FLORA DE MARIPOSA, RÉVÉLATION DE L’ANNÉE

Flora et Pénélope, lors de la visite vétérinaire des Jeux équestres mondiaux à Caen, en septembre dernier. Photo Scoopdyga

Vendredi 12 décembre - 11h27 | Sébastien Roullier

FLORA DE MARIPOSA, RÉVÉLATION DE L’ANNÉE

Qualifiée pour participer aux Jeux équestres mondiaux en septembre dernier, personne n’aurait songé à cette jument pour épauler Pénélope Leprevost lors de cette échéance, quelques mois plus tôt dans la saison. Sur la piste de Caen, et malgré une chute sur la rivière, la fille de For Pleasure a su, malgré son jeune âge, conquérir le public, et prouver son talent sans faille. Retrouvez dans votre Grand Prix Magazine de décembre 2014 et janvier 2015 le portrait d’une jument d’exception, qui, sous la selle de la Française Pénélope Leprevost, a réalisé une belle ascension au plus haut niveau, permettant à sa cavalière de fonder en elle, de belles perspectives d’avenir.

 

'Dès l’âge de quatre ans, Koen avait vu en elle une jument qui sortait de l’ordinaire. Elle était très spectaculaire, on voyait bien qu’elle était faite pour le sport, même si elle n’avait pas toujours bon caractère', se rappelle Hermann de Brabander, le père de Koen et naisseur de Flora, un cousin de Joris de Brabander, fondateur du célèbre élevage de Muze. De fait, Flora de Mariposa accumule vite les bons résultats. Labellisée Élite à quatre ans, elle se classe neuvième à cinq ans après un barrage manqué avant de commettre une faute en finale des six ans, au terme d’une saison complète sous la selle de Kurt, cavalier qui a monté tant et tant de cracks dans leurs jeunes années, dont Sapphire, London et Vigo d’Arsouilles pour ne citer qu’eux.

C’est à cet âge qu’elle est vendue aux écuries Lenssens où elle poursuivra sa formation pendant un an avec Tom Camerlijnck avant d’arriver chez Pénélope Leprevost, un an plus tard, en décembre 2012. 'Je crois que personne ne l’avait encore vraiment repérée. Flora était encore une jument à former, bien sûr, mais je l’ai trouvée hors du commun. J’ai fait part de mes impressions à Geneviève et Dominique Mégret qui, eux aussi, ont été immédiatement conquis', se rappelle la médaillée d’argent de Caen.

 

Marc Verrier

 

Cet article richement illustré est à lire en intégralité dans le dernier numéro de Grand Prix Magazine, disponible dans vos kiosques et sur internet.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici


Ou achetez le double-numéro décembre/janvier ici 

À lire également...

Réagissez