'J'AI DE L'ESPOIR POUR AIX-LA-CHAPELLE', Roger-Yves Bost

Photo Scoopdyga

Mercredi 11 février - 19h29 | Johanna Zilberstein

'J'AI DE L'ESPOIR POUR AIX-LA-CHAPELLE', Roger-Yves Bost

Alors qu’il ne sera pour l’instant pas du voyage à Las Vegas, Roger-Yves Bost a d’autres objectifs en tête. Champion d’Europe avec Castle Forbes Myrtille Paulois, aujourd’hui à la retraite, le cavalier de Barbizon a de quoi assurer la relève entre Qoud’Cœur de la Loge, Pégase du Mûrier ou encore Sydney Une Prince, et compte bien prétendre sérieusement à sa propre succession. Avant de s’envoler pour Hong Kong avec Nippon et Nikyta d’Elle, Bosty a accepté de faire le point sur sa saison et son piquet de chevaux avec GrandPrix-Replay.

 

GrandPrix-Replay : Cette année, vous remettez votre titre de champion d’Europe en jeu. Ce sera sans aucun doute le point d’orgue de votre saison ?

Roger-Yves Bost : Bien entendu, c’est un véritable objectif. Aix-la-Chapelle est un concours que j’aime bien et Qoud’cœur de la Loge aussi. Il y est souvent très bien, il a une grande action, il est très à l’aise. Pour l’instant, c’est lui que je projette d’emmener. Quand il y était, en 2012, il a fait un très bon concours et a terminé troisième et quatrième des épreuves pour jeunes chevaux. Mais il y a aussi Pégase, qui évolue dans le bon sens. Et puis il y a la finale de la Coupe du monde. Ce n’est pas ma priorité mais si j’arrive à faire partie de ceux qui y vont (il est pour l’instant vingt-deuxième mais peut toujours bénéficier d’un éventuel forfait, ndlr) alors j’irai.

GPR : Irez-vous chercher des points à Göteborg ?

R.Y.B. : Non, je n’irai pas à Göteborg. Là, je vais à Hong-Kong puis j’emmènerai plusieurs chevaux à Oliva pendant deux semaines.

GPR : Qoud’Cœur de la Loge se place-t-il vraiment comme votre cheval de tête aujourd’hui ?

R.Y.B. : Actuellement, Qoud’Cœur est le seul qui est vraiment au-dessus des autres. Il a fait une fin de saison absolument magnifique avec cinq Grand Prix 5* et cinq sans-fautes. Nippon a fait quelques Grands Prix, il a fait quatre points à Zurich puis à Amsterdam et là, il va à Hong-Kong. Aujourd’hui, il a quatorze ans, il a repris confiance et il va très bien.

GPR : Qu’en est-il de Pégase du Mûrier, impressionnant lors de son premier Grand Prix 5* à Bordeaux ?

R.Y.B. : C’est un cheval exceptionnel, très énergique et avec beaucoup de sang. Il a aussi énormément de volonté et de force. Je pense que c’est un très bon cheval, et il l’a déjà prouvé avec son précédent cavalier (Sébastien Duplant, avec lequel il a décroché le titre de vice-champion de France Pro Élite en 2014, ndlr). Je fais beaucoup de sans-fautes avec lui, il est très bien. Je pense qu’il fera partie de mes meilleurs chevaux un peu plus tard. Il est très différent de Qoud’cœur, ils n’ont pas les mêmes points forts, mais on verra comment il évolue.

GPR : Quel est le programme pour Sydney Une Prince ?

R.Y.B. : C’est une jument incroyable. Elle a sauté deux ou trois fois des parcours à 1,55m assez facilement. Elle ressemble un peu à mes autres chevaux, elle a beaucoup d’énergie et la volonté de se battre tout le temps. Maintenant, je vais essayer de ne pas trop courir les épreuves de vitesse et de plus me concentrer sur les grosses épreuves, elle le mérite. C’est une très bonne jument. Je l’ai récupérée il y a deux ans, après le championnat des sept ans. Elle était montée par Frédéric de Romblay, avec qui elle était en confiance totale. Du coup, elle est bien dans sa tête. Pour une fille de Baloubet, dont les produits sont souvent assez regardants, c’est plutôt bien. Chez Frédéric, elle a fait un peu de cross, elle a tout vu, tout sauté. C’est une super préparation.

GPR : Avez-vous rentré de nouvelles recrues ?

R.Y.B. : J’ai Sangria du Coty qui est va très bien. Elle a neuf ans, et a bien couru à Lyon, en novembre dernier. J’ai aussi un fils de Kannan, Sunshine du Phare, qui va bien, et puis quelques chevaux de cinq et six ans, comme Vortex Bornissois, un fils de Tinka’s Boy. Ils vont tous les trois à Oliva. J’ai aussi un crack qui vient de prendre cinq ans. Il est encore bébé mais je vais le monter sur une dizaine d’épreuves cette année. Je vais essayer de faire le début des Cycles classiques avec lui. Je ne serai pas disponible pour la fin du circuit mais j’aimerais l’emmener à la Grande semaine de Fontainebleau. Et puis je redémarre Quartz de la Lande, le cheval de mon fils, sur les grosses épreuves. C’est un très bon cheval mais il a été arrêté un an. Il me reste donc de très bons chevaux. Même si Myrtille, Vivaldo et Cosma ne sont plus là, j’ai quand même la chance, et de l’espoir pour Aix-la-Chapelle.

Propos recueillis par Johanna Zilberstein

À lire également...

Réagissez