'AVEC QLASSIC, OUI, J’Y CROIS', RODOLPHE BONNET

Rodolphe Bonnet assure que Qlassic Bois Margot est taillé pour les grands événements. Photo Scoopdyga

Mardi 26 août - 21h08 | Marie de Pellegars

'AVEC QLASSIC, OUI, J’Y CROIS', RODOLPHE BONNET

À une semaine tout juste de la Chasse des Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie, Rodolphe Bonnet se dit confiant quant aux chances de l’équipe de France de saut d’obstacles, surtout si Philippe Guerdat décide d’accorder sa confiance à Simon Delestre et Qlassic Bois Margot, la décision devant être prise à la fin du stage, vendredi après-midi au haras de la Bosquetterie de Susana et Julien Épaillard, au Pré d'Auge. Pour l’heure, le couple reste en ballotage avec Jérôme Hurel et Quartz Rouge pour la quatrième place dans l’équipe. Le responsable du haras du Bois Margot défend naturellement son cheval et son cavalier.

 

GrandPrix-Replay.com : Dans quel état d’esprit êtes-vous à une semaine du top départ des championnats du monde?

Rodolphe Bonnet : J’ai confiance en Qlassic, qui est arrivé hier soir à la Bosquetterie pour le stage terminal de l’équipe de France. Je n’ai pas encore de nouvelles, mais comme on dit: pas de nouvelles, bonnes nouvelles! Je suis confiant, même s’il me reste une crainte, tant que la sélection n’est pas finalisée. Simon se sent capable d’aller décrocher une médaille individuelle avec Qlassic, il me l’a encore dit récemment. Nous sommes très confiants, d’autant plus que Qlassic a suivi une courbe de montée en puissance pour atteindre son meilleur niveau aujourd’hui, comme l’an passé à la même époque d’ailleurs (non sélectionnés pour les championnats d’Europe d’Herning, Simon et Qlassic avaient terminé deuxièmes des Grands Prix de Valkenswaard et Gijón, ndlr).

GPR. : C’est ainsi que vous jugez ses dernières performances?

R.B. : Oui, Simon et Qlassic se sont classés dans quatre des cinq derniers Grands Prix qu’ils ont disputés (septième à la Baule, dixième à Cannes, onzième à Paris et sixième à Gijón, ndlr). Peu de chevaux en France affichent un tel bilan. Par ailleurs, nous avons joué à fond le jeu des Jeux équestres mondiaux. Simon aurait pu disputer la finale de la Coupe du monde avec Qlassic, avec lequel il aurait eu de vraies chances de mieux figurer. Il ne l’a pas fait. Qlassic n’a sauté que quelques Grands Prix indoor sans pression quant aux résultats. Depuis le retour à l’extérieur, tout s’est bien déroulé hormis la Coupe des nations de Rome, où les trente-cinq heures de camion en cinq jours ont affaibli le cheval, qui s’est parfaitement repris dès le concours suivant. J’ai pu lire que mon cheval était abonné aux quatre points. C’est faux. Il réussit régulièrement des sans-faute et ne sort jamais avec de gros scores. De plus, c’est un cheval taillé pour les grands événements. Il l’a montré à Barcelone l’an passé, en contribuant à la victoire de l’équipe de France, puis à Genève où il avait enchaîné deux beaux Grands Prix, le vendredi et le dimanche (quatorzième puis troisième, ndlr). À Gijón, il s’est très bien comporté, même s’il n’a sauté qu’une manche de Coupe des nations, par la force des choses.

GPR. : Comment avez-vous géré la carrière d’étalon de Qlassic?

R.B. : Nous avons joué pleinement le jeu, puisqu’il n’a pas été prélevé depuis l’automne dernier, après Barcelone. Ces Jeux sont notre objectif presque unique.

GPR. : À quel type d’ambiance vous attendez-vous? Avez-vous assisté à la cérémonie d’ouverture?

R.B. : Je ne connais pas encore le stade, je n’y suis jamais allé. Nous n’avons pas assisté à la cérémonie. Nous ne savions même pas que nous pouvions nous y rendre et que Simon y participait. Je pense que l’ambiance sera confinée, ce qui accentuera les bruits. Certains chevaux seront peut-être gênés, pas Qlassic, qui n’a jamais paru ému par quelque type de conditions que ce soit. Il a l’expérience nécessaire pour tout affronter.

GPR. : Croyez-vous dans les chances de l’équipe de France?

R.B. : Tout va dépendre de la sélection. Avec Qlassic, oui, j’y crois. Individuellement aussi, je suis très confiant, même si cela reste du sport.

Propos recueillis par Sébastien Roullier

À lire également...

Réagissez