OPGUN LOUVO PROPULSE L'ALLEMAGNE EN TÊTE, LA FRANCE EN EMBUSCADE

Sandra Auffarth remercie son Opgun Louvo pour sa belle coopération. Photo Pauline Chevalier

Samedi 30 août - 19h49 | Sébastien Roullier

OPGUN LOUVO PROPULSE L'ALLEMAGNE EN TÊTE, LA FRANCE EN EMBUSCADE

À l’issue des deux journées de dressage, le classement très provisoire donne une fois de plus l’avantage à l’Allemagne. Les surprises ont été nombreuses dans cette arène spéciale, où le public était vraiment proche des cavaliers et provoquait beaucoup de bruit stressant les chevaux. La France est quatrième au provisoire. Avec le retour du soleil, les esprits se sont calmés face aux problèmes d’organisation, mais la question du déroulement de la journée de cross demeure entière.


L’ESSENTIEL

Le test de dressage a livré son verdict dans ces championnats du monde de concours complet, au Haras du Pin. Si les conditions s’améliorent de jour en jour avec le retour du soleil, qui sèche les allées du concours, transformées en champ de boue, les jugements ont parfois surpris avec des sur ou sous-notations peu compréhensibles. Logiquement, l’Allemagne (116.9 points) a pris le meilleur, comme souvent depuis quelques années, mais les Néo-Zélandais (125.5 points) ont démontré leur puissance. Il va falloir compter sur cette équipe composée de quatre vainqueurs de CCI 4*. Dès lors, la deuxième place est somme toute logique. Les Etats-Unis (138.8 points) créent une petite surprise, presque attendue, à la troisième place, tandis que la France (139.9 points) colle au trio de tête au contraire de la Grande-Bretagne, cinquième avec 142 points, qui semble poursuivre son passage à vide, malgré la toute puissance de son chef de file, William Fox-Pitt, deuxième ce soir avec Chilli Morning.

LES BLEUS

L’équipe de France a montré qu’elle avait très bien travaillé et qu’elle recollait au peloton des meilleures nations en dressage, mêmes si les notes ne suivent pas encore totalement. La déception la plus grande vient de Pascal Leroy qui n’a pas pu bénéficier des consignes de calme à l’entrée de l’arène avec les banderoles, comme les autres. La place d’ouvreur est difficile et parfois ingrate, mais comme le dit Michel Asseray : 'Si Pascal termine avec son score de dressage dimanche, je signe de suite.' Cédric Lyard a pu compter sur Cadeau du Roi que Serge Cornut a su faire redescendre en pression par des exercices de détente lors des dix minutes.

Ce matin, Maxime Livio a été exemplaire et a œuvré avec talent sur un Qalao des Mers tendu mais à l’écoute comme souhaité. Jean Teulère, pour finir, a tiré le meilleur d’un Matelot du Grand Val très crispé mais qui a accepté de rester à l’écoute de son cavalier jusqu’au bout. Si Rodolphe Scherrer, hier, n’a pas été aidé par une Makara de Montiège 'pas gentille du tout', Denis Mesples s’est transcendé avec un Orégon de la Vigne en net progrès. Ces deux derniers cavaliers concourent en individuel.

Michel Asseray et Thierry Touzaint sont très satisfaits de ce premier test :'Nous sommes contents, car ce premier résultat est presque mieux que celui attendu. Nous ne pouvons que féliciter le travail de Serge Cornut et Jean-Pierre Blanco qui ont œuvré parfaitement et redonné du peps aux Français dans cette discipline. Cédric et Maxime ont été formidables, Pascal aurait peut-être pu aller chercher plus de points, mais son rôle n’est pas facile et nous avons, avant tout, besoin de sa fiabilité sur le cross. Nous sommes très déçus de la décision prise par l’organisation de couper deux boucles qui auraient entraîné une vraie sélection par le parcours de cross. Pour la première boucle, qui représente trente secondes environ, c’est compréhensible et logique, mais la seconde, avec la belle montée et le hibou, transforme ce parcours de championnat niveau CCI 4* en CCI 3*, et ce n’est pas normal que la pression de certaines nations ait autant de poids.' Espérons que ce changement ne joue pas le classement par avance.

LES TOPS

Très beau retour aux affaires pour Jonathan Paget et Clifton Promise qui font taire les contestations résiduelles au sujet du contrôle positif du cheval l'an passé à Burghley. Le couple déroule une superbe reprise et sa troisième place au provisoire est logique. Belle sensation aussi créée par le brésilien Ruy Fonseca avec Tom Bombadill Too qui prend une onzième place inattendue. Elain Pen et Vira confirment leur prédisposition dans cette discipline tout comme Karin Donckers et Fletcha van’t Verahof, ce qui permet de faire un joli clin d’œil à son champion du monde de père, Vigo d’Arsouilles. Gros coup de chapeau à Denis Mesples que l'on attendait pas avec Orégon de la Vigne en progrès significatifs. Double coup de chapeau quand on sait que le cavalier a déroulé sa reprise avec 40°C de fièvre à la suite d'un coup de froid attrapé à la cérémonie d'ouverture.

Les Allemands, eux, s’affichent réellement comme dominateurs dans cette discipline, puisque les six couples germaniques figurent dans les dix-sept premiers, et que trois des équipiers sont dans les cinq premiers.

LES FLOPS

Très grosse déception pour l’Irlandaise Aoife Clarke qui a subi un Fenyas Elegance pas du tout coopératif voire rétif et braqué, totalement à l’opposé de ses prestations à Blenheim et Bramham. Andrew Nicholson, lui, limite la casse avec un Nereo vraiment sur le fil de la tension, et qui ne peut travailler comme à ses habitudes. En demi-teinte aussi les britanniques qui, hormis avec William Fox-Pitt, sont en-deça de ce qu’ils réussissent d'habitude. Harry Meade n'a pas pu obtenir la coopération de Wild Lone, Tina Cook et Zara Philips ont seulement limité les dégâts au maximum.

Au Pin-au-Haras, Pauline Chevalier

À lire également...

Réagissez