LA FEI SUPPRIME TOUTES LES COURSES D’ENDURANCE ÉMIRATIES DE SON CALENDRIER

Après le vive émoi qu'a provoqué la mort de Splitters Creek Bundy lors de l'Al-Reef Cup, la FEI a finalement décider d'agir. Photo Dubaï Racing TV live stream

Dimanche 01 mars - 13h54 | Johanna Zilberstein

LA FEI SUPPRIME TOUTES LES COURSES D’ENDURANCE ÉMIRATIES DE SON CALENDRIER

Suite aux nombreuses protestations venues de partout dans le monde après le décès d’un cheval émirati lors de l’Al-Reef Cup d’Abu Dhabi, la FEI a finalement décidé de supprimer de son calendrier toutes les compétitions d’endurance prévues aux Émirats arabes unis au mois de mars.
Suite à la première réunion du Conseil exécutif de la Fédération équestre internationale menée par le président récemment élu, Ingmar de Vos, la Secrétaire générale Sabrina Zeender a décidé de supprimer du calendrier de la FEI les deux courses internationales d’endurance qui devaient se tenir aux Émirats arabes unis en mars prochain. Cette décision est une mesure d’urgence visant à protéger le bien-être des chevaux ainsi qu’à préserver l’intégrité des règles et règlements de la FEI lors des événements reconnus par celle-ci.  Elle s’inscrit dans le règlement général de la FEI, dont l’Article 112 précise que 'le Secrétaire général doit avoir l’autorité de retirer n’importe quelle compétition et/ou événement du calendrier si cela justifie des circonstances établies, relatives à la compétition ou à l’événement.'

Ce mouvement suit un mandat du Bureau de la FEI envoyé au Conseil exécutif afin d’enquêter de manière urgente sur le problème du bien-être du cheval ainsi que sur le non-respect des règles de la FEI aux Émirats arabes unis. Le Conseil exécutif doit maintenant finaliser ses recommandations au Bureau. 'Nous avons mis ce problème en haut de nos priorités et nous ferons nos conclusions aussi rapidement que possible afin qu’elles puissent être présentées au Bureau pour être étudiées au plus vite', a expliqué Ingmar de Vos après la réunion, qui s’est tenue dans les locaux de la FEI, à Lausanne, en Suisse.
Émoi international

Cette réunion du Conseil exécutif a rassemblé le président de la FEI, son premier vice-président et président du comité saut d’obstacles John Madden, le second vice-président et président du Groupe VII à la FEI, le sheik Khalid Bin Abdulla Al Khalifa, le président du comité de dressage Franz Kermperman, la présidente du comité des athlètes Maria Gretzer ainsi que la Secrétaire générale de la FEI, Sabrina Zeender.
Les règles d’endurance ont déjà été renforcées l’an passé (lire ici) afin de protéger et de promouvoir le bien-être du cheval, suivant les recommandations de l’Endurance Strategic Planning Group. Ces mesures très larges incluent notamment de nouveaux contrôles anti-dopage, une surveillance accrue des blessures, des sanctions pour les cavaliers de chevaux blessés ainsi que des périodes de repos plus longues. D’autres mesures ont également augmenté la responsabilité des cavaliers, des entraineurs et des officiels afin de mettre fin aux conflits d’intérêt.
Cette décision intervient après la mort de Splitters Creek Bundy lors de l’Al-Reef Cup d’Abu Dhabi, euthanasié après s’être fracturé les deux canons (lire ici). Si, dans un premier temps, la FEI a affirmé ne pas pouvoir agir, les protestations des nombreuses fédérations à travers le monde ont visiblement fait bouger les choses. La fédération suisse a ainsi menacé de ne pas prendre part aux championnats du monde d’endurance en 2016 à Dubaï tandis que la fédération danoise a quant à elle interdit à ses cavaliers de prendre part à des courses du Groupe VII de la FEI (Algérie, Bahrei,,Egypte, Irak, Jordanie, Arabie Saoudite, Koweit, Lybie, Liban, Maroc, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Tunisie, Emirats Arabes Unis, Yemen).
Johanna Zilberstein (avec communiqué)

À lire également...

Réagissez