CARL HESTER ET NIP TUCK, MAÎTRES INCONTESTÉS DU GRAND PRIX À DOHA

Avec son étalon de dix ans, Nip Tuck, le performant Britannique Carl Hester s'est imposé dans le Grand Prix du CDI 5* de Doha. Crédit Scoopdyga

Samedi 07 mars - 17h52 | Marie de Pellegars

CARL HESTER ET NIP TUCK, MAÎTRES INCONTESTÉS DU GRAND PRIX À DOHA

Cet après-midi la piste indoor d’Al Shaqab a accueilli le premier acte du CDI 5*. Vingt-et-un dresseurs ont donc présenté aux juges la reprise du Grand Prix qui permettrait en fonction des scores de répartir les cavaliers entre le Grand Prix Spécial et la Reprise Libre en Musique. Après plusieurs reprises de qualité, Carl Hester a finalement été, sans grande surprise, le meilleur. Le Britannique associé à Nip Tuck a reçu une note de 72.600%.

En raison sûrement de la saison Coupe du monde qui bat actuellement son plein, à seulement quelques semaines de la finale, les meilleurs dresseurs de la planète n’ont pas fait le déplacement au Moyen-Orient mais le plateau restait néanmoins correct. Il a fallu attendre le treizième passage afin de voir les notes s’envoler au dessus des 70%. Anders Dahl a été l’homme de la situation. Avec Wie-Atlantico de Ymas, le Danois a su séduire les juges qui lui ont attribué un score de 71.960%. Sa place de leader, il ne l’a néanmoins pas conservé longtemps. Il n’a pas eu à craindre Morgan Barbançon Mestre, quinzième aux Jeux équestres mondiaux avec Painted Black, qui avait cette fois-ci sellé Vitana. L’Espagnole a déroulé une partition propre sans erreurs apparentes mais sa note n’a été que de 68%. En revanche, Carl Hester a, comme à son habitude, mis en œuvre son talent aidé de son puissant Nip Tuck avec lequel il terminait douzième lors de l’échéance mondiale en Normandie et ce malgré une tension et une déconcentration apparente du fils de Don Ruto. Le Britannique est sorti de piste alors que le tableau affichait 72.600%, synonyme d’une potentielle victoire. Aucun concurrent n’est finalement parvenu à détrôner l’entraîneur de la numéro un mondiale, Charlotte Dujardin. Le Suédois Patrick Kittel, présent avec son cheval de tête, Watermill Scandic, l’a talonné mais a dû s’avouer vaincu et se résigner à une deuxième place (72.420%).

Un seul Tricolore s’est élancé dans ce Grand Prix. Il s’est agi de Ludovic Henry porté par After You. Le Bleu, qui vient tout juste d’acheter son fils d’Abanos pour s’assurer de le conserver jusqu’aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, a présenté une reprise performante manquant quelque peu d’amplitude dans ses changements de pieds au temps mais réalisant des pirouettes notées à 7 par tous les juges. Finalement le Français termine avec 67.780% soit une quatorzième place.

La compétition a également été marquée par l’élimination de Aat Van Essen et Serverius Sebastiaan. Le cheval du Néerlandais a été jugé irrégulier après les premières figures au trot par les juges.

Les résultats ici.

La réaction de Carl Hester ici.

La réaction de Patrick Kittel ici.

La réaction d'Anders Dahl ici.

À Doha, Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez