'JE NE COMPRENDS PAS', MAXIME LIVIO

Maxime Livio, dimancher dernier au stade Michel-d'Ornano. Photo Scoopdyga

Mardi 09 septembre - 20h22 | Daphné G

'JE NE COMPRENDS PAS', MAXIME LIVIO

Par le biais d’un communiqué de presse, puis au téléphone, Maxime Livio a fait part de ses premières impressions à la suite du contrôle positif de Qalao des Mers, son cheval, lors des Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie (lire ici). Abasourdi, le cavalier, cinquième en individuel et quatrième par équipes, entend bien tout mettre en œuvre pour prouver sa bonne foi.

 

'Prenant acte du contrôle positif de Qalao des Mers à l’acépromazine, je suis abasourdi et catastrophé pour la France, l’équipe de France et bien sûr pour ma propre performance. Nous sommes venus aux Jeux Mondiaux avec l’espoir et la volonté de monter sur le podium en équipe, et à titre personnel, je visais les dix premières places. J’étais en conséquence certain que mon cheval serait contrôlé. Jamais je n’aurais pris un risque pareil pour la France ou pour ma carrière, et je réprouve le dopage qui ne correspond pas à l’éthique que j’ai du sport et de l’équitation.

Je ne comprends absolument pas ce qui a pu se passer. J’attends l’analyse détaillée de l’échantillon A (une contre-analyse sera sans doute menée ensuite sur un échantillon B, ndlr). J’ai également demandé l’analyse de tous les produits d’alimentation administrés au cheval, que j’ai lui-même soumis à de nouvelles analyses, de sang et d’urine, aujourd’hui même.

Mes chevaux ont souvent été contrôlés par le passé, et jamais il n’y a eu quoi que ce soit. Qalao a été contrôlé plusieurs fois, la saison dernière et cette année encore, à Saumur (où Maxime avait remporté le CCI 3*, ndlr). N’ayant administré aucun produit dopant à mon cheval, pour l’instant, je ne peux rien envisager d’autre qu’un acte de malveillance. Le cheval a participé comme les autres au stage de Granville avec l’équipe de France avant de se rendre au Haras du Pin. Compte tenu des délais, l’ingestion de la substance n’a pu avoir lieu que sur le lieu du concours. Je n’aurais jamais imaginé pensé à cela, mais je ne vois pas d’autre explication plausible. Je comprends très bien que le cavalier est responsable de son cheval. Aussi, si j’ai la chance, un jour, de pouvoir participer à nouveau à tel événement, je peux promettre que je paierai pour quelqu’un surveille jour et nuit le box de mon cheval.

La Fédération française d’équitation a toujours mené de nombreuses campagnes et actions pour que l’équitation soit un sport propre en France et j’ai été sensibilisé à tout cela depuis que je suis Junior.

Quelques semaines avant les JEM, un dernier séminaire nous a encore sensibilisés avec un examen de tous nos aliments et compléments alimentaires.

Depuis dix ans, j’ai mis le plus grand soin à construire ma carrière de la façon la plus professionnelle qui soit et jamais je n’aurais pris un tel risque après tant d’années d’efforts pour parvenir au niveau où je suis aujourd’hui et à ce premier objectif : les Jeux équestres mondiaux. Ce produit est l’un des plus faciles à détecter. Ç’aurait été totalement stupide. Nous avons toujours tout fait dans le respect des règles. Cela fait dix ans que mon équipe et moi nous battons tous ensemble pour nous construire une réputation irréprochable. C’est un coup très dur. Nous allons nous battre corps et âme pour prouver notre bonne foi auprès de la FEI et du grand public.

Je tiens à remercier tous mes amis et proches qui m’ont fait parvenir des messages d’encouragement aujourd’hui. Cela fait chaud au cœur d’être soutenu par la grande famille du complet. Je ne sais quoi dire de plus. Les mots manquent. Je ne comprends pas.'

Propos recueillis par Sébastien Roullier (avec communiqué)

À lire également...

Réagissez