AFFAIRE VAN PAESSCHEN : LA FÉDÉRATION BELGE CONTRE-ATTAQUE!

Constant van Paesschen se retrouve pris dans un sacré tourbillon médiatique. Photo Stefano Grasso/LGCT

Mardi 26 août - 12h51 | Marie de Pellegars

AFFAIRE VAN PAESSCHEN : LA FÉDÉRATION BELGE CONTRE-ATTAQUE!

L’affaire van Paesschen n’en finit pas d’animer le landernau du saut d’obstacles belge, et international bien sûr. À la suite des différentes déclarations de l’entourage de Constant van Paesschen, contestant la non-sélection du jeune homme au sein de l’équipe du Plat Pays, la Fédération royale belge des sports équestres a tenu à apporter sa vision des choses, dans un nouveau communiqué publié ce soir, dont voici l’intégralité.

'Au cours des derniers jours de nombreux communiqués de presse ont été diffusés par l'entourage de Constant van Paesschen et leurs conseillers. Dans ces communiqués de presse il est fait mention, entre autres, de 'trois victoires' par voie juridique concernant la non-sélection de Constant pour les JEM. Il y a eu trois procédures judiciaires engagées par l’entourage de Constant van Paesschen, dont deux unilatérales. Ce qui signifie que la FRBSE n’a pas été entendue dans le cadre de deux procédures et n’a donc pas pu se défendre jusqu’à présent. Dans un premier temps le tribunal de première instance a imposé unilatéralement à la FRBSE de prendre Constant dans la sélection, tant que la CBAS n’a pas statué. La CBAS a décidé le jeudi 21 août que Constant devait être pris dans la sélection pour les JEM. Une décision dont la motivation n’est pas encore connue. La Fédération a déjà fait depuis le début de la procédure les réserves nécessaires auprès de la CBAS. Le vendredi 22 août une nouvelle réquisition unilatérale fut introduite afin de contraindre l’application de la décision de la CBAS sous peine d’une astreinte de 5.000 euros.'

'La FRBSE, assistée dans cette affaire par ses conseillers, prend entretemps toutes les mesures nécessaires afin de réagir à cela, et de contester ces réquisitions. Nous notons, en outre, que la décision de la Cour d’Arbitrage du Sport Belge est irréalisable étant donné que nous ne pouvons pas inclure Constant van Paesschen dans la sélection, sans en retirer un autre cavalier. Nous attendons donc avec impatience la motivation de cette décision. La Fédération ne désire pas se placer ici au-dessus des lois, mais entreprendra toute autre action juridique nécessaire afin de continuer à défendre cette sélection contre vents et marées. Par cela, nous voulons être un exemple pour d’autres sports et fédérations sportives. Le fait qu’un entraîneur soit contraint par voie juridique d’adapter une sélection défie toute imagination et serait un frein pour chaque sport à ce niveau.'

 

L’arrière-plan sportif

'De plus, la Fédération tient à nouveau à souligner que les entraîneurs, tout bien pesé, ont proposé au terme de leurs délibérations, la bonne équipe. Ils sont soutenus dans cette tâche par la commission d’obstacle qui a pris la décision à l’unanimité. La sélection de cette équipe est basée sur les performances passées, sur l’expérience acquise dans les grands championnats, sur la fraîcheur et la forme des chevaux, et les attentes pour un proche avenir. Des critères qui ont été utilisés par tous les autres entraîneurs par le passé, et qui ont fait leurs preuves. Des motifs communautaires n’ont, et n’auront jamais, une influence sur la sélection, même si certains prétendent le contraire. Nous notons également que si dans le passé, les sélections pour les championnats du monde s’étaient faites uniquement sur base des classements mondiaux, ni Jos Lansink en 2006, ni Philippe Lejeune en 2010 n’auraient pu participer au championnat du monde et ne seraient donc jamais devenus champion du monde.

Tous les cavaliers, Constant van Paesschen inclus, ont signé une charte comportant une clause d’intégrité, une clause d’information et un code déontologique, pour eux et pour leur entourage. Les événements de ces derniers mois sont en contradiction frappante avec les engagements pris dans la charte.'

 

Les situations personnelles

'Nous regrettons profondément les déclarations et les attaques de l'entourage de Constant van Paesschen contre des personnes comme les entraîneurs, le président de la FRBSE, les membres de la commission d’obstacle, les membres de la commission vétérinaire et d'autres parties concernées. Ces attaques personnelles sont de nature diffamatoire, mais nous ne réagirons pas ici via la presse. La Fédération souhaite dans cette affaire – pour le formuler de manière sportive – se concentrer sur la partie et non sur l’homme. La non-sélection de Constant van Paesschen ne met pas en doute les résultats qu’il a obtenus à ce jour et un bel avenir l’attend encore. Nous souhaitons à nouveau souligner explicitement que toutes les sélections qui ont été faites d’une manière analogue, entre autres au début de cette année, ont prouvé leur succès. Nous espérons et supposons que cela pourra mener également à un résultat similaire à Caen.

La Fédération tient à souligner que nous voulons maintenant nous concentrer à fond à la préparation des championnats du monde des sports équestres, qui, entretemps ont déjà commencé. Nos diables d’obstacle belges préparent actuellement leur voyage vers la Normandie. Les JEM constituent un événement équestre qui marque l’apogée d’un sport où le fair-play et l’esprit sportif sont encore des valeurs primordiales. Nous ferons en sorte que, dans l’avenir, ce soit toujours le cas.'

SR (avec communiqué)

À lire également...

Réagissez