PATRICE DELAVEAU, QUE D’ÉMOTIONS !

Patrice Delaveau et Orient Express ont signé un barrage magistral à Rotterdam. Photo CHIO Rotterdam

Mercredi 25 juin - 09h42 | Marie de Pellegars

PATRICE DELAVEAU, QUE D’ÉMOTIONS !

Après ses déboires dans la Coupe des nations de Rome, puis sa chute dans celle de Rotterdam, vendredi, Patrice Delaveau a remis les pendules à l’heure, cet après-midi, en s’adjugeant de main de maître le Grand Prix du CSIO des Pays-Bas. Sur un Orient Express*HDC totalement retrouvé, le Normand a signé un barrage flamboyant. Le voilà pleinement relancé dans la course aux Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie. Daniel Deusser et Paul Estermann complètent le podium de ce Grand Prix avec Cornet d’Amour et Castlefield Eclipse.

Personne n’a pu les rattraper, ni même s’approcher d’eux. 'Quand on lui demande un coup d’accélérateur comme cela, Orient se transforme en véritable guerrier, et il devient difficile à battre', reconnaît Patrice Delaveau, heureux de pouvoir de nouveau compter à fond sur son crack. Après Falsterbo et Gijón en 2011, La Baule, Barcelone et Helsinki en 2013, le Normand et l’étalon du haras des Coudrettes ont donc ajouté un nouveau Grand Prix CSI 5* à leur superbe palmarès, cet après-midi à Rotterdam, où le CSIO des Pays-Bas s’est achevé avec une nouvelle Marseillaise, après celle de vendredi dans la Coupe des nations. Un énorme week-end pour la France, une fin de semaine riche en émotions pour le numéro sept mondial.

Décevant il y a tout juste un mois dans la Coupe des nations de Rome, où Orient Express*HDC avait ressenti une gêne, Patrice jouait un peu à quitte ou double à Rotterdam. Vendredi, il n’est pas passé loin du double dans la Coupe, puisqu’il ne lui restait plus qu’à sortir du triple et sauter deux obstacles qui lui avaient paru presque anodins en première manche. Pourtant, de manière inexplicable – le cavalier n’a toujours pas trouvé d’explication deux jours plus tard – Carinjo 9*HDC, son autre étalon bai, lauréat du Grand Prix CSI 5* de Saint-Tropez il y a deux semaines, s’est affolé, a perdu pied et a chu en sortant du triple. Un gadin très spectaculaire, a priori sans grande conséquence vétérinaire. 'C’était très étrange. Au début, avec lui, j’ai rencontré des problèmes dans des combinaisons, mais uniquement pour entrer sur des verticaux, jamais pour sortir. Nous sommes vraiment passés par tous les états. Ensuite, nous avons vécu une soirée et une matinée assez désagréables, parce que Carinjo boitait quand même sérieusement et s’était fait mal derrière le genou dans une zone à risque. Heureusement, les premières radios, effectuées hier matin, n’ont pas décelé de fêlure. On va attendre que les hématomes se résorbent, mais a priori il ne devrait pas être arrêté plus de huit à dix jours.'

« Très important pour le cheval, son entourage, l’équipe de France et moi »

Rassuré sur l’état de forme de son Holsteiner, Patrice Delaveau avait d’autant plus à cœur de prouver au sélectionneur qu’il fallait bien compter sur son Selle Français pour les Jeux mondiaux. Il s’y est sérieusement employé cet après-midi, où il a progressivement retrouvé toutes ses sensations. 'Le début de premier tour n’était pas terrible, surtout les trois premiers sauts, puis Orient s’est enclenché et cela s’est beaucoup mieux terminé', explique son pilote. À vrai dire, on ne l’avait plus vu sauter de manière aussi explosive depuis l’automne dernier.

Le barrage a ensuite donné lieu à une prestation de haute volée, Orient Express laissant une impression de puissance et de disponibilité époustouflante, notamment sur l’oxer placé après un premier virage en épingle suivant un vertical. 'J’ai tourné très court, trouvé une bonne distance, puis Orient a comme dérapé sur le sable, du coup ma distance était foutue. Soit je remettais une foulée, soit je tentais. J’ai tenté. En le faisant, je me suis dit que nous allions nous écraser dans l’oxer, mais Orient a produit un super effort et donné le coup de jarret nécessaire pour passer. Ça fait du bien!'

Gerco Schröder, qui venait d’épater son public pour son deuxième barrage du week-end avec le magnifique Glock’s London – il n’avait pas tenu le choc vendredi dans la Coupe face à Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa – a dû s’avouer vaincu, une fois de plus, le Français atomisant son chronomètre de plus de deux secondes et demie! Il restait quelques sérieux clients, à commencer par l’Irlandais Bertram Allen sur Molly Malone V et le Suisse Paul Estermann sur Castlefield Eclipse, les couples vainqueurs des derniers Grands Prix CSIO de Lummen et Saint-Gall, mais aucun des deux ne s’est approché à moins d’une seconde du vainqueur. On craignait encore les vainqueurs de la finale de la Coupe du monde, Daniel Deusser et Cornet d’Amour, plus encore après qu’ils ont réussi un premier virage parfait, mais ils ont patiné dans le second, perdant un peu de terrain et d’impulsion. Deuxième de son premier Grand Prix en extérieur, le couple semble prêt pour les JEM. Alors que Jur Vrieling et VDL Bubalu ont pédalé dans le fameux oxer, Marc Houtzager, la dernière chance néerlandaise, a piloté un Sterrehof’s Opium éblouissant de fraîcheur à dix-huit ans. Double sans-faute, il a terminé cinquième devant Gerco et London.

Petite faute de postérieurs pour Rêveur

Fort de cette victoire et des belles impressions qu’il a laissées au bord de la mer du Nord, Patrice Delaveau est totalement relancé dans la course aux Jeux. 'C’était très important pour le cheval, son entourage, l’équipe de France et moi. La situation était désagréable pour tout le monde depuis Rome. Orient est de nouveau là. Quand il est en forme comme cela, ses qualités de sauteur sont indiscutables. Maintenant il faut le gérer, sans le mettre trop dans du coton non plus. Il devrait encore sauter dans deux concours avant les Jeux.' En principe, ce devrait être sous la Tour Eifel à Paris dans deux semaines, puis à Gijón du 30 juillet au 4 août, dernier concours de préparation pour tous les couples en lice.

Cet après-midi, les deux autres paires concernées par les Jeux ont bouclé le premier tour avec quatre points. Marie Hécart et Myself de Brève ont fauté sur un vertical sur bidet en fin de tour, tandis qu’avec Kevin Staut, Rêveur de Hurtebise*HDC a un poil trop laissé traîner ses postérieurs, son petit pêché mignon, sur la sortie du triple. Gageons que le couple saura trouver les derniers réglages nécessaires. Moins concernés par l’échéance estivale, Mylord Carthago*HN a laissé huit points sur la piste avec Pénélope Leprevost, sans trop paraître à l’effort, tandis qu’après un bon début de tour, Nippon d’Elle s’est quelque peu déréglé, concédant quatre fautes.

Sébastien Roullier

 

Les résultats

Les résultats du Grand Prix CSIO 5* de Rotterdam

Le barrage gagnant de Patrice Delaveau et Orient Express*HDC

À lire également...

Réagissez