LES PAYS-BAS PERSISTENT ET SIGNENT EN CATALOGNE

Jur Vrieling et VDL Bubalu, ici à Caen ont signé l'un des trois sans-faute néerlandais, ce soir à Barcelone. Photo Scoopdyga

Mardi 14 octobre - 18h30 | aliciadebastos

LES PAYS-BAS PERSISTENT ET SIGNENT EN CATALOGNE

Les Pays-Bas ont remporté la deuxième finale mondiale de la Coupe des nations, ce soir au Real Polo Club de Barcelone, succédant à la France. Grâce à trois sans-faute, les Oranje ont tué le suspense, devançant au final le Canada et la Suède. Jamais les Néerlandais n’ont paru si forts et confiants.

De la force mentale, les Néerlandais ont en eue, Jeroen Dubbeldam signant le tout premier sans-faute de cette seconde manche après sept parcours fautifs, dont cinq sur le seul oxer placé à l’entrée de l’oxer onze. Le champion du monde s’est fantastiquement ressaisi après ses huit points de jeudi dans la première manche qualificative sur Zenith SFN. De la chance, ils ont eue aussi, Maikel van der Vleuten accusant deux bonnes touches avec son fidèle VDL Groep Verdi TN – c’est toutefois moins qu’en seconde manche de l’épreuve par équipes des Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie – avant de boucler son tour tout juste dans le temps. Et de classe, ils n’en ont pas manqué, Jur Vrieling bouclant un troisième sans-faute net et sans bavure, synonyme de victoire avec VDL Bubalu. Une victoire très impressionnante et sans suspense, mais on ne peut pas le leur reprocher. Les champions du monde volent sur leur nuage. Ils signent là un sacré doublé, cinq semaines après leur autre titre mondial, conquis au stade d’Ornano de Caen.

Vrieling, van der Vleuten, Baryard-Johnsson, von Eckermann et Deusser se partagent la cagnotte

Si cette finale mondiale de la Coupe des nations n’a pas sacré une des équipes revanchardes des Jeux, deux d’entre elles se sont hissées sur le podium : le Canada et la Suède. Très en verve en début de saison, l’Érable avait déçu à Caen. Ce soir, ils ont offert une belle démonstration de force. Après que Yann Candelé s’est laissé piéger, comme beaucoup d’autres donc, par l’entrée du double, Tiffany Foster a signé un superbe sans-faute sur Tripple X III, la monture championne olympique de Ben Maher, voici deux ans. Bien qu’il ait renversé la sortie du triple, Ben Asselin n’a pas à rougir de son excellent tour avec Makavoy. Double sans-faute de cette finale l’an passé avec Powerplay, Éric Lamaze a ensuite pleinement joué son rôle de capitaine, signant un sans-faute hargneux avec Zigali PS.

Pour la troisième place, le match a opposé l’Allemagne aux Pays-Bas, avec la Belgique en arbitre. Après la contre-performance de Christian Ahlmann et Codex One (huit points) et la déroute de Marcus Ehning et Plot Bleue (seize), Daniel Deusser a formidablement redressé la barre en signant son deuxième sans-faute du week-end sur l’exceptionnel Cornet d’Amour. Pour se hisser sur le podium, Ludger Beerbaum n’avait d’autre choix que de l’imiter, ce que Chiara 222 l’a empêché de faire en baissant sa garde sur l’oxer sept. Après un début de parcours presque aussi chaotique (huit points pour Peder Fredricson sur H&M Sibon et douze pour Alexander Zettermann sur Cafino), la Suède s’est relevée grâce au superbe sans-faute de Malin Baryard-Johnsson, copiée de la plus belle des manières quelques minutes plus tard par Henrik von Eckermann, impérial sur Cantinero.

La Suède (huit) a donc terminé troisième devant la Belgique (neuf) et l’Allemagne (douze), départagée de la Grande-Bretagne (douze) grâce à un meilleur chronomètre collectif. L’Italie et le Brésil, comptant tous deux treize points, ont fermé la marche dans cette épreuve jouée à guichets fermés, ce soir. Les hommes de Jean-Maurice Bonneau ont cru au podium jusqu’au bout, jusqu’aux treize points de Rodrigo Pessoa et Status, qui devront vite se remettre au travail en vue des prochaines échéances.

Il y avait également des enjeux individuels dans cette finale, puisque les doubles sans-faute devaient se partager une cagnotte de 250 000 euros. Les heureux élus se nomment Maikel van der Vleuten, Jur Vrieling, Malin Baryard-Johnsson, Henrik von Eckermann et Daniel Deusser. Ainsi s’achève cette saison extérieure, exception faite de la finale du Global Champions Tour, programmée mi-novembre à Doha. Dès la semaine prochaine, les meilleurs cavaliers du monde ont rendez-vous à Oslo pour l’ouverture de la Coupe du monde. Le sport ne s’arrête jamais!

À Barcelone, Sébastien Roullier

 

Les résultats

Les résultats de la seconde manche ici

À lire également...

Réagissez