LES SIX ET SEPT ANS ONT TERMINÉ LEUR WEEK-END AU GRAND PRIX CLASSIC D'UNE BIEN BELLE MANIÈRE

Max Thirouin a confirmé sa forme du week-end en remportant le Grand Prix des Jeunes Chevaux. Photo PSV Morel

Mercredi 28 mai - 09h19 | Marie de Pellegars

LES SIX ET SEPT ANS ONT TERMINÉ LEUR WEEK-END AU GRAND PRIX CLASSIC D'UNE BIEN BELLE MANIÈRE

Le Grand Parquet s’est réveillé ce matin avec les quatre-vingt-six chevaux de six et sept ans qui se sont affrontés dans leur Grand Prix aux couleurs de la ville de Fontainebleau. Certains chevaux faisant partie des meilleurs de leur génération ont profité de l’opportunité de s’élancer sur le Grand Parquet afin de préparer leur grande finale qui se déroulera sur cette même piste en septembre.

Jean-Philippe Desmaret, chef de piste du Grand Prix Classic, avait monté un parcours composé de douze obstacles, dont seize efforts, qui a mis les nerfs des cavaliers à rude épreuve. Les premiers à s’élancer ont été les vingt-six chevaux de six ans. Nombre d’entre eux se sont heurtés à la ligne quatre-cinq, véritable juge de paix pour cette partie de l’épreuve. Les sept foulées qui séparaient l’oxer numéro quatre du double numéro cinq ont donné du fil à retordre aux cavaliers tels que les Tricolores [Gregory Rulquin] sur [Idefix VH Meerdaalhof], [Adeline Hecart] avec [Ukulele de la Roque] ou encore le Portugais [Francisco Guedes] associé à [Utopie du Barquet] qui s’y sont pris à deux fois afin de franchir cette combinaison. Malgré cela, huit binômes sont parvenus à tirer leur épingle du jeu en se qualifiant pour le barrage. [Florence de la Peschardiere], en selle  sur un fils de Kouros d’Helby, [Urvil d Helby], n’a pas tutoyé une barre mais, quelque peu débordée par son cheval elle a préféré élargir ses courbes. La Française a donc été pénalisée par le chronomètre. Après le passage de ces vingt-six chevaux, les bénévoles présents sur le terrain, accompagnés du chef de piste, se sont activés afin de monter les barres pour que les aînés puissent s’élancer. Soixante sept ans ont donc foulé la majestueuse piste en herbe. Le double numéro cinq n’a, cette fois-ci, pas semblé poser de problèmes aux concurrents. Le triple, situé en numéro huit le long des tribunes, a, quant à lui, fait pleuvoir les barres. Pas moins de dix-huit compétiteurs ont été victimes de la combinaison. Dix-neuf couples ont tout de même réussi à se déjouer des difficultés du parcours et à se qualifier par la même occasion pour le barrage afin d’aller défier la fraicheur de leurs cadets.

Avancer et serrer les courbes : tels étaient les maîtres mots

Les huit chevaux de six ans ont été les premiers à se confronter au tracé du barrage. Premier à s’élancer avec [Don Fernantes Z], [Gilles Dunon], a réalisé un parcours sans faute en 44’14’’ mettant ainsi la pression sur ses concurrents. Mais, dès le passage du deuxième concurrent, le Belge perd la pole position au profit d’un Français, [Guillaume Foutrier]. Associé à son bondissant [Un Lys de Blondel], le cavalier a pris des risques mesurés et arrête le chronomètre sur 43’83’’. Ce dernier ne sera pas inquiété par la cavalière du Haras de Sainte Hermelle, [Adeline Lefevre], qui malgré un galop soutenu n’est pas parvenue à mener [Urphee Sainte Hermelle] jusqu’à la victoire. Elle s’est finalement adjugée la onzième place. Un Français peut en cacher un autre et [Yannick Martin] l’a bien compris. Accompagné d’[Upsulla d Alou], il a serré ses courbes et pris les options. Il a alors abaissé le temps de presque trente centièmes. Le scénario n’a pas été le même pour sa compatriote [Joelle Cairaschi Dagut] qui a fauté à deux reprises avec [Vesper Lynn DH Z]. [Mathieu Laveau], à qui le Grand Prix Classic réussit, a réitéré sa performance en étant très rapide. Il a donc talonné de sept centièmes le leader de l’épreuve. Même refrain que lors du premier tour, les barres sont montées et les chevaux de sept ans ont pris le départ. Le cavalier de l’équipe de France, [Olivier Guillon], avait sellé sa fille d’Alligator Fontaine, [Treliga Mail]. Lancé à pleine vitesse il a signé un chronomètre très rapide de 42’23’’ mais a malheureusement renversé le numéro six du parcours initial, un oxer dans la montée. [Max Thirouin] a imprimé le même rythme en serrant davantage ses courbes avec son SBS, fils de Cicero Z, [Balisto du Maillet]. 39’47'', les sept ans reprennent ainsi la main grâce aux Tricolores. Sa compatriote [Sophia Mariller] l’a imité en assurant cependant le sans-faute. Elle a donc terminé douzième avec son bien nommé [Type Top du Monteil]. Le leader n’a pas tremblé lors des parcours de [Ludovic Gaudin] et [Michel Hecart] puisque ces deux 'Vestes bleues' ont sorti des barres des taquets. [Maelle Martin] sur [Thorn de la Pomme] a alors franchi la ligne de départ. Grâce à la grande foulée de son fils de For Pleasure elle s’est intercalée à la troisième place du classement provisoire. Aucun de [Nicolas Delmotte] et [Axel Van Colen] n’est parvenu à s’approcher de la pole position. En revanche, [Romain Duguet] sur sa pétillante [Cacharel] a franchi la ligne d’arrivée en 39'87'' soit seulement quarante centièmes de plus que Max Thirouin. Le Suisse a croisé dans le couloir d’entrée le jeune [Hugo Breul] en selle sur son puissant [Carpe Diem IV]. N’évoluant avec son fils de Douglas que depuis quelques mois, le Normand n’a pas osé prendre trop de risques. Il a néanmoins signé un double sans-faute tout comme la Belge Adeline Lefevre. Les Français [Paco Manadou Diouf], [Guillaume Foutrier], [Olivier Jouanneteau] et [Florie Laure Etien] ont connu moins de succès que lors de la première épreuve. Associés à [Tresor Basters], [Tresor de Virton], [Tandeme] et [Topmodel du Gonge] ils ont respectivement terminé dix-neuvième, quatorzième, vingt-deux et vingt-troisième. Nicolas Delmotte, quant à lui, a pris de nombreux risques avec [Cupido] et cela a payé puisqu'il signe un parcours en 40'20''.

Max Thirouin est donc monté sur la plus haute marche du podium. 'Je suis passé au début des sept ans, je n’avais pas vraiment de repère. J’ai eu un petit sursis sur un obstacle mais cela a tenu en revanche, je suis vraiment content du barrage. Mon cheval est très rapide, il a déjà énormément gagné. Je suis fier de lui aujourd’hui car pour gagner il fallait aller vite et le barrage était délicat. Il y avait des virages et des options difficiles. Le fait de pouvoir concourir sur le Grand Parquet est une réelle opportunité offerte par Grand Prix Classic car c’est un entrainement pour le championnat de France des sept ans qui se déroulera en septembre lors de la Grande Semaine de Fontainebleau sur le même terrain', a expliqué le cavalier francilien. Ce dernier a alors devancé Romain Duguet sur sa fille de Coltaire Z, Cacharel. 'La jument a été géniale, elle a réalisé tout cela assez facilement car il y avait tout de même une belle épreuve pour des jeunes chevaux. L’erreur que j’ai comise lors du barrage est de passer devant le numéro quatre initial pour aller sur l’ancien double numéro cinq car cela m’a obligé à me déporter. Je pense que c’est ici que j’ai perdu du temps', a analysé le Suisse. Le podium a été complété par Nicolas Delmotte avec Cupido. 'Le parcours était bien dosé pour des jeunes chevaux tout comme le barrage. Je suis très satisfait du cheval car il n’a réalisé qu’une seule saison de concours jusqu’ici. Il a mieux sauté au barrage que lors du premier tour', s’est félicité le médaillé de bronze.

Les résultats ici.

À Fontainebleau, Marie de Pellegars-Malhortie
 

À lire également...

Réagissez