SIMON DELESTRE ET RYAN DES HAYETTES SURVOLENT L'EQUITA MASTERS

Simon Delestre et Ryan des Hayettes ont littéralement ont ébloui Lyon. Photo Scoopdyga

Dimanche 02 novembre - 19h20 | Sébastien Roullier

SIMON DELESTRE ET RYAN DES HAYETTES SURVOLENT L'EQUITA MASTERS

Simon Delestre et Ryan des Hayettes ont épaté le public lyonnais, ce soir à Eurexpo, où ils se sont adjugé l’Equita Masters, une épreuve en deux manches pensée et conçue d’abord pour le public. Signant un second tour incroyable, ce couple promis aux plus grands succès a largement devancé Lauren Hough sur Royalty des Isles et Constant van Paesschen sur Citizenguard Understone van de Kapel.

Tous ceux qui se souviennent de l’intrépide champion qu’il était déjà lorsqu’il montait autrefois à poney, ont dû s’enthousiasmer, ce soir à Lyon, de voir Simon Delestre s’imposer avec autant de panache dans l’Equita Masters. Cette épreuve en deux manches cotée à 1,60m, brillamment remportée en 2012 par Roger-Yves Bost et Castle Forbes Myrtille Paulois, et qui avait couronné l’Allemand Daniel Deusser et Evita van de Veldbalie l’an passé, est donc revenue en France, ce qui n’a pas semblé déplaire aux tribunes archicombles (6000 places) d’Eurexpo.

Avant le plat de résistance de cette soirée festive, le public français a salué comme il se devait sa Myrtille, championne d’Europe en 2013 avec Bosty, et retraitée depuis peu. Le cavalier de Barbizon a tourné là une des plus belles pages de sa carrière. La jument se consacrera désormais à sa carrière de reproductrice. Plus tard, entre les deux manches de l’épreuve, on a fait venir sur la piste les quatre vice-champions du monde de Caen, Pénélope Leprevost, Kevin Staut, Simon Delestre et Patrice Delaveau, ainsi que Philippe Guerdat, leur entraîneur, et les propriétaires de leurs chevaux, sans oublier Ninon Castex, double championne d’Europe Poney. Des hommages sobres et bien mérités.

Premier Français à s’élancer, Kevin Staut s’est laissé piéger par le premier obstacle sur Qurack de Falaise*HDC, un peu ému par les encouragements du public. Si la sortie du triple est également tombée, le fils de Jarnac présente un beau potentiel. Pas de problème pour Simon Delestre et Ryan des Hayettes, faciles et auteurs du meilleur chronomètre de cette première manche. Ce n’est pas passé, hélas, pour Pénélope Leprevost et Nice Stephanie, deuxièmes de cette épreuve en 2012 et battues cette fois sur le milieu du triple. Pas de réussite non plus pour Patrice Delaveau et Bosty, pas vraiment aidés par une Ornella Mail*HDC des plus capricieuses (douze points) et un Qoud’Cœur de la Loge un peu éteint (huit points).

Royalty des Isles, belle révélation

L’ouvreur de la seconde manche, l’Irlandais Billy Twomey, a préféré abandonner après trois fautes sur l’inexpérimenté Ardcolum Duke, dixième. Piégé par le chronomètre en première manche, l’Allemand Daniel Deusser n’a pas connu de difficulté avec Pironella, sixième. Un puis quatre points pour le Belge Peter Devos et Couscous van Orti, neuvièmes. Le Suisse Romain Duguet a signé le premier double sans-faute avec une Quorida de Treho vaillante et aux ordres, cinquième au final. Dans la foulée, Rolf-Göran Bengtsson a signé un tour superbe avec le bouillant Clarimo Ask, quatrième pour un centième de mieux que la fille de Kannan.

L’entrée du double est tombée au passage de Rodrigo Pessoa et Tinkabell 12, huitièmes. La sortie du double, hélas, a privé de sans-faute le brillant nouveau couple formé par l’Espagnol Sergio Álvarez Moya et Red Star d’Argent, septièmes. Après une touche sur le premier obstacle, le Belge Constant van Paesschen a passé la surmultipliée avec Citizenguard Understone van de Kapel, un étalon de dix ans, abaissant d’une demi-seconde le chronomètre de RGB. Plus facile et dans un train d’enfer, une seconde un quart plus rapide, l’Américaine Lauren Hough a semblé prendre une vraie option sur la victoire avec Royalty des Isles, une fille de Zandor Z longtemps valorisée par Jean-Marc Nicolas et copropriété de Henk Norren, l’ancien sélectionneur tricolore.

C’était sans compter sur Simon Delestre. En totale confiance, le Lorrain a raboté son tracé autant qu’il a pu et demandé au génial Ryan, champion des sept ans en 2012 et troisième en début de saison du Grand Prix CSI 3* de Neufchâtel-Hardelot, de dérouler de grandes foulées et faire parler son immense talent. À l’arrivée, pas une barre n’a tremblé et l’alezan crins lavés a dominé Royalty de plus d’une seconde, déchaînant la liesse d’Eurexpo. Définitivement, ce couple-là semble capable des plus grands exploits. L’avenir est devant eux, avec au programme, notamment, la dernière étape du Global Champions Tour, dans deux semaines à Doha, et quelques étapes de la Coupe du monde, fin 2014 ou début 2015.

À Lyon, Sébastien Roullier

 

Les résultats

Les résultats de l’Equita Masters ici

À lire également...

Réagissez