PAUL ESTERMANN ET ECLIPSE SOUS LE SOLEIL DE SAINT-GALL

Paul Estermann et Castlefield Eclipse, ici à La Baule, ont retrouvé leur forme éblouissante d'il y a deux ans pour s'imposer à Saint-Gall. Photo Scoopdyga

Mardi 03 juin - 19h50 | Marie de Pellegars

PAUL ESTERMANN ET ECLIPSE SOUS LE SOLEIL DE SAINT-GALL

Paul Estermann est entré dans le club des vainqueurs de Grands Prix CSIO 5*, cet après-midi à Saint-Gall, sans doute la classique la plus chère au cœur des Suisses allemands. Avec sa fidèle et délicate Castlefield Eclipse, le quinquagénaire a réussi deux manches parfaites pour devancer d’un rien l’Espagnol Sergio Álvarez Moya, et plus confortablement son compatriote Fabio Crotta. Très bon bilan des Français, au nombre de trois dans le top dix.


 Comme vendredi, même si le temps imposé n’a cette fois pas joué son rôle, Gérard Lachat a construit un fort joli tour pour ce Grand Prix de Suisse, disputé sous un soleil radieux, ce qui n’est pas si courant à Saint-Gall. Quinze des quarante-neuf couples ont bouclé la première manche sans faute, transformant la seconde en un barrage. [Steve Guerdat] et [Nino des Buissonnets], les champions olympiques, n’ont pas passé le cut, échouant sur l’oxer numéro deux, assez peu fautif au premier tour, mais véritable juge de paix au second. Comme dimanche dernier à Rome, ils ont pourtant laissé une belle impression. Ce n’est pas passé non plus pour [Julien Epaillard] et [Qarat de la Loge], pour une faute infime sur la rivière. Dommage, car la seconde manche, très galopante, aurait sans doute bien convenu au propre frère d’Idéal.

Premiers à revenir en piste, [Frederic David] et [Equador van t Roosakker] ne rencontrent aucune difficulté, mais tournent trop large dans la courbe à 270° entre l’oxer quatre et le nouveau vertical quinze. Le Français terminera sixième. Plus de quatre secondes plus rapide, [Fabio Crotta] lance les hostilités avec [Rubina VIII]. Son très beau tour lui offrira la troisième place. [Kevin Staut] relève le défi de la vitesse avec [Estoy Aqui de Muze]*HDC, mais la puissante alezane faute sur ce maudit vertical quinze, repoussant le Normand au dixième rang final. Deux fautes et la quinzième place pour l’Espagnole [Paola Amilibia Puig] et [Prunella d Ariel] avant qu’[Olivier Philippaerts] ne livre une belle démonstration de force avec [Cabrio van de Heffinck], à nouveau à la fête, mais deux centièmes plus lent que Crotta.

Timothée et Padock cèdent sur le dernier vertical!

L’outsider de cette seconde manche, [Massimiliano Ferrario] assure intelligemment son double sans-faute avec Loro Piana [Acamar], un fils d’Acobat I, sixième. Partie comme une fusée, [Lauren Hough] signe le meilleur temps scratch, mais Quick Study, alias Lutin de Semilly, faute sur l’oxer numéro deux, qu’il fallait vraiment soigner. L’Américaine finit septième. [Timothee Anciaume] ne traîne pas, lui non plus, et [Padock du Plessis]*HN répond présent… jusqu’au dernier vertical, qui tombe hélas. Rien ne va bouger au passage de [Paul Estermann] et [Castlefield Eclipse], qui trouvent le meilleur tracé. Dans une forme comparable à celle d’il y a deux ans, la délicate fille d’Obos Quality est plus à l’aise que nulle part ailleurs sur ces grandes pistes en herbe. À l’arrivée, ovationné par le public suisse, le couple explose de deux secondes et demie le temps de Crotta.

Avec deux fautes et un bon temps, le jeune Espagnol [Gonzalo Añon Suarez] doit se contenter de la quatorzième place avec l’Anglo-Arabe [Qlamp d Ivraie]. En revanche, pas une barre ne tombe au terme du magnifique tour de son compatriote [Sergio Alvarez Moya], associé à l’alezan [Zipper]. La Galicien doit pourtant s’avouer vaincu… pour onze centièmes. Désormais, il faut tout tenter, ce qui ne fait pas peur à [Ludo Philippaerts], demandant à [Challenge van Begijnakker] un long saut presque impossible sur l’oxer précédant le dernier vertical. Dommage pour le Belge, un poil moins rapide que Hough, et donc huitième. [Emma Emanuelsson], [Romain Duguet] et [Pius Schwizer] jouent leur carte avec [Titan], [Quorida de Treho] et [Toulago], mais ne soignent pas assez le maudit numéro deux. Onzième place pour la Suédoise, treizième pour l’ex-Français, également piégé sur la sortie du double, et douzième pour le Suisse allemand, pas aussi gaillard qu’à l’accoutumée. Il s’est forcément consolé avec la victoire de son compatriote et très probable futur coéquipier aux Jeux équestres mondiaux, cet été en Normandie.

Sébastien Roullier

Les résultats

Les résultats du Grand Prix à 1,60m ici

À lire également...

Réagissez