JULIEN GONIN CONCLUT EN APOTHÉOSE LE CELTIK JUMP 2014

Julien Gonin et Queen Girl Kervec ont signé le seul et unique double sans-faute, cet après-midi à Lorient. Photo Damien Kilani

Mercredi 08 octobre - 15h03 | Daphné G

JULIEN GONIN CONCLUT EN APOTHÉOSE LE CELTIK JUMP 2014

Julien Gonin n'aura pas fait le déplacement pour rien en Bretagne. Au terme du duel tant attendu entre Bretons et Normands, l'Isérois de trente-deux ans a mis tout le monde d'accord en s'adjugeant le Grand Prix Pro Élite à 1,55m de Lorient, cet après-midi, prenant au passage la tête de l'édition 2014 du Grand National de saut d’obstacles. De beaux adieux pour Queen Girl Kervec, qui va désormais se consacrer à une carrière de poulinière.

 

Terriblement difficile le Grand Prix proposé cet après-midi à Lorient pour la neuvième étape du Grand National de saut d’obstacles. Difficile au point qu'après treize des trente-deux couples au départ, aucun n'a trouvé la solution. 'Le parcours est assez aéré, mais tout arrive vraiment vite', a confié Alice Tréhoust, invitée de dernière minute de l'épreuve. Un sentiment partagé par Michel Robert à l'issue de la reconnaissance. Venu conseiller la jeune Morbihannaise, le jeune retraité des terrains a reconnu l'homogénéité du parcours proposé par Jean-Paul Lepetit, et prévenu des difficultés que pourraient rencontrer les cavaliers dans les contrats de foulées. Le Rhônalpin a vu juste. Des fautes éparses sur tout le tour, un public sous pression attendant le premier sans-faute, mais rien n'y fait.

Il faut donc attendre le numéro quatorze du programme, et la jeune génération, pour voir le public laisser exprimer son enthousiasme. Avec Quarto Mail, le meilleur Jeune Cavalier de la compétition, Edward Levy, a même enflammé l'arène celte. Sans faute avec panache, il ouvre la voie à ses collègues, au premier rang desquels figure l'homme fort de cette édition 2014, Laurent Goffinet. Une nouvelle fois sur Quinette du Quesnoy, il va réussir le tour parfait... sauf que le chronomètre lui va lui jouer un mauvais tour : trois quarts de points de temps dépassé. Le visage fermé du Normand en sortie de piste en a dit long.

S’ensuit une nouvelle traversée du désert pour les cavaliers, pénalisés de quatre points, huit points, abandonnant pour certains. Dur, dur, le retour en indoor. Il faut encore attendre le dernier lot de concurrents, Julien Gonin, pour saluer un sans-faute. L'Isérois, dont l’écurie éponyme compte parmi les vainqueurs possibles du Grand National, n'a pas hésité à traverser la France. 'Nous sommes arrivées mercredi et nous repartons dès ce soir. Je serai d’ailleurs au Maroc ces trois prochaines semaines pour participer au Morocco Royal Tour.'

Sous les yeux de Thierry Pomel, un autre Julien, Mesnil cette fois-ci, va s’illustrer sur Perle du Marais, mais lui aussi se laisse piéger par le temps, et écope d’un quart de point de temps... Deux sans-faute, deux hors temps et six couples quatre points sont invités à repartir en seconde manche selon la formule Super 10 de ces Grands Prix.

La dernière de Queen Girl

Premiers à s'élancer, Régis Bouguennec et Felini de La Pomme suivent un train d'enfer et signent un sans-faute dans un temps canon. Désormais, il faut courir derrière le Breton. Sur Contano, le Morbihannais Yannick Gaillot assure le sans-faute, mais quatre secondes le séparent du Costarmoricain. Même punition pour Reynald Angot et Palawane de Sully, concédant carrément 6,5 points pour la neuvième place. Sans-faute pour Bernard Briand Chevalier et Qadillac du Heup, mais juste derrière Régis. Huit points de plus au compteur pour Benjamin Devulder et Radja des Fontaines, dixièmes. Malheureusement, une glissade coûte de précieuses secondes à Gilbert Doerr et Quito de Kerglenn, sans faute et cinquièmes à l’arrivée. Rageant.

Laurent Goffinet, lui, va tenter un véritable coup de poker: assurer le sans-faute sans prendre de risques. Confiant en Quinette, qui n'aura pas touché une barre de tout le week-end, le Normand conserve ses maudits trois quarts de points... Du temps qui, comme il le craignait, va lui coûter cher. Pas au profit de Julien Mesnil et Perle du Marais, qui commettent une petite faute et redescendent à la huitième place. Ni au profit d’Edward Levy, qui écope de la même punition avec Quarto Mail, septième… mais à celui de Julien Gonin.

En selle sur Queen Girl Kervec, jument née dans les Côtes-d’Armor d’un croisement entre Diamant de Semilly et la performante Jolly Girl Kervec (elle-même par Darco et la célébrissime Fragance de Chalus), Julien Gonin signe une seconde manche tonitruante. 'Dessine bien et prends le temps', lui dit pourtant Thierry Pomel à son entrée en piste. Un conseil qu’il ne va suivre qu’à demi-mots. Il prend un rythme soutenu, demandant à sa jument une réactivité parfaite. Serrant sa courbe, il va même enlever une foulée dans la dernière ligne. Debout, le public lorientais sacre un nouveau héros. Après le roi Anciaume, double tenant du titre et absent, place au prince Gonin. Seul double sans-faute, il remporte ce premier Grand National de Lorient, et en profite pour prendre la tête du classement général avec son équipe. 'C'était le dernier tour de Queen, qui devient poulinière. Après le Maroc, je viendrai disputer la finale du circuit, chez moi à Lyon. C'était une très belle épreuve.'

Le Celtik Jump 2014 s’est clôturé au son du Bagad de Lann-Bihoué. 'Nous conservons le label Grand National en 2015, et resterons l'avant-dernière étape du circuit, début octobre', a conclu Thomas Clivio, un président heureux.

À Lorient, Damien Kilani

Les résultats

Les résultats du Grand Prix ici

À lire également...

Réagissez