MATHIEU LAVEAU A GRAVÉ SON NOM DANS LE CSI 1* DU GRAND PRIX CLASSIC

Après avoir remporté le Grand Prix Pro 1 la semaine dernière, Mathieu Laveau s'est imposé aujourd'hui dans le Grand Prix du CSI 1*. Photo PSV Morel

Mercredi 28 mai - 09h36 | Marie de Pellegars

MATHIEU LAVEAU A GRAVÉ SON NOM DANS LE CSI 1* DU GRAND PRIX CLASSIC

Dès ce matin, le soleil a accueilli les soixante-dix cavaliers dans le Grand Prix du CSI 1* du Grand Prix Classic. Coté à 1,35m et aux couleurs du sellier CWD, cette épreuve a départagé les concurrents au terme d’un barrage. Le public, ayant dégainé ses lunettes de soleil, a pu assister à un beau moment de sport.

Douze obstacles, quinze difficultés dont un double de verticaux et un triple. Voilà le cocktail explosif mis en place par le chef de piste, Jean-Philippe Desmaret, afin de défier les concurrents. Le triple, oxer, deux foulées, vertical, une foulée, vertical, positionné en numéro dix dans la descente, a causé de nombreux problèmes aux couples. Il en a été de même pour le double de verticaux numéro quatre, dans la descente également. La configuration particulière du Grand Parquet a été utilisée de manière poussée afin de forcer les cavaliers à jouer sur l’équilibre de leurs chevaux. Alors que treize duos ont réussi à trouver la clé, cinq ont préféré abandonner après quelques péripéties. Les Tricolore [Christophe Escande], [Alexandre Cecille] et [Herve Guyot] ont joué de malchance en dépassant les soixante-seize secondes imparties sans effleurer une barre.

Un barrage à treize

Après une pause d’un quart d’heure ayant suivi le passage du dernier concurrent pour laisser le temps aux hommes de piste, habillés du pull Grand Prix Classic 2014 aux couleurs de Free Jump, de faire le nécessaire pour offrir un barrage en bonne et due forme aux champions. Ce dernier était alors composé de neuf efforts dont l’ancien triple, devenu double, en avant-dernière position de cette épreuve de vitesse.

Premier à s’élancer, le Tricolore [Thomas Leveque] sur [Elwood 10] a laissé la part belle à ses concurrents puisqu’il a renversé le numéro un du parcours initial, alors devenu numéro deux. Il a ensuite cédé sa place à son compatriote [Georges Serignac] qui a pu compter sur sa [Solution de Normandie] pour réitérer sa performance et établir un temps de référence de 42’93’’. Le suivant, [Patrice Flesch] en selle sur [Quarando] de Loisine est parti dans un train soutenu mais, ouvrant les vannes entre le quatrième et le cinquième obstacle séparés d’une longue galopade, il a été débordé par son fils de Calido. Ce dernier s’est fortement décalé vers la gauche obligeant son cavalier à effectuer un zig-zag pour franchir l’ancien vertical numéro neuf au fond du Grand Parquet. Il a ensuite renversé le deuxième obstacle du triple devenu double ce qui l’a ainsi relégué à la treizième place. Le rapide [Ludovic Gaudin] a à nouveau fait preuve de vitesse en abaissant le chronomètre de plus d’une seconde. Sa jument [Tamara Landa] a renversé l’ultime obstacle les renvoyant donc à la dixième position. Le Français a croisé dans le couloir d’entrée [Robert Vos], bien décidé à en découdre. Le leader de l’époque a alors dû sentir le vent tourné dès la moitié du parcours puisque le Néerlandais avait, au temps intermédiaire donné par la ligne du Speed Challenge CWD, trois secondes d’avance grâce à sa jument [Uptown Girl]. Il n’a pas tenu la tête longtemps puisque, comme à son habitude, [Mathieu Laveau] ne s’est pas laissé faire et a lancé sa jument [Roanne du Rouet] à pleine vitesse. 37’95’’ à l’arrivée, c’est alors plus de deux secondes d’avance pour le couple. La France et la Grande-Bretagne représentées par [Cyril Eburderie] et [Emma O Dwyer], se sont à nouveau illustrées dans cette épreuve en renouvelant leur parcours vierge de toute pénalité. Leur temps ne leur a pas permis de monter sur le podium. Ils se sont néanmoins adjugés les quatrième et sixième places. [Francisco Guedes] a ensuite foulé une seconde fois la mythique piste en herbe. Sur [Rintintin des Bles], doté d’une grande amplitude, le Portugais a semblé gagner du terrain sur le détenteur de la pole position. Le suspense a rapidement été réduit à néant lorsque son fils de Lux Z a renversé la barre de l’ancien vertical numéro neuf. Malgré le deuxième meilleur chronomètre il a fini neuvième. Le trio de cavaliers nationaux formé par [Pierre-Antoine Henault] sur [Benita Van Tschrijberg], [Guillaume Foutrier] avec [Regence] et [Nicolas Delmotte] accompagné de [Parlamem], a mis la pression à [Mathieu Laveau] en laissant toutes les barres sur les taquets. Aucun n’a cependant réussi à le détrôner. Après la faute du Normand [François-Xavier Boudant] sur son styliste fils de Quaprice Bois Margot, [Soliste du Janlie], la coupe est donc une nouvelle fois revenue au cavalier du haras de Sainte Hermelle. 'Lors des deux épreuves précédentes avec Roanne, nous avions à chaque fois été pénalisés de quatre points. Elle paniquait un peu lorsque je la changeait de rythme donc là je suis vraiment satisfait de notre performance d’aujourd’hui. Elle commence à être rapide', a analysé celui à qui le Grand Prix Classic a réussi. Il a donc devancé de plus de deux secondes [Robert Vos]. 'J’ai eu de très bonnes sensations. Ma jument n’a pas encore énormément d’expérience. Elle a réalisé le premier parcours d’une très belle manière. Elle était très attentive. Notre barrage a été fluide mais j’ai perdu du temps en allant sur le vertical neuf du premier tour situé au bout de la grande galopade car j’ai rajouté une foulée. De même pour me rendre sur le triple devenu double. J’ai pris mon temps. De toute manière je pense qu’il était vraiment difficile de battre Mathieu', s’est expliqué le Néerlandais.

Les résultats ici.

À Fontainebleau, Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez