L’ONCLE SAM MONTE EN PUISSANCE!

Quand Wonder Beezie Madden et Cortes C, ici à Chantilly, sont là, tout va pour les États-Unis. Photo Scoopdyga

Lundi 04 août - 01h57 | Sébastien Roullier

L’ONCLE SAM MONTE EN PUISSANCE!

Huitième à Rotterdam, deuxième à Aix-la-Chapelle il y a deux semaines et troisième à Falsterbo vendredi dernier, les États-Unis sont véritablement en train de monter en puissance en vue des Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie. L’Oncle Sam s’est imposé cet après-midi dans la Coupe des nations d’Hickstead en Grande-Bretagne. La France, présentant une équipe B, a dû se contenter de la sixième place, ex aequo avec son hôte du jour, en grande difficulté devant son public.

 

L’ESSENTIEL

Face à une concurrence certes affaiblie en raison de la tenue concomitante du CSIO 5* de Gijón et du CSI 5* de Valkenswaard, les États-Unis ont fait forte impression, cet après-midi à Hickstead. Sur un parcours présentant trois doubles, une rivière assez sérieuse et quelques obstacles rustiques dont l’Officiel de Grande-Bretagne a le secret, le quatuor de Robert Ridland a montré une belle équitation et prouvé la bonne forme de sa cavalerie. Un bémol toutefois pour Cylana, la jument de Reed Kessler, qui ne semble plus afficher la même suprématie qu’il y a deux ans. Avec deux tours sanctionnés de huit et quatre points, la benjamine de l’équipe a peut-être dit adieu aux Jeux mondiaux. S’appuyant sur les excellents McLain Ward et Beezie Madden, ainsi que sur la solide vétérane Margie Goldstein­Engle, l’Amérique s’est imposée avec un total de quatre points, devançant les Pays-Bas et l’Allemagne, à égalité à huit. Ces deux nations ont signé une seconde manche parfaite tandis que l’Irlande et la Belgique, deuxièmes ex aequo à la mi-temps, ont alourdi leur score de huit points terminant quatrièmes ex aequo à douze. Avec chacun cinq tours à quatre et un à huit comptabilisés, la France et la Grande-Bretagne se sont partagé la sixième place, laissant la cuillère de bois à une bien faible équipe de Suède.

Au classement général de la Division 1 européenne, l’Allemagne s’est replacée avant son dernier rendez-vous qualificatif, vendredi prochain en Irlande. En cas de victoire à Dublin, la Mannschaft rejoindrait la France à la première place. La Suède, qui marque aussi ses derniers points le week-end prochain, semble également en position favorable pour disputer la finale mondiale de Barcelone, réservée aux sept meilleures nations de cette D1. Ce sera beaucoup plus dur pour la Grande-Bretagne (lire plus loin) et impossible pour l’Ukraine. La Suisse, qui a déjà inscrit tous ses points, va devoir attendre.

 

LES BLEUS

Un peu dans le même jus qu’à Aix-la-Chapelle, la France n’a brillé ni sombré, exception faite de Julien Épaillard et Qarat de la Loge. Les finisseurs de l’équipe exceptionnellement dirigée par Thierry Pomel, Philippe Guerdat étant sagement resté auprès de son équipe A à Gijón, ont hélas concédé huit puis seize points. Fautif des antérieurs sur une délicate barrière blanche, le propre frère d’Idéal de la Loge n’a produit qu’un demi-saut sur la rivière en première manche, comme lors du Grand Prix d’Aix. Comme on pouvait le craindre, cela s’est répété au second tour, où trois autres fautes ont alourdi le total du couple. Le Normand devra se remettre au travail avec son alezan. Quatre puis huit points pour les ouvreurs, Nicolas Delmotte et Number One d’Iso*Un Prince. La sortie du premier double est tombée au premier tour, la maudite barrière et la sortie du troisième double au second tour. Mathieu Billot, lui, a plutôt réussi son intégration en Division 1. Pas de sans-faute, mais deux quatre points assez probants avec une faute sur un oxer relativement anodin d’abord, puis une autre sur la sortie du premier double. Marie Hécart et Myself de Brève, le couple le plus expérimenté de l’équipe, disputant d’ailleurs son troisième Officiel de Grande-Bretagne consécutif, ont renversé… la barrière en première manche et piétiné d’un rien la rivière dans la seconde. Dommage.

 

LES TOPS

Loin d’être la plus dure de l’année, s’adaptant à un plateau hétérogène, cette Coupe des nations a vu plusieurs couples crever l’écran. On dénombre cinq doubles sans-faute. Au-delà du score, on peut saluer les deux réalisés par les Étatsuniens McLain Ward et Beezie Madden. Faciles, déliés et rapides avec Rothchild et Cortes C, ces deux-là ont sûrement validé leur ticket pour la Normandie, où ils évolueront sans doute aux côtés de Kent Farrington et Lucy Davis, voire de Lauren Hough, les deux femmes ayant brillé au Parc de la Soers il y a deux semaines, à moins que Ridland ne mise sur Katherine Dinan et/ou Brianne Goutal, tout aussi fiables avec leur Selle Français Nougat du Vallet et Nice de Prissey. Ridland a l’embarras du choix. À lui de faire le bon.

Sans doute déjà assurés de leur place aux JEM, le Néerlandais Jur Vrieling et son VDL Bubalu ont signé leur deuxième double sans-faute de l’année après celui de La Baule, mi-mai. Mais la vraie sensation est venue de l’Irlandais Darragh Kenny. Celui qui affirmait en début de semaine vouloir devenir numéro un mondial (lire ici) a marqué de précieux points au classement FEI grâce à son double sans-faute avec Imothep, un KWPN de onze ans par C Indoctro. Il fait surtout figure de sélectionnable. Robert Splaine livrera son quatuor après le CSIO 5* de Dublin, le week-end prochain. Le cinquième double clear a été l’œuvre de Pieter Devos et Dream of India Greenfield. Les lauréats du lointain Global Champions Tour de Pékin ont encore confirmé leur potentiel sur herbe et face à des obstacles d’une tout autre nature, comme il y a quinze jours à Aix. On voit mal comment Kurt Gravemeier pourrait se passer d’eux à d’Ornano.

 

LES FLOPS

En Belgique, petit flop pour Nicola Philippaerts et Challenge vd Begijnakker. Petit, parce qu’il ne monte le cheval que depuis quelques semaines, en raison de la blessure de son père et de celles de ses deux chevaux de tête, mais ses douze et quatre points l’ont sans doute éloigné de Caen. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première Coupe des nations de D1 de Royne Zettermann et Écho de Laubry n’a pas été concluante. Avec quatorze puis vingt-et-un points dont un gros refus sur la rivière, le couple suédois n’est pas apparu à la hauteur de l’événement. Ç’a été un peu mieux pour Niklas Jonsson et Caral. Après une première manche à dix-sept, la paire a redressé la barre pour terminer à quatre, un peu comme à Saint-Gall (dix puis zéro). Dans les deux cas, il s’agit toutefois de couples découvrant ce niveau.

Le vrai flop est collectif. Il est à mettre à l’actif de la Grande-Bretagne. Présentant une équipe B, la nation hôte n’a même pas pu sauver les meubles et a partagé la sixième place avec la France. Aucun sans-faute, cela fait toujours désordre à domicile, mais c’est encore plus problématique en vue de la finale de Barcelone. Ce soir, les Britanniques sont neuvièmes. Il leur faudra, comme l’an passé, s’imposer vendredi prochain à Dublin. Seulement Hoekstra ne pourra sans doute pas compter sur Nick Skelton et Big Star, dont l’état de santé reste incertain. Sans doute attendait-il aussi Ursulla XII, mais le retour de la finaliste de la Coupe du monde se fait toujours attendre avec Scott Brash. Comme quoi les insulaires sont loin d’être invincibles. On se demande tout de même pourquoi le chef d’équipe n’a pas fait appel à John Whitaker et Argento, vainqueurs dimanche dernier du Grand Prix CSI 5* de Treffen…

 

Sébastien Roullier

 

Les classements

Le classement de la Coupe des nations d’Hickstead ici

Le classement de la Division 1 européenne

1. France 345 points (4 étapes courues sur 4 qualificatives)

2. Pays-Bas 335 points (4/4)

3. Belgique 285 points (4/4)

4. Espagne 282,5 points (4/4)

5. Suisse 280 points (4/4)

6. Allemagne 245 points (3/4)

7. Suède 220 points (3/4)

8. Irlande 195 points (3/4)

9. Grande-Bretagne 182,5 points (3/4)

10. Ukraine 170 points (3/4)

À lire également...

Réagissez