PREMIÈRE VICTOIRE À CE NIVEAU POUR LATIFA AL MAKTOUM

Latifa Al Maktoum et Peanuts de Beaufour ont remporté le CSIO 5* d'Abu Dhabi, seulement leur troisième tentative ensemble à ce niveau. Crédit Sporfot

Lundi 23 février - 09h11 | Johanna Zilberstein

PREMIÈRE VICTOIRE À CE NIVEAU POUR LATIFA AL MAKTOUM

Cet après-midi, le dénouement du CSIO 5* d’Abu Dhabi, a eu lieu. Cinquante couples ont tenté leur chance afin d’inscrire leur nom en lettres d’or dans l’histoire de cette compétition. Seuls trois d’entre eux sont parvenus à sortir de piste avec un score vierge de toute pénalité. La cavalière des Émirats Arabes Unis, Latifa Al Maktoum n’a pas tremblé et s’est imposée avec sa jument Selle Français, Peanuts de Beaufour. Une victoire méritée dans une épreuve ayant causé des soucis à certains couples expérimentés.

 

Cinquante couples ont pris le départ du Grand Prix du CSIO 5* d’Abu Dhabi, et ce avec plus ou moins de réussite. Le chef de piste Luc Musette avait concocté un parcours technique composé de treize obstacles et seize efforts. Le triple, arrivant en fin de parcours, puisque numéro onze, a demandé de beaux efforts aux athlètes.

 

Partie en numéro huit de la liste de départ, Latifa Al Maktoum et sa jument de douze ans, Peanuts de Beaufour, ont été les premières à ouvrir le bal des sans-faute après un début d’épreuve chaotique. Les difficultés du tracé semblaient difficiles à déjouer entrainant notamment l’abandon du couple ayant porté les couleurs de l’Ukraine aux Jeux équestres mondiaux à Caen cet été, Cassio Rivetti et Vivant. Le Marocain Abdeslam Bennani Smires, en selle sur Mowgli des Plains, a lui aussi dû s’avouer vaincu en franchissant la ligne d’arrivée avec un total de seize points. Bassem Hassan Mohammed, membre de l’équipe du Qatar victorieuse jeudi lors de la Coupe des nations, a quant à lui, avec son Primeval Dejavu, laissé toutes les barres sur les taquets mais s’est laissé piéger par le chronomètre. Le couple a pris une sixième place finale.

 

Il a ensuite fallut attendre le passage d’Abdelkebir Ouaddar et son pétillant Quickly de Kreisker, s’élançant en vingt-deuxième position, pour avoir l’assurance d’un barrage. Comme à son habitude, le couple favori du public, vainqueur mercredi de l’épreuve de vitesse cotée à 1,45m, a mis en scène son talent pour signer un parcours parfait. Sept chevaux plus tard il est imité par Lars Nieberg avec Nabab de Revel. Le fils de Nabab de Rêve, qui évoluait auparavant sous la selle de Katrin Eckermann, et l’Allemand participaient ici à leur premier Grand Prix de ce niveau ensemble.

 

Edwina Tops-Alexander et Old Chap Tame ainsi que Karim Elzoghby et Amelia, deux couples habitués des remises de prix ont été contraints d’abandonner, ne parvenant pas à trouver la clé du parcours.

 

Un barrage prudent

 

Trois couples ont donc dû en découdre lors du barrage. Étonnement, seul un couple est rentré à l’heure lors de cette épreuve de vitesse. Il s’est agi d’Abdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker qui n’ont pas l’habitude de prendre leur temps et ont donc signé un chronomètre de 44’90’’. Malheureusement les risques pris ont engendré deux fautes reléguant le couple qui réalise un très beau début de saison à une honorable troisième place. La cavalière émirati, ouvreuse de cette deuxième partie d’épreuve, a assuré le sans faute, franchissant la ligne d’arrivée avec un point de pénalité de temps au compteur (48’18’’) mais sa stratégie à été payante puisqu’elle s’est imposée d’une main de maître au nez et à la barbe de certaines des meilleures cravaches du monde aidée de sa fille de Diamant de Semilly. Le scénario a été le même pour Lars Nieberg qui n’a pas effleuré une barre mais son temps de 51’59’’ lui a conféré quatre points de pénalité. L’Allemand signe une belle performance en s’emparant de la deuxième place.

 

Des performances françaises en demie teinte

 

Quatre Bleus étaient au départ de ce difficile Grand Prix mais aucun n’a réussi à sortir de piste sans pénalité. Jérôme Hurel a été le premier à présenter les couleurs tricolores porté par son puissant Ohm de Ponthual. Le fils de Voltaire n’a pas pu éviter trois fautes. Le couple a terminé trente-quatrième.

Louis Bouhana s’est ensuite élancé avec Qlandestin SAS. Le Breton et son fils d’Élan de la Cour, encore inexpérimentés à ce niveau, ont poussé deux barres à terre et ont dû se contenter de la vingt-deuxième place finale.

Le jeune Alexandre Fontanelle avait quant à lui choisi de laisser au repos son performant  Prime Time des Vagues, auteur de deux bons parcours dans la Coupe des nations jeudi, et de miser sur Quaprice de l’Étivant pour cette épreuve. Le fils de Carpaccio, qui participait à son premier Grand Prix de ce niveau, est sorti de piste avec un score de dix points synonyme d’une vingt-neuvième place.

La meilleure performance française a été réalisée par Frédéric David et Equador Van'T Roosakker. Avec son fils de Nabab de Rêve, le cavalier a signé un beau parcours entaché d’une faute leur offrant finalement la dixième place.

 

Les résultats ici.

Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez