MATHIEU BILLOT INSCRIT UNE DEUXIÈME FOIS SON NOM À L'ÉTAPE DEAUVILLAISE DU GRAND NATIONAL

Mathieu Billot et Shiva d'Amaury ont remporté avec brio le Grand Prix du Grand National de Deauville. Photo FFE/PSV Morel

Mercredi 11 juin - 13h24 | parnl

MATHIEU BILLOT INSCRIT UNE DEUXIÈME FOIS SON NOM À L'ÉTAPE DEAUVILLAISE DU GRAND NATIONAL

Cet après-midi, soixante-et-un couple ont pris le départ de l’épreuve phare du week-end, au Pôle international du cheval de Deauville, sous une chaleur estivale. Le plateau relevé a offert à tous les passionnés de chevaux présents un vrai moment de sport.


Sous une journée ensoleillée, les cavaliers ont pu s’affronter dans la cinquième étape du Grand  National à Deauville. Le parcours, concocté par Jean-Paul Lepetit, n’a pas laissé de marbre les cavaliers. Aucun triple n’était à signaler mais trois doubles étaient à franchir. Arrivé en numéro 6, le premier ne posait pas de difficulté majeure. En revanche, les couples devaient ensuite franchir un oxer situé quatre belles foulées plus loin. À peine franchi, il fallait alors bien se redresser avant d’aborder le fatal double de verticaux. Christian Hermon, ou Édouard Mathé se sont laissé aspirer par cette difficulté restant ainsi aux portes de la finale. Pomme Cilote a également été pénalisée à une reprise sur cet obstacle. Mais, passant en dernier, elle a réussi à franchir la ligne d’arrivée avec un bon chronomètre ce qui lui a permis de pouvoir à nouveau s’élancer dans la seconde manche. Le scénario a été le même pour Mathieu Billot qui a fauté à une reprise avec U2 mais qui, grâce à un chronomètre rapide a également pu fouler la piste avec son fils de Burggraaf lors du deuxième parcours. Le Normand, très en forme ce week-end a réussi l’exploit de mener Pardoes et Shiva d Amaury au bout du tour en laissant toutes les barres sur les taquets.  Cette épreuve se concourant sous le format Super 10, dix cavaliers étaient sélectionnés pour le deuxième parcours. Il faudra également noter le beau parcours d’Alexis Gautier accompagné d’Oliday d’Ira. Le couple n’a pas effleuré une seule barre mais a malheureusement été pénalisé par la rivière. Il a donc été relégué à la dix-septième place.

Toujours plus vite en deuxième manche


Dix athlètes ont donc à nouveau sellé leur monture afin de décrocher la coupe au terme de la seconde manche. Les premiers concurrents ont alors été ceux qui comptabilisaient déjà quatre points au compteur. Mathieu Billot a ainsi montré le parcours au public venu en nombre profiter du spectacle. En selle sur U2, avec lequel il a participé il y a quelques semaines au CSIO 5* de La Baule, il a pris des risques mais a une nouvelle fois poussé une barre à terre. Pas de quoi inquiéter ses poursuivants. Même son de cloche pour celui auquel il a cédé sa place. Valery de Menditte et sa fille de Crown Z, Ratina des Rondets, ont renversé un obstacle. Ce dernier a croisé sous la grande arche du Grand National le seul couple 100% féminin de cette manche. Pomme Cilote et sa pétillante Qomedie Libellule ont pris le départ. Le couple, semblant se connaître par cœur, a alors soulevé les applaudissement de la foule en signant le premier parcours parfait. Malheureusement, les deux complices totalisaient déjà quatre points de la première manche. Malgré cette belle performance et à la vue du plateau qui suivait, la victoire ne semblait pas à porté de main. Clément Boulanger, premier cavalier avec un score vierge a pu compter sur Zakopane VTH pour réitérer l’exploit. Semblant assurer le sans-faute, le duo s’est alors vu pénaliser par le chronomètre. Un quart de point de temps de dépassé qui leur offrira tout de même la cinquième position. Deuxième monture pour Mathieu Billot et non des moindres. Pardoes, cheval avec lequel le local de l’épreuve avait remporté l’édition 2012, s’est présenté. Les deux associés ont serré les courbes dans un galop soutenu. Tout semblait alors possible mais c’était sans compter sur le dernier vertical, numéro 13 du parcours initial, que le fils de Koriander a renversé. Ils se sont emparés de la huitième place du classement final. Ils ont été imités par le cavalier membre de l’équipe de France, Jérôme Hurel, qui, aux commandes d’Urano de Cour au Bois, a fauté à une reprise. Les spectateurs, désireux de pouvoir une nouvelle fois vibrer au son du jingle annonçant le parcours sans-faute, ne se sont pas fait prier puisqu’Alain Bourdon les a comblés. Play Boy du Terte, doublure du célèbre Jappeloup dans le film qui porte son nom, n’a pas frémi et, du haut de ses 1,58m, a survolé les embûches. Ils ont ainsi mis la pression sur leurs concurrents tout en fixant le temps de référence à 49’91’’. À un Breton a succédé un autre Breton. Yannick Gaillot a tenté sa chance sur Olympe d’Aiguilly. Lancé à pleine vitesse dès le premier obstacle, les deux associés n’ont pas laissé espérer Alain Bourdon très longtemps puisqu’ils ont abaissé le chronomètre de plus de trois secondes. À ce moment de l’épreuve, à deux cavaliers du dénouement final, pour remporter la coupe il fallait battre 46’34’’. Contrat rempli pour Gilbert Doerr et son puissant fils de Diamant de Semilly, Quito de Kerglenn, puisqu’ils n’ont pas touché une barre et ont arrêté le chronomètre sur 46’10’’. Dernier concurrent à entrer en piste, Mathieu Billot allait mettre d’accord tous les participants. Le cavalier installé à la Porte Rouge, à seulement quelques kilomètres du Pôle international de Deauville, n’a pas fait mentir sa réputation. Accompagné de son fils de For Pleasure, Shiva d’Amaury, huit ans seulement, le cavalier a imprimé un rythme soutenu dès le début en serrant toutes ses courbes. Dans le dernier virage, la majorité des tribunes, debout, a encouragé de la voix son protégé qui est parvenu à abaisser le temps d’encore deux secondes lui permettant ainsi de signer une première victoire à ce niveau avec ce cheval. Et de trois pour Mathieu qui a conclu ce week-end de la plus belle des manière. 'J'espérais gagner ce Grand Prix. Je pensais pouvoir le faire avec U2. Mais il y a eu un petit quatre points... Pardoes a dix-sept ans, il n'a sauté que le Grand Prix, il est vraiment en très grande forme. Shiva, je le prépare depuis ses cinq ans. Il était très tardif. Au début de ses sept ans il ne participait qu’à des épreuves à 1,25m. Il est formidable et n'arrête pas d'évoluer. Gilbert m'a battu hier soir, aujourd'hui c'est moi !', a expliqué le champion de la journée. Son challenger a également semblé très satisfait de sa monture mais a dû s’avouer vaincu. 'Quito a vraiment envie de bien faire. Mathieu a tourné très courts, j'ai plus laissé le temps à mon cheval de souffler. De toute façon Mathieu est toujours rapide. Il est difficile de le battre' a réagi celui qui est monté sur la deuxième marche du podium.

Marie de Pellegars-Malhortie

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez