donc la saison 2015 avec des ambitions plus mesurées qu’en 2014. Il compte bien sûr sur Palawane de Sully, mais cette dernière est en vente. Quastor et Rimell de la Vallée, que lui a confiés Jean-Pierre Vilault au début de l’été dernier, apparaissent donc comme les meilleurs montures de son piquet. 'Il dispose également d’une bonne équipe de jeunes chevaux', positive sa compagne.

Reynald ne montera plus non plus Qarat de la Loge, qu’il avait récupéré à la fin de l’automne, par la volonté de Didier Debonnet, en désaccord avec Julien Épaillard concernant le programme hivernal de l’étalon. Comme on pouvait le craindre, et comme Julien lui-même le craignait, le propre frère d’Idéal de la Loge n’est jamais apparu aussi à l’aise en indoor qu’à l’extérieur. Le responsable de l’élevage de la Loge a décidé de le confier à Christophe Le Garrec, qui l’avait monté de quatre à sept ans. Le cavalier breton l’a accueilli dans ses écuries il y a deux semaines.

Sébastien Roullier

 > Christophe Le Garrec retrouve Qarat de la Loge


Revivez en vidéo la chevauchée victorieuse d'Opéra et Reynald à Crans-Montana en 2013


À lire également...

Réagissez