'C’EST MAINTENANT QU’AFTER YOU PEUT RÉALISER DES PERFORMANCES EN GRAND PRIX', LUDOVIC HENRY

Ludovic Henry, lors de l'étape Coupe du monde de Lyon. Photo Scoopdyga

Mercredi 04 février - 18h37 | Johanna Zilberstein

'C’EST MAINTENANT QU’AFTER YOU PEUT RÉALISER DES PERFORMANCES EN GRAND PRIX', LUDOVIC HENRY

Ce weekend, Ludovic Henry a pris part à l’une des plus difficiles étapes du circuit Coupe du monde, à Amsterdam. Si les résultats n’ont pas été au rendez-vous avec une moyenne au Grand Prix qui ne lui a pas permis de se qualifier pour la Reprise Libre en Musique, le cavalier veut rester optimiste quant aux progrès d’After You. Tout juste rentré des Pays-Bas, il s’est confié à GrandPrix-Replay.

 


GrandPrix-Replay : Pouvez-vous revenir sur votre reprise dans le Grand Prix du CDI-W d’Amsterdam ?


Ludovic Henry : Je suis très content de la partie au trot car j’ai pris presque un point par note à ce niveau-là. Par contre, je suis un peu déçu de la faute dans les changements de pied au temps, qui a fait dégringoler ma moyenne et m’a privé de la RLM (il a terminé avec une moyenne de 67,720%, ndlr). Avant cette faute, j’étais presque à 71%, ce qui m’aurait largement permis d’être dedans. Jan Bemelmans, qui m’entraine, a lui aussi été déçu car cette faute m’a vraiment été fatale. Mais le cheval est encore en train d’évoluer et c’était faisable, alors que le plateau était vraiment de très haut niveau à Amsterdam.

GPR : Pourquoi avoir décidé d’acquérir After You maintenant ?

L.H : Son ancien propriétaire, Christophe Binnendijk, avait décidé de vendre le cheval après les Jeux équestres mondiaux, ce qui était assez difficile pour moi. Nous avons finalement trouvé un système financier avec ma mère, mon épouse, la banque et surtout Christophe, qui a vraiment fait un effort pour que je puisse le racheter. Grâce à leur aide, je suis maintenant le seul propriétaire du cheval. C’était très dur pour moi de le voir partir, étant donné que c’est maintenant qu’il a toutes les chances de réaliser des performances en Grand Prix, puisqu’il est dressé. Je l’ai aussi acheté pour une raison bien moins sportive, qui est que mon épouse est très attachée à ce cheval. C’est donc en partie pour ma carrière sportive mais aussi parce que c’est un cheval qui est important dans notre cœur.

GPR : Quels sont vos objectifs cette saison ?

L.H : Mes objectifs sont faits des championnats de France, de la Coupe du monde et de la grande échéance annuelle que sont les championnats d’Europe pour 2015, surtout que cette année est particulièrement importante pour la France, puisqu’elle doit se qualifier pour les Jeux olympiques par équipe. Je courrais les championnats d’Europe si on me sélectionne, mais aussi si j’estime que je suis assez performant. Évidemment, c’est important pour moi de faire une grande échéance, mais j’ai conscience que nous représentons la France et que nous nous battons pour une place aux Jeux olympiques, je tiens donc à ce que cela soit bien fait.

GPR : Pouvez-vous me parler de vos autres chevaux ?


L.H : En fait, je n’ai plus beaucoup de chevaux avec l’achat d’After You, qui a un peu limité les autres investissements (rires). J’avais un très bon cheval de Grand Prix, Udayan, mais il n’était pas assez performant pour le haut niveau. Le propriétaire l’a donc repris à sa charge. Par contre, Jean-Philippe Siat vient l’essayer demain car il n’a plus de cheval de Grand Prix et nous aimerions reformer une équipe pour le Grand National. Chamiro van de Kampert a quant à lui été vendu en Angleterre et Berlioz est parti au Luxembourg chez une de mes élèves. Christophe Binnendijk a également un deuxième cheval, Wise Guy (alias Westwind, ndlr), qui arrive sur les Grands Prix et avec qui j’avais été médaillé de bronze au championnat de France des jeunes chevaux. Il est passé par beaucoup d’écuries, il est très grand et fort mais assez émotif, il a donc fallu que je prenne le temps de le construire. Je vais le lancer sur le circuit du Grand National et des concours internationaux en France.

GPR : Avez-vous rentré de nouveaux chevaux ?


L.H : J’aimerais bien récupérer un cheval âgé de six à huit ans. Je ne pense pas que les très jeunes chevaux soient mon domaine, certains sont bien meilleurs que moi pour cela. J’avoue qu’avec deux chevaux de Grand Prix et plus d’une demi-dizaine d’élèves concourant en compétitions nationales voire internationales, mes journées sont bien chargées et j’ai déjà parfois du mal à tout faire. Il faut que je gère le planning d’After You sur les grosses compétitions internationales, de Wise Guy dans le Grand National et les internationaux français.

GPR : Quel est votre programme maintenant ?


Dans quinze jours, nous partons pour la Coupe du monde de Neumünster en Allemagne. Ensuite, j’ai été invité pour faire le CDI 5* de Doha, puis ce sera Hagen ainsi que Wiesbaden et éventuellement Rotterdam. Après, nous verrons où j’en suis dans le classement et si je suis assez performant.

Propos recueillis par Alicia de Bastos

À lire également...

Réagissez