DRÔLE DE SCÉNARIO À LEIPZIG QUI RÉUSSIT À HANS-DIETER DREHER

Hans-Dieter Dreher et Embassy II, ici à Lyon, ont réalisé un magnifique double sans-faute leur offrant la victoire du Grand Prix de Leipzig. Photo Scoopdyga

Jeudi 22 janvier - 22h57 | Johanna Zilberstein

DRÔLE DE SCÉNARIO À LEIPZIG QUI RÉUSSIT À HANS-DIETER DREHER

Le Grand Prix de Leipzig n’a pas laissé de marbre les cavaliers. L’Allemand Hans-Dieter Dreher avec Embassy II s’est imposé. Il ainsi battu le Norvégien Geir Gulliksen et l’Italien Luca Maria Moneta. Les Français pourtant présents n’ont pas su tirer leur épingle du jeu. Patrice Delaveau, tenant du titre, a malheureusement dû s’avouer vaincu.

Le Grand Prix de Leipzig, pensé par Frank Rothenberger, a apporté son lot de surprises. Parti en premier, l’Italien Luca Maria Moneta, associé à Connery, a montré la marche à suivre pour déjouer les pièges propres au chef de piste, même s’il s’est vu pénaliser d’un point de dépassement de temps. En effet, en numéro 6, les couples devaient affronter un triple avec en entrée une spa suivie de deux foulées un oxer puis une foulée vertical, dans la continuité de cette combinaison un vertical. Le juge de paix s’est trouvé en numéro onze, un vertical orange placé en sortie de virage. Mais les fautes sont survenues un peu partout.

Le chronomètre a finalement été rallongé de deux secondes permettant à l’Italien d’accéder au barrage. Pas de réussite pour la Suédoise Malin Baryard-Johnsson qui a préféré abandonner après un difficile abord sur le triple. Le Norvégien Geir Gulliksen avec Edesa S Banjan a aussi réussi à boucler le parcours sans faute. À ce stade de la compétition, trois cavaliers s’étaient élancés, le public pouvait s’attendre à un barrage avec un grand nombre de concurrents. Mais, le parcours s’est avéré finalement très fautif. Des cavaliers expérimentés ont échoués comme les Allemands Christian Ahlmann et Ludger Beerbaum avec Cornado II et Chaman qui sont sortis de piste avec huit points au compteur. Leur compatriote Marcus Ehning sur Singular la Silla a été pénalisé d’une faute sur l’entrée du double, tout comme le Néerlandais Maikel van der Vleuten, associé à VDL Groep Verdi TN, qui s’est laissé surprendre sur l’oxer numéro deux. Même constat pour l’Allemand David Will porté par Colorit qui a laissé à terre le dernier. Les fautes se sont donc bien dissimulées un peu partout. Plusieurs couples n’ont d’ailleurs pas terminé ce parcours comme l’Allemand Patrick Stühlmeyer et Chasmo, le Suédois Henrik von Eckermann et Cantinero, la Suissesse Jane Richard Philips et Quister de Guldenboom ou encore la Française Pénélope Leprevost et Nice Stephanie. La Normande a préféré abandonner après avoir dû user de la cravache pour sortir du triple et fauté une nouvelle fois deux sauts après.

Les Français en manque de réussite

Ses compatriotes n’ont pas réussi à trouver la clé de ce fameux tour. Simon Delestre en selle sur Ryan des Hayettes a été surpris par les combinaisons et est sorti de piste avec huit points. Les tenants du titre, Patrice Delaveau et Lacrimoso*HDC ont malheureusement fauté sur le terrible vertical numéro onze après un virage quelque peu serré. Le médaillé d’argent aux Jeux équestres mondiaux, en manque de réussite depuis le début du circuit, a pu tout de même se consoler avec une septième place qui lui permet d’engranger quelques points supplémentaires. Kevin Staut avait choisi pour l’occasion Rêveur de Hurtebise*HDC. Le duo n’a pas réussi à éviter une faute sur le vertical numéro sept. Grâce à leur excellent chronomètre, ils se sont adjugé la sixième position.

L’épreuve a également vu émerger quelques nouveaux cavaliers comme la championne d’Europe Jeunes Cavaliers Jessica Mendoza. Avec Spirit T, la Britannique a seulement écopé de quatre points sur le terrible onze. Le jeune Suédois de vingt-quatre ans Douglas Lindelöw a, quant à lui, réalisé le tour parfait.

Un barrage sans grande surprise


Sur les quarante partants, seuls cinq cavaliers se sont qualifiés pour le deuxième tour. L’Italien Luca Maria Moneta avec sa petite balle rebondissante a à nouveau montré la voie à suivre sans toutefois prendre trop de risque ce qui lui a tout de même permis de s’offrir une belle troisième place. Geir Gulliksen a alors choisi de monter tout le barrage dans le mouvement. Il s’offre ainsi la deuxième position. Belle opération pour lui, qui pointe désormais à la neuvième place du classement de la Coupe du monde. L’Allemand Felix Haβmann sur Horse Gym’s Balzaci a tenté de prendre des risques mais il a été pénalisé de deux fautes dès le début de son barrage. Il a terminé quatrième. Le jeune élève de Marcus Ehning, même s’il n’a pas réussi à réaliser le doublé, a confirmé tout son talent. Après sa troisième place dans le Grand Prix de Malines, il prend la cinquième place de celui de Leipzig. Un jeune de plus à suivre d’autant plus qu’il est assuré d’être qualifié pour la finale de Las Vegas. En effet, il comptabilise quarante-et-un points et se classe actuellement à la septième place du classement de la ligue d’Europe de l’Ouest. La pole position est toujours maintenue par le Suisse Steve Guerdat suivi de Kevin Staut, cinquante-sept points tous les deux. Le Néerlandais Harrie Smolders est troisième devant les Allemands Marco Kutscher et Daniel Deusser. Dernier à s’élancer dans le barrage et favori du public, Hans-Dieter Dreher et Embassy II n’ont pas déçu. Ils s’imposent largement avec une seconde d’avance. Le Grand Prix de Leipzig est ainsi revenu aux mains des Allemands. Grâce à cette victoire, le cavalier remonte au douzième rang du circuit avec trente-six points.

Il ne reste plus que trois étapes à Zurich, la semaine prochaine, Bordeaux, début février, et Göteborg, fin février, aux cavaliers pour espérer se qualifier pour la finale qui se déroulera cette année sur la toute petite piste de Las Vegas.

Daphné Godfroy


Les résultats :

Les résultats du Grand Prix ici.

Le classement de la Coupe du monde ici. 

À lire également...

Réagissez