NICOLAS DELMOTTE ARRACHE LA VICTOIRE À SES CONCURRENTS DANS LE CSI 2* DU GRAND PRIX CLASSIC

Nicolas Delmotte et Darmani Van't Heike se sont imposés dans le Grand Prix du CSI 2* du Grand Prix Classic. Photo PSV Morel

Dimanche 01 juin - 22h26 | Sébastien Roullier

NICOLAS DELMOTTE ARRACHE LA VICTOIRE À SES CONCURRENTS DANS LE CSI 2* DU GRAND PRIX CLASSIC

L’épreuve phare du week-end de compétition organisé par le Grand Prix Classic, le Grand Prix du CSI 2* aux couleurs de Viatelease, s’est déroulée dimanche après-midi sur le terrain d’honneur du Grand Parquet de Fontainebleau. Soixante-dix huit couples affutés ont tenté de déjouer les nombreuses difficultés de ce parcours à 1,45m.

Les soixante-dix-huit cavaliers qui se sont élancés dans l’arène bellifontaine à l’occasion de cette épreuve ont dû faire preuve de beaucoup de talent et de technique afin de parvenir à réaliser un parcours parfait. Au regard du plateau de choix présent dans le CSI 2* à l’occasion de cette édition 2014 du Grand Prix Classic, Jean-Philippe Desmaret, a concocté un tracé de treize obstacles truffé de difficultés avec notamment des choix de contrats de foulées délicats. Lors des premiers passages, certains cavaliers prenant le départ plus tard dans la liste, s’étaient rassemblés sur les tribunes en bois le long du Grand Parquet afin de réfléchir conjointement à ce qu’il faudrait effectuer entre chaque obstacle. La ligne sept, huit, oxer aux couleurs de Tonino Lamborghini constituée d’une palanque au premier plan, réalisable en sept belles foulées ou huit en tenant,  a sorti de la course au barrage de nombreux cavaliers. Les combinaisons se sont également révélées être un véritable juge de paix. Le double, positionné en numéro six dans la montée a été très fautif tout comme le triple à l’effigie de Grand Prix Magazine, dixième difficulté du parcours. Pas moins de quarante-trois duos ont vu toutes chances de victoire s’effondrer en ne parvenant pas à trouver la solution pour surmonter ces deux combinaisons. Ce parcours, très sélectif, a contraint quinze cavaliers à abandonner en cours de route. Parmi eux, des cavaliers de renom tels que [Robert Breul], la Suissesse [Christina Liebherr] ou encore [Alexandre Fontanelle]. [Mathieu Laveau], à qui il semblait rien ne pouvoir arriver ces deux derniers week-ends a préféré économiser son talentueux [Phelius de Sainte Hermelle] après qu’il a fauté sur le trois et le quatre. Malgré ces quelques péripéties, douze couples ont tiré leur épingle du jeu et se sont qualifiés pour le barrage du Grand Prix Viatelease.

Des cavaliers habitués de la vitesse s’affrontent

Sept obstacles, huit efforts car le double numéro six a été conservé pour ce barrage. Ouvreuse de cette épreuve de vitesse, la jeune [Adeline Hecart] a perdu tout espoir de s’adjuger la course en fautant sur le numéro un. Elle a tout de même continué à solliciter sa jument, [Question d Orval], notamment par la voix, et a galopé jusqu’à la ligne d’arrivée qu’elle a franchi en 41’. Elle a cédé sa place au Belge [Gaetan Decroix] qui a compté sur sa jument [Emma VP] pour réitérer sa performance. À nouveau sans pénalité il a instauré le temps de référence, 43’76’’. Rapide mais, eu égard au temps d’Adeline, pas tant que ça. Le Tricolore [Remy Deuquet], une nouvelle fois présent parmi les meilleurs avec son [Super Krack], n’a pas touché une barre mais son fils de Madness, encore jeune puisqu’âgé seulement de huit ans n’est pas parvenu à prendre du terrain sur son prédécesseur. Il en va de même pour le Brésilien [Pedro Veniss] associé à [Quabri de l Isle]. [Wesselina], guidée par son Belge de cavalier, [Gilles Dunon], a passé la ligne intermédiaire du speed challenge CWD avec soixante-deux centièmes de seconde de trop. Le couple n’est pas parvenu à rattraper son retard sur la deuxième partie du parcours. Le redoutable [Michel Hecart] est alors entré avec [Nokia de Brekka]. Ceux à qui tout réussit ces derniers moments ont prouvé qu’ils ne comptaient pas s’arrêter là. Toutes les barres sont maintenues sur les taquets et le chronomètre est abaissé de plus de deux secondes. Le public a alors applaudi le nouveau leader ! Six cavaliers pouvaient alors encore prétendre à la victoire. Le Néerlandais [Robert Vos] sur [Another Pleasure] n’a pas inquiété le podium puisqu’il a renversé l’entrée de double. Les Tricolores [Romain Lavigne], [Maelle Martin] et [Pierre Cabochette] ont réussi à doubler la mise en sortant de piste avec un score vierge de toute pénalité. Malheureusement leur temps ne leur a pas permis de tutoyer le sommet de l’épreuve. [Nicolas Delmotte] s’est alors élancé à pleine vitesse avec son [Darmani van t Heike], habitué des épreuves de vitesse. Devançant déjà Michel Hécart de plus d’une seconde au temps intermédiaire, le Nordiste n’a pas faibli et a abaissé le chronomètre de vingt-neuf centièmes. La victoire serait donc française ou néerlandaise grâce à [Annet Willems] sur [Nirvana]. Déroulant un parcours fluide mais pas assez galopant, elle n’a pas fait tremblé le leader.

Nicolas Delmotte a donc remporté l’épreuve phare. 'Je suis très content. Darmani a très bien sauté. C’est un cheval qui est très souvent sans pénalité et rapide. Aujourd’hui il était vraiment dans sa catégorie. Sur le premier tour j’ai eu un peu de chance sur l’oxer sur bidet numéro cinq mais sinon il a été formidable. Le parcours aujourd’hui était très intéressant et bien dosé puisqu’il y a eu des fautes un peu partout', a expliqué le grand gagnant du CSI 2*. Michel Hécart est, quant à lui, monté sur la deuxième marche du podium. 'J’ai perdu du temps au barrage pour me rendre sur l’oxer numéro cinq du parcours initial en m’écartant. J’ai fait cela sciemment car je pensais que je serais plus rapide que les autres même en faisant cela et je ne voulais pas faire forcer mon cheval en lui imposant un virage très serré. Pour gagner il aurait fallu que je réalise une foulée de moins dans ce tournant. Petit erreur de jeunesse !', s’est amusé le Normand. Le podium a été complété par le Belge Gaétan Decroix.

Les résultats ici.

À Fontainebleau, Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez