ASHLEE BOND SOUFFLE LA VICTOIRE À JOHN WHITAKER EN BELGIQUE

Ashlee Bond, outsider de l'épreuve même si elle avait déjà participé à plusieurs finale Coupe du monde comme ici à Lyon avec la même monture Chela LS, a remporté d'une bien belle manière le Grand Prix du CSI 3* de Liège. Photo Scoopdyga

Mardi 04 novembre - 18h16 | virginie_gr

ASHLEE BOND SOUFFLE LA VICTOIRE À JOHN WHITAKER EN BELGIQUE

Le CSI 3* de Liège en Belgique s’est clôt cet après-midi avec le difficile Grand Prix côté à 1,55m. Le beau plateau de cavaliers présents tout au long du week-end a assuré du beau sport au plus grand plaisir des tribunes combles. Treize couples se sont affrontés pour tenter de rafler l’épreuve mais l’Américaine Ashlee Bond s’est imposée après un barrage ayant mis les nerfs du public à rude épreuve.

En milieu d’après-midi aujourd’hui, cinquante-sept cavaliers se sont élancés dans le difficile Grand Prix du CSI 3* de la ville réputée pour ses délicieuses gaufres, Liège. Luc Musette leur avait concocté un tracé technique demandant précision et concentration sur treize obstacles et seize efforts. S’il n’y a pas eu de véritable juge de paix, les athlètes ont tout de même rencontré un certain nombre de difficultés sur les deux combinaisons, le triple vertical, vertical, oxer en quatrième position puis le double numéro neuf, oxer, oxer, situé directement à la sortie d’un virage. Le temps accordé de soixante seize secondes n’a joué des tours qu’à deux cavalières. La Belge Ann Carton-Grootjans portée par Funky Music et la Suédoise Angelica Augustsson sur son gris âgé de seulement huit ans, Coupido 2, n’ont pas effleuré une seule barre mais un point de temps leur a fermé la porte du cercle des treize barragistes.

Les Français présents dans le hall des foires de Liège ont un instant cru avoir deux représentants de leur nation au barrage puisque Frédéric Busquet et Plume de la Roque ont signé un parcours parfait et que sa compatriote, Anne-Sophie Hemeryck Godart, associée à son fidèle Carlitto van’t Zorgvliet a fauté sur l’oxer placé en numéro treize, ultime difficulté du parcours. Deux autres Tricolores étaient au départ mais ont été confrontés à quelques difficultés. Séverin Hillerau avait sellé Flying Girl et n’a pu éviter la faute sur l’entrée du triple ainsi qu’un point de dépassement de temps. Julien Mesnil avait, comme à son habitude, misé sur sa toute bonne Perle du Marais mais cette fois-ci, malheureusement, le couple a poussé à terre quatre obstacles, l’entrée et le milieu du triple, l’entrée de double puis le numéro onze, un directionnel.

Frédéric Busquet longtemps en tête

Treize couples ont donc à tour de rôle réalisé une nouvelle entrée en piste afin de défendre la coupe au jeu de la vitesse. Romain Sottas a eu la dure tâche d’ouvrir le bal. Le jeune Suisse a réitéré sa performance avec Farfelu du Printemps et a fixé le temps de référence à 37’38. Il n’a eu que très peu le temps de profiter de sa place de leader puisque le cavalier suivant, Frédéric Busquet, a mené d’une main de maître sa fille de Kannan, Plume de la Roque, à un nouveau parcours vierge de toute pénalité. Le Bleu a abaissé le chronomètre de 5’27 s’installant ainsi confortablement en tête avec un temps de 32’11. 'Ma jument est très étonnante même si je la connais depuis longtemps et qu’elle est vraiment ma copine ! Nous rentrons du Portugal où elle a été très performante en remportant un Grand Prix et en se classant quatrième de l’autre mais je ne savais pas comment elle allait se comporter en indoor. Je pense que j’aurais pu gagner du temps entre le un et le deux. J’ai sauté le un comme un obstacle de volée ce qui m’a empêché de tourner juste derrière. Mais Plume est très rapide au sol', a détaillé Frédéric Busquet, coaché ce week-end par le Normand Florian Angot.

Aucun des locaux Yves Vanderhasselt avec Fiora V’T Plutoniahof et Dominique Joassin sur Best of Opus Dei Z n’a inquiété le vainqueur fictif puisqu’ils ont respectivement réalisé une et deux fautes. La 'Veste Bleue' a sans aucun doute vu le spectre de la coupe peu à peu s’éloigner puis finalement revenir avec les parcours du Suisse Jordan Schoch et du Belge Rik Hemeryck. Le premier, accompagné de la Selle Français Perle de Vains s’est lancé à vive allure en serrant ses courbes et a franchi la ligne d’arrivée en 32’76. Le second, habitué aux remises des prix lors des épreuves de vitesse, avait choisi Foica van den Bisschop. Les deux compagnons ont déroulé une partition parfaite mais néanmoins moins rapide (33’60). Au tour ensuite de l’Autrichienne Julia Kayser. Son talentueux Sterrehof’s Cayetano Z a une nouvelle fois fait une belle démonstration de son talent mais pas assez rapide pour espérer monter sur le podium. La partie n’était toutefois pas gagnée pour le cavalier des écuries d’Ellipse puisque du beau monde restait à venir !

Le géant Franck Schuttert s’est alors élancé. Le jeune Néerlandais a demandé à Epleaser van’t Heike de donner encore une fois le meilleur de lui même et le fils de For Pleasure a répondu présent puisqu’il arrête le chronomètre sur 31’87 en laissant toutes les barres sur les taquets. Le public liégeois salue alors le nouveau champion. 'J’ai eu un super sentiment sur mes deux parcours. L’ambiance était superbe et c’est très agréable d’être performant dans ces conditions. Je ne pense pas avoir pu être plus rapide. Les cavaliers d’après sont rapides naturellement, la lutte s’annonce dure', a analysé le jeune prodige après son second tour.

Les générations se succèdent mais se ressemblent puisque Jos Lansink est au centre de l’arène sur Electra van’t Roosakker et signe un nouveau parcours parfait. La fougue de la jeunesse a cependant aujourd’hui été plus puissante que l'expérience puisque le Belge est moins rapide. Même scénario pour les Mexicains Santiago Lambre et Johnny Boy. Ils signent un temps de 32’64 et croisent dans le couloir le couple présent aux Jeux équestres mondiaux en Normandie il y a quelques mois, Pedro Veniss et Quabri de l’Isle. Le Brésilien sollicite fortement son magnifique fils de Kannan et prouve qu’il n’était pas pour rien à Caen. Le sans-faute est assuré mais le chronomètre est de 32’08.

Cependant Franck Schuttert sait qu’il ne peut pas encore crier victoire et il a raison. Le plus âgé du clan Whitaker, John, vainqueur vendredi de l’épreuve phare avec la même monture, Argento, ne laisse rien au hasard et abaisse de chronomètre de quatre-vingt dixièmes de seconde. 'Mon cheval a sauté d’une manière fantastique, je suis vraiment fier de lui. Je pense que j’ai perdu du temps pour aller sur le dernier obstacle, j’aurais pu être plus rapide encore', a réagi le Britannique à la sortie de son barrage.

Il était alors facile d’imaginer que la plupart des spectateurs ont pensé, à cet instant précis, que la coupe était attribuée et que l’expérience et le talent incontestable de John Whitaker avaient parlé. Personne ne s’attendait à ce qu’Ashlee Bond franchisse la ligne d’arrivée avec un temps inférieur à celui du ponte de l’équitation. Et pourtant ! L’Américaine a survolé les difficultés avec Chela LS, a franchi la ligne d’arrivée en 30’71 et a remporté ce disputé Grand Prix au nez et à la barbe des plus grands mondiaux. 'C’est fantastique ! Je me suis rendue en Europe et au début j’ai eu du mal avec ce nouveau système, très différent de ce que nous avons aux États-Unis. Il y a deux semaines je concourrais dans des épreuves à 1,30 m avec ma jument car elle était impressionnée en indoor et puis aujourd’hui nous avons réalisé ça ! C’est une superbe récompense pour toute mon équipe qui est géniale ! J’ai battu John Whitaker alors que je pensais que ça n’arriverait jamais, je ne réalise même pas', a expliqué la grande championne du jour encore ébahie par sa performance.

Les résultats ici.

À Liège, Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez