ÉRIC LAMAZE, LA TRÈS BELLE HISTOIRE SE RÉPÈTE

Éric Lamaze et Zigali PS n'ont jamais semblé en difficulté, cet après-midi à Rome. Photo Stefano Secchi/Piazza di Siena

Mercredi 28 mai - 12h14 | Marie de Pellegars

ÉRIC LAMAZE, LA TRÈS BELLE HISTOIRE SE RÉPÈTE

Fantastique sensation à Rome, cet après-midi, où Éric Lamaze a brillamment remporté le Grand Prix. Associé à Zigali PS, le Canadien a réédité son fantastique doublé La Baule - Rome, qu’il avait réussi en 2011 avec Hickstead. Signant une seconde manche de haute volée, Lamaze a devancé de deux centièmes Michael Whitaker sur Viking, le jeune Néerlandais Frank Schuttert complétant le podium avec Winchester HS. La France a conclu ce CSIO d’Italie sur une bonne note, grâce à Marie Hécart et Pénélope Leprevost.

Que l’histoire est belle quand elle se répète ainsi. Submergé d’émotions dimanche dernier à La Baule, où il avait remporté son premier Grand Prix CSI 5* depuis celui du CSIO de Calgary en 2011, [Eric Lamaze] a surfé, comme il y a trois ans, sur la vague du succès. Déjà vainqueur de deux épreuves, dont la majeure de jeudi avec [Zigali] PS, le Canadien a conclu en fanfare ce beau et chaud Officiel d’Italie en s’offrant le Grand Prix en deux manches, cet après-midi sous les pins parasols de l’enjôleuse Piazza di Siena. Devant un public beaucoup plus nombreux que vendredi, Lamaze a confirmé son retour au tout premier plan. Ayant désormais le choix des armes pour les Jeux équestres mondiaux FEI AlltechTM 2014 en Normandie, le champion olympique 2008 ne devrait plus tarder à retrouver les sommets du classement mondial. À Rome, il a laissé une superbe impression avec son fils de Kigali âgé de dix ans et formé par le Britannique [Daniel Neilson], qu’il monte en concours depuis le dernier CHI de Genève, et avec lequel il a disputé quatre très bons Grands Prix à Wellington cet hiver.

Comme neuf autres couples, Éric et Zigali sont parvenus à se tirer sans faute d’une première technique et très bien dessiné sur cette belle arène ensablée. Côté Français, c’est passé aisément pour [Penelope Leprevost] sur [Flora de Mariposa], magnifiques, et [Marie Hecart] sur [Myself de Breve], plus rapides et vaillantes que tout le monde. Ce n’est passé pour [Kevin Staut] et [Oh d Eole], battus sur l’entrée du double placé en numéro cinq, puis sur la rivière en huit. Les années et les cavaliers passent, mais la belle jument noire est toujours aussi peu à l’aise avec l’eau. Ce n’est pas passé non plus pour [Simon Delestre] et [Ryan des Hayettes], pourtant derniers à partir et très convaincants en début de tour. Ils ont hélas cédé sur le milieu et la sortie du triple malicieusement placé en numéro douze pour ce diable l’Uliano Vezzani.

On a vu d’autres favoris surpris, à l’image de [Ludger Beerbaum], qui a abandonné après un mauvais début de tour, [Edwina Tops-Alexander], piégée sur les deux derniers éléments du triple elle aussi avec [Old Chap Tame], tandis que [Ben Maher] et [Cella] ont fait tomber le vertical de sortie du double et les palanques en vagues du vertical numéro dix. Les autres cracks en restés à une faute.

Michael Whitaker battu de deux centièmes !

Trois couples juste battus par le chronomètre imparti au premier tour, [Jur Vrieling] sur [Zirocco Blue] VDL, [Katharina Offel] sur [B Once] Z et [Peter Charles] sur Murka’s [Odie de Frevent] ont ouvert la seconde manche. Sans commettre la moindre erreur ni prendre le moindre risque, le Britannique et le Néerlandais ont terminé septième et huitième. Avec quatre points sur le dernier vertical, l’Ukrainienne s’est contentée de la douzième. Le jeune Allemand [Patrick Stuhlmeyer] a assuré le premier double sans-faute avec [Lacan], sixième au final. Son compatriote [Daniel Deusser] est bien parti pour exploser son chronomètre avant que le jeune [Fyloe van Claessenhof] ne se dérobe complètement devant le dernier obstacle. Le vainqueur de la Coupe du monde finit bon treizième.

Le jeune Néerlandais [Frank Schuttert] lance les choses très sérieuses avec son fantasque [Winchester] HS. Malgré plusieurs ruades et manifestations en tout genre, le fils de Numero Uno boucle son affaire 'sensa errore' et dans un super chronomètre. Ils ne seront que deux à aller plus vite sans faillir. Le défi est trop compliqué pour [Alexander Zettermann], double sans-faute tout de même et quatrième avec [Cafino]. Pénélope Leprevost efface de huit centièmes le temps du géant orange, mais la petite Flora concède une toute petite faute sur la sortie du triple réduit en double, et recule à la dixième place. Zut. Même cause, mêmes effets pour le seul Italien encore en lice, [Lorenzo de Luca], de neuf centième plus lent que la Normande avec la généreuse [Elky van het Indehof], et donc onzième.

En pleine confiance depuis son triomphe baulois, Éric Lamaze demande à Zigali d’enlever des foulées là où il le peut, tourne court, galope fort vers le double et reprend à peine avant la dernier. Résultat : près d’une seconde de mieux que Schuttert! La messe n’est pas tout à fait dite, car il reste d’excellents concurrents. [Michael Whitaker] réussit un début de manche parfait et dans un train d’enfer, mais il est contraint de reprendre trop sérieusement le délicat [Viking] avant le double. Pas de faute, mais... deux centièmes de trop. Rageant. 'J’ai déjà vécu pire. Une année, Nick Skelton m’avait battu d’un centième avec Arko III', sourit le Britannique en conférence de presse.

[Hans-Dieter Dreher] ne traîne pas en route non plus, mais le flamboyant [Embassy II] se laisse piéger par la sortie du double, ce qui fait reculer l’Allemand au neuvième rang. On compte alors sur Marie Hécart pour faire entonner la première Marseillaise du week-end. Hélas, la cavalière installée en Picardie ne trouve pas le même rythme et la meilleure trajectoire avec sa si généreuse Myself. Sans faute, la Française termine à une très belle cinquième place. Après sa mauvaise Coupe des nations de vendredi, la France a retrouvé le sourire avant de repartir.

À Rome, Sébastien Roullier

Les résultats

Les résultats du Grand Prix ici

À lire également...

Réagissez