ALAIN NAVET, UN GRAND HOMME DE CHEVAL S'EN EST ALLÉ

Alain Navet lors du concours de Sainte-Mère-Église en 2005. Crédit DR

Samedi 01 novembre - 09h17 | Daphné G

ALAIN NAVET, UN GRAND HOMME DE CHEVAL S'EN EST ALLÉ

On a appris ce midi la disparition d'Alain Navet, qui s'est éteint à quatre-vingt-onze ans. Avant d'être le père d’Éric, champion du monde et d'Europe, ainsi que de Sylvie et Thierry, Alain Navet avait été lui-même un très grand cavalier international et aurait même dû participer aux Jeux olympiques de Tokyo, s'il ne s'était pas fracturé la cheville juste avant.

Éleveur au haras de Baussy, Alain Navet avait fait naître Quito de Baussy, que son fils Éric a parfaitement su valoriser pour l'amener au sommet de la hiérarchie mondiale. Pourtant, Quito n'aurait jamais dû voir le jour si Alain Navet n’avait pas réussi à tromper les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, les envahisseurs sélectionnaient les meilleures juments et les envoyaient par wagons entiers en Allemagne. Tous les éleveurs normands devaient alors leur présenter leurs femelles. L’élevage de Baussy n’a pas échappé à la règle. Passant le contrôle avec Quiryda, Alain Navet s’est dirigé vers la longue file d’attente avant de présenter sa poulinière. Perdu pour perdu, il avait décidé d’attacher sa jument à un arbre pensant que les Allemands viendraient la chercher eux-mêmes. Comme elle avait passé le contrôle et que la distance entre l’arbre et la présentation était importante, ils ne l’ont pas emmenée. Quand l’éleveur est revenu tard le soir, il a miraculeusement retrouvé sa précieuse jument qui l’attendait sagement attachée au même arbre. Les Allemands ne se sont jamais rendu compte de leur oubli et la famille Navet a pu continuer à élever des poulains de Quiryda en toute tranquillité. Elle a ainsi donné naissance à Jolietta qui a ensuite eu Urgande B, la mère de Quito de Baussy (Jalisco B).

André Le Goupil, cavalier olympique de concours complet, a bien connu Alain Navet, qui était déjà une des vedettes du concours hippique quand il a débuté la compétition. Il se souvient d'un très grand cavalier, travailleur et toujours de bon conseil pour les jeunes qui commençaient : 'Alain Navet était un très grand cavalier, au style complètement différent de celui de son fils Éric, car il faisait partie de l'époque où l’on était autodidacte. Il avait été séduit par d'Orgeix et avait une manière très particulière de monter à cheval. Mais il a eu un palmarès extraordinaire, c'était un gagneur. Et un grand travailleur à tout point de vue. C'était un homme très dynamique et très entreprenant. Il était capable de partir le matin à Fontainebleau pour livrer des bovins, avec un van derrière pour un cheval qu’il avait vendu en Belgique et il revenait le soir dans la Manche. Il faut de la santé pour faire ça, car c'était le rythme ordinaire. Nos grands anciens, à l'époque, c'était Alain, Philippe Henry et Bernard de Vains, qui dominaient le sport dans la région. Alain a contribué au développement général du cheval en Normandie et en France. Il avait l'esprit très sportif. Je me rappelle d'une Puissance, où il était le seul à rester en lice avec Luma et Kaïma, et il a quand même barré contre lui-même, pour le sport. Il était très bienveillant avec nous qui étions plus jeunes et n'hésitait pas à nous conseiller et nous aider. Comme lors de mon premier complet, où Alain m'a pris ma cravache et a fabriqué une dragonne avec une ficelle pour que je ne la perde pas.'

Avec Alain Navet, c'est une partie de la grande histoire du sport équestre et de l'élevage qui s'en est allée. Il faisait partie de cette génération qui a connu la guerre, puis a vu naître l'élevage du cheval de sport et se développer le concours hippique. Un grand homme de cheval nous a quittés, laissant le monde équestre en deuil. Toutes nos pensées et condoléances à Hélène, son épouse, Sylvie, Éric et Thierry, ses enfants, ainsi qu'à tous ses proches.

Marc Verrier

À lire également...

Réagissez